Jean-Michel Aulas
Jean-Michel Aulas | AFP

Lyon est en crise

Publié le , modifié le

Le terme sort de la bouche du Président de l’Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas, son club est bien « en crise ». Humiliés 5-1 par Montpellier dimanche, les Lyonnais vivent leur plus mauvais début de saison depuis des années.

"Cauchemar, claque, gifle... On peut trouver pas mal de synonymes pour décrire cet après-midi", déplorait un Rémi Garde accablé. Quatre défaites, deux nuls et seulement trois succès en neuf rencontres. Voici le bilan bien décevant de l’OL, qui se retrouve 14e du classement, à seulement quatre longueurs du premier relégable, ce qui rappelle la saison 2010-2011 lorsque Claude Puel se trouvait aux commandes.

"Il y a toujours une crise quand il y a une défaite aussi importante et une  série de non-victoires", a estimé M. Aulas sur BeInSport. Lyon ne compte en effet qu’une victoire sur les onze derniers matches, toutes compétitions confondues.

Garde: "Je suis en danger"

Et dans ces moments là, tout le monde sait que le premier fusible reste l’entraîneur. "Je suis en danger, c'est sûr", a ainsi admis Rémi Garde, qui ne souhaite pas pour autant quitter l’aventure. Il aurait encore le soutien de son président, mais ce dernier sait aussi que son équipe va devoir changer de visage au plus vite. "Je sais que Rémi a encore plus de compétence que d'autres pour trouver des solutions", disait Aulas après le calvaire vécu à la Mosson.

Contraint de rajeunir son effectif, et confronté aux absences de joueurs importants tels que Bisevac, Umtiti ou encore Dabo, l’OL a bien du mal à trouver la maturité nécessaire pour "stopper cette spirale négative", comme le voudrait Jean-Michel Aulas. Plus inquiétant, certains joueurs semblent presque résignés. "Je n’ai pas vu tous les joueurs avoir le niveau de la Ligue 1, j’ai vu en seconde période des joueurs lâcher", a constaté le tacticien lyonnais.

L’OL qui n'avait plus encaissé cinq buts à l'extérieur depuis 13 ans, lors d’une lourde défaite à Nantes (6-1) en 2000, ne parvient même pas à s’illustrer en Europa League, avec deux nuls concédés en deux matches. Seul note positive, la trêve internationale tombe au bon moment, et devrait permettre aux dirigeants lyonnais de redresser la barre, avant un défi qui s'annonce déjà crucial face à Bordeaux, le 20 octobre.

Vidéo: Aulas soutient Garde

Romain Bonte