Caen El Arabi joie 082010
La joie du Caennais El Arabi | AFP - KENZO TRIBOUILLARD

Lyon et Bordeaux au tapis

Publié le , modifié le

Sale temps pour les gros bras en Ligue 1. Après Marseille, c'est au tour de Lyon et Bordeaux de prendre le bouillon en ce début de championnat. Déjà tombeur de l'OM en ouverture (1-2), Caen a remis le couvert contre l'OL. Un beau succès 3-2 qui lance le promu normand vers une belle saison. A Bordeaux, Jean Tigana est au plus mal. Battu 2-1 par Toulouse à domicile, le remplaçant de Laurent Blanc a essuyé une 2e défaite de rang.

Le flop de l'été : les gros bras

Samedi, on a beaucoup stigmatisé Marseille, sans point après deux journées. L'OM n'est pas seul dans le désespoir car deux autres favoris sont aussi à la peine. A commencer par Bordeaux, défait à Montpellier puis surpris par Toulouse à Chaban-Delmas. Jean Tigana débute mal son règne en Gironde mais peut compter sur des coulisses plus calmes qu'à Marseille. Quant à Lyon, c'est à peine mieux avec un petit point pris contre Monaco la semaine dernière (0-0). Dimanche à Caen, les Gones ont payé cher une entame de match ratée que Gomis (auteur d'un doublé) avait réussi à renverser à lui seul. C'est surtout en défense que le bas blesse à l'image d'un Lloris complètement abandonné par ses joueurs sur le 3e but normand. Servi sur un coup franc dans l'axe, N'Diaye a eu tout le temps de contrôler et de fusiller le portier rhodanien (76e). Jean-Michel Aulas et Claude Puel vont se charger de secouer le vestiaire dans la semaine.

L'équipe en forme : Caen

Même les plus optimistes desNormands n'auraient pas cru prendre six points en deux matches. Et pourcause, le promu caennais se déplaçait à Marseille avant de recevoirLyon, c'est-à-dire les deux premiers de la dernière saison. Rien quecela ! Mais à cœur de Normand rien d'impossible. Après un succès méritéau Vélodrome (1-2), Caen a fait plier l'OL 3-2. Plein de culot et detalent, l'équipe de Franck Dumas est sur les rails d'un bon maintien,voire plus. Comme Montpellier l'an passé, les promus ne se cachent plus…

L'affiche du jour : Lille - PSG

L'habit ne fait pas le moine et l'arsenal le maître de guerre. Malgré de nombreux arguments offensifs parmi les deux équipes, le choc entre Lille et le PSG a accouché d'un pâle 0-0. La faute à deux blocs bien en place, un jeu plutôt brouillon et des ambitions très mesurées. Plus en vue que le Losc grâce à une meilleure maîtrise, Paris réalise la bonne opération. Avec quatre points en deux matches et quelques certitudes dans le jeu, Kombouaré poursuit son sans faute. Les craintes dans le secteur défensif sont en partie effacées ce soir car les Dogues n'ont pas réussi à inquiéter Coupet.

Le beau geste : la Madjer de Plasil

Qui a dit que la Ligue 1 manquait de spectacle ? A Bordeaux, la victoire a fui les Girondins mais le public de Chaban-Delmas a au droit à un très beau but de Plasil. Parfaitement placé sur un centre au cordeau de Cavenaghi, le Tchèque a réalisé une talonnade à la Madjer pour tromper le gardien toulousain (46e). "Mon but n'a servi à rien, on est très déçu", a indiqué Plasil après le match.

Le mauvais geste : les crampons de Sessegnon

Il avait enflammé le Parc des Princes contre St-Etienne avec sa reprise acrobatique. Une semaine plus tard ce sont les sifflets du Stadium Nord qui ont accompagné la sortie rugueuse de Stéphane Sessegnon, auteur d'un très mauvais coup sur le Lillois Yohan Cabaye : le milieu parisien a essuyé ses crampons sur la jambe du néo-international français.

Le chiffre : 27

27 buts en neuf matches, c'est le beau score de la 2e journée de Ligue 1. Trois matches ont tiré ce bilan offensif vers le haut avec cinq buts chacun : Saint-Etienne - Sochaux, Valenciennes - Marseille et Caen - Lyon. A chaque fois, les locaux l'ont emporté 3-2. En clôture, Lille et Paris ont en revanche fait chuter la moyenne avec un nul 0-0, le seul de la journée.

La réaction à chaud : Franck Dumas (entraîneur de Caen)

"Face à Marseille puis Lyon, je ne vous cache pas qu'on avait tablé sur zéro point donc c'est bien, ça récompense surtout la dépense d'énergie des joueurs. On évolue avec beaucoup de passion, dans le bon et le mauvais sens. Ce n'est pas n'importe quoi cette première place (2e en fait, ndlr), mais ça me paraît vraiment utopique. Ce qui m'intéresse c'est les points et garder une certaine qualité de jeu. Honnêtement, je ne m'y attendais pas. Je m'attendais à un début dur mais on n'a rien sans rien, on a fait ce qu'il fallait pour réussir. Mon objectif de points ? C'est un de plus que le 18e".