La joie des Lorientais
La joie des Lorientais après leur victoire à Evian | AFP

Lyon et Guingamps butent, Lorient exulte

Publié le , modifié le

Après les victoires de Lyon et de Marseille, et en attendant Lille, Monaco et Nantes dimanche, les poursuivants n'ont pas fait une très bonne affaire en ne prenant qu'un point samedi lors de la 14e journée. La seule grosse surprise est venue de Lorient, qui n'avait encore pas gagné à l'extérieur, et qui est allé à Evian-Thonon (4-0). Tous les autres rencontres de la soirée se sont terminées sur le même score de 1-1.

Une première pour Lorient 

Que s'est-il passé chez les Lorientais ? L'équipe de Christian Gourcuff, qui était la plus mauvaise de tous les championnats européens à l'extérieur, s'est métamorphosé à Annecy. L'air frais de la montagne a semble-t-il eu autant de vertu que l'iode de Bretagne. Les Lorientais ont eu de la réussite dès l'entame de match, en prenant en défaut une équipe savoyarde  totalement amorphe, grâce à doublé d'Aboubakar. Ensuite, les Merlus ne sont pas écroulés comme ils l'avaient déjà fait parfois. Bien au contraire, ils ont géré leur avantage avec autorité, et profité en toute fin de match  des largesses d'une équipe évianaise lassée d'avoir attaqué en vain, en corsant l'addition par Diallo puis sur un pénalty de Jouffre. 

Lyon sans réussite

Lyon pensait avoir fait le plus face à Valenciennes,  équipe mal classée et assez permréable en ouvrant le score à Gerland  par Gomis, servi d'un superbe centre par Bedimo. Mais VA a joliment répliqué  avec une frappe enroulée de Bahebeck, après l'heure de jeu. Dans l'ensemble, les Lyonnais ont largement maîtrisé la première période mais sans se créer d'autres occasions que celles obtenues par Gomis qui aurait  pu ajouter un second but lorsqu'il a échoué dans son duel avec Nicolas  Penneteau, bien sorti (36). Après la mi-temps, Briand se heurtait à son tour à Penneteau, qui  repoussait du pied (69) avant que Gueïda Fofana ne manque le cadre à deux  reprises (77, 80).  De leur côté, les Valenciennois, rapidement privés de Grégory Pujol sur  blessure (30), ont, outre le but de Bahebeck, été menaçants à trois reprises. Lyon a pourtant fait des efforts pour reprendre l'avantage, mais sans trouver la faille. L'OL s'est contenté de partager les points. Les Nordistes restent relégables (18e) et Lyon à sa 6e place mais avec désormais 5 points de retard sur Marseille (4e).

Le syndrome de la maison pour Rennes 

Rennes a également été tenu en échec. Une nouvelle fois dira-t-on. Après avoir pourtant encore ouvert la marque, les Girondins ont de nouveau abandonné des points à domicile. Les Bretons, qui restent englués en milieu de tableau, comme les Girondins  (18 pts chacun), n'ont désormais gagné qu'une seule fois sur leurs 8 derniers  matches de Championnat, pour quatre nuls et trois défaites.  Déjà rejoints lors de leurs deux derniers matches à domicile, contre  Valenciennes (2-2 après avoir mené 2-0, le 19 octobre) puis Marseille (1-1 le 2  novembre), ils ont de nouveau concédé l'égalisation, et ce dans la minute qui a  suivi leur but...Après un énorme raté de Nelson Oliveira qui, seul face au but et après avoir déjà manqué un penalty et une grosse occasion contre l'OM, a tiré à côté  sur une offrande d'Alessandrini (2), Kana-Biyik avait en effet donné l'avantage  aux Rouge et Noir de la tête, en deux temps, en profitant de l'apathie de la  défense bordelaise (63). Mais sur le coup d'envoi, Diabaté a devancé Armand sur une longue ouverture  de Saivet avant de battre Costil (64), pour permettre aux Girondins, qui  auraient pu ouvrir le score sans une superbe parade de Costil sur une tête de  Henrique (35), de prendre un point finalement mérité.

Montpellier piétine

Montpellier et Guingamp se sont également séparés sur ce même  score de 1-1. Cabella a marqué un joli but pour Montpellier, mais Giresse a  égalisé sur penalty, gâchant la fête de l'entraîneur héraultais  Jean Fernandez qui vivait  son 600e match sur un banc de Ligue 1. En prenant seulement deux points lors des trois derniers matchs à domicile,  l'ancien champion de France ne parvient  toujours pas à décoller et étale une impuissance offensive qui contrarie son  redressement. Guingamp poursuit, pour sa part, son bon début de saison, prend même  un peu plus confiance en prenant ce point précieux à l'extérieur. Même si les hommes de Gourvennec espéraient mieux.  

A Sochaux, toujours dernier, c'est Bastia (9e) qui avait marqué en premier  par l'ancien Lionceau Boudebouz. Mais Mayuka (74) a égalisé pour apporter un  point mérité aux Doubiens. Les joueurs d'Hervé Renard, qui n'a toujours pas connu le succès en L1, ont  en effet eu deux buts refusés. Le deuxième est intervenu alors que Landreau  s'occupait d'un Sochalien blessé. L'arbitre l'a annulé sans qu'il soit évident  qu'il ait sifflé pour arrêter le jeu.

Christian Grégoire