Lyon - Nancy
Malbranque en défense contre le Valenciennois Haidara | AFP - PHILIPPE MERLE

Lyon concède le nul devant Nancy

Publié le , modifié le

Le leader Lyon a concédé le match nul (1-1) face à Nancy mercredi lors de la 17e journée de L1. Marseille a conforté sa 3e place en s'imposant à Bastia (2-1). Lorient a pris provisoirement la 4e place en l'emportant (2-0) devant Sochaux, qui se retrouve relégable après les succès conjugués d'Evian-Thonon devant Troyes (2-0) et d'Ajaccio devant Reims (2-0). Montpellier se replace après sa victoire (2-1) sur la pelouse de Brest.

L'occasion manquée de l'OL

C'était une belle occasion pour l'OL de faire un break conséquent en tête de la L1. Mais comme on l'a déjà constaté depuis le début de la saison, beaucoup d'équipes, y compris celles qui sont le mieux armées, connaissent parfois des coups d'arrêt alors qu'elles semblent dans une spirale plutôt positive. Les Lyonnais ont déraillé au plus mauvais moment et ne se sont pas facilités la tâche avant leur déplacement à Paris, avec la première place en jeu.  Au lendemain de la démonstration des Parisiens à Valenciennes, les Lyonnais n'ont pas su réagir pour s'offrir un matelas de points confortable avant de les défier et c'est désormais Paris qui peut rêver d'une passation de pouvoir.  Décimé au milieu de terrain, et plombé par la maladresse de Gomis, Lyon n'avait pas suffisamment d'atouts pour percer la muraille nancéienne malgré le grand retour de Lisandro en seconde période. L'OL a sérieusement patiné dans cette partie et à même failli s'incliner puisque des Nancéiens volontaires avaient trouvé la faille par Lotiès à la 74e minute. Un but  plutôt mérité au vu du nombre d'occasions, en reprenant un ballon mal repoussé du pied par le gardien Rémy Vercoutre après un coup franc joué de l'aile gauche par Yohan Mollo et repris une première fois de la tête par Salif Sane (74). Jusqu'alors, Vercoutre avait maintenu l'OL dans la partie en s'interposant plusieurs fois. Mais Nancy n'a gardé cet avantage qu'à peine dix minutes. Puisque Michel Bastos remettait les deux équipes à égalité à la 83e.  L'entraîneur Rémy Garde peut remercier le Brésilien, héros du derby dimanche à Saint-Etienne et de nouveau décisif après l'ouverture du score lorraine. Lyon a pris un point mais n'a pas été très convaincant.  
De son côté,   L'ASNL, qui s'est fixée un objectif d'atteindre 14 points à la trêve, reste quant à elle, sur une série de cinq résultats nuls et quitte la dernière place en raison de la défaite de Troyes contre Evian/Thonon mais demeure à sept longueurs de Reims, premier non-relégable.

Car en bas de tableau, Evian-Thonon qui n'en finit d'alterner le bon et le moins bon dans un parfaite irrégularité a réussi à s'extirper de la zone de relégation  aux dépens de Troyes (2-0 avec un doublé de Barbosa), nouvelle lanterne rouge, tout comme Ajaccio (13e), vainqueur de Reims (2-0) avec notamment un but d'Adrian Mutu.

L'OM réaliste

Dans une ambiance étrange à Furiani, où les Corses évoluaient à huis-clos même si les rumeurs de leurs supporteurs massés devant le stade et devant un écran géant montaient jusqu'à eux,  et sur un terrain difficile, une pelouse parfois à la limite de l'impraticable, Marseille est venu chercher une victoire précieuse (2-1) face à des Bastiais courageux mais qui n'ont rarement pris le match à leur compte et fait preuve de fébrilité défensive. Les Marseillais ont surtout mis leur empreinte en première période, dans une organisation très appliquée, quoique parfois maladroite, alors que les Bastiais dominés, ne pouvaient offrir que leur abnégation. Car si les spectateurs à l'extérieur se signalaient par quelques salves de pétards, sur le terrain, c'était bien les Marseillais qui allumaient le feu d'artifice. D'abord par Mathieu Valbuena dont le coup-franc était repoussé tant bien que mal par le gardien Bonnefoi sur sa ligne. Puis à la 13e minute, André Ayew centrait de la gauche pour son frère Jordan qui manquait la cible. Et deux minutes plus tard, Valbuena trouvait l'ouverture sur un but dont il a le secret: à la réception d'une tête de Fanni, le milieu de terrain marseillais se couchait bien et d'une reprise de volée limpide du droit trouvait la lucarne de Bonnefoi. Les Marseillais mettaient ainsi un terme à une anomalie: ils n'avaient encore jamais marqué durant le premier quart d'heure depuis le début de la saison 

Face à de très pâles Bastiais, les Marseillais avaient plusieurs occasions de se détacher mais péchaient souvent dans le dernier geste.  Dans l'obligation de réagir après son revers à domicile de dimanche contre Lorient, l'OM tenait son résultat. Les Bastiais, qui n'avaient plus marqué depuis quatre matches donnaient eux l'impression de ne pas pouvoir passer la vitesse supérieure.Ils pensaient pourtant pouvoir égaliser lorsque Maoulida était stoppée par Morel sur un action litigieuse, qui aurait pu être sanctionnée d'un penalty, mais l'arbitre en décida autrement s'attirant les foudres corses. Celles-ci allaient s'abattre de façon encore plus virulentes lorsque quelques minutes plus tard, M.Enjimi accordait cette fois un pénalty, mais pour l'OM, pour une faute dans sa sortie de Bonnefoi sur Jordan Ayew. Son frère André Ayew le transformait et mettait Marseille à l'abri. Certes, Modeste, bien servi par Rothen réduisait l'écart pour Bastia sur l'une des rares actions construites, et relançant le suspense. Mais Marseille parvenait à conserver son avantage. L'OM est toujours 3e, mais à égalité de points avec Paris. 

Montpellier reprend des couleurs, Lorient 4e 

Le champion de France Montpellier a confirmé son net redressement grâce à une troisième victoire en quatre matches sur la pelouse de Brest (2-1), avec deux réalisations de Martial contre son camp en première période et de Utaka peu avant l'heure de jeu, sur une erreur d'inattention des Brestois, alors que Brest avait ouvert la marque par Ben Basat. Encore 16e mi-octobre, les Héraultais, battus une seule fois lors des huit derniers matches, possèdent désormais un petit matelas d'avance sur la zone de relégation, sept longueurs derrière, et peuvent raisonnablement lorgner les places européennes. Appliqués, portés par un Cabella omniprésent et un Joudren vigilant sur les quelques occasions adverses, ils ont progressivement pris le pas d'un Stade Brestois qui n'arrive plus à s'imposer à domicile depuis qu'il glane des points à l'extérieur. Dans un match d'une assez faible qualité technique, notamment en raison d'une pelouse en mauvais état, les Montpelliérains ont parfaitement su exploiter les faiblesses brestoises après avoir encaissé un but évitable.

Voici les Brestois désormais dans une situation délicate, puisqu'ils ne comptent désormais plus que deux points d'avance sur le premier relégable Sochaux  qu'ils iront défier samedi, avant de recevoir le Paris SG.  Sochaux ne va guère mieux et se trouve en effet dans la zone rouge après une défaite logique à Lorient (2-0). En signant face aux Doubistes un troisième succès consécutif grâce d'abord à Alain Traoré puis à un but de Lamine Koné, Lorient s'est hissé provisoirement à la quatrième place, dans un classement où les positions restent très serrées. Ce résultat est presque inespéré pour une formation qui, le mois dernier, avait encaissé seize buts en quatre matches. Mais grâce à une solidité défensive retrouvée malgré de nombreuses absences, dont celles de dernière minute de Lautoa et Monnet-Paquet, les joueurs de Christian Gourcuff ont de nouveau pris la mesure de leur adversaire sur le synthétique du Moustoir.  Les Sochaliens, qui avaient pourtant fait jeu égal durant la première période en se :montrant dangereux notamment par Privat, se sont faits surprendre par une frappe surpuissante de Traoré, profitant d'un mauvais renvoi de Carlao pour trouver l'ouverture juste avant la pause (1-0). Ensuite, mis en confiance, les Lorientais ont dominé les débats et n'ont plus été inquiétés.  

Christian Grégoire