Lucas PSG
Le Brésilien Lucas | AFP - CHARLY TRIBALLEAU

Lucas a relancé le PSG

Publié le , modifié le

Au cours d'une première période de feu où il aura mis au supplice la défense caennaise, Lucas a montré qu'il savait être décisif. Sans Ibrahimovic, le PSG s'en est remis à son Brésilien virevoltant pour se défaire du piège normand.

Sans Zlatan Ibrahimovic, le PSG pouvait douter de sa capacité à battre Caen. Oui, avec son Suédois le club de la capitale avait concédé le nul face à Rennes, l'Ajax et enfin Lyon. Donc sans son meilleur buteur, le PSG n'arrivait pas forcément conquérant en Normandie. Et pourtant, après trois matches sans victoire, le PSG s'est imposé (2-0). Grâce notamment à Lucas qui a mis le feu à la défense caennaise dans une première période de haute volée. Ce sont de ses jambes que sont venues les principales occasions parisiennes et c'est lui qui a ouvert le score à la 18e minute.

Après le relais de Pastore, il s'est occupé : un crochet, un double-contact pour effacer Jean Calvé et Jean-Jacques Pierre, pour ensuite fusiller, du gauche son mauvais pied, un Rémy Vercoutre impuissant. Critiqué dans la presse par Jérémy Ménez qu'il a poussé vers la sortie, le jeune Brésilien répondait de la meilleure des manières. Le spectacle aurait pu être total s'il avait réussi à mener au bout son autre action de classe. A la 43e minute, il a parfaitement contrôlé une longue transversale de Yohan Cabaye. Il s'est ensuite défait de deux défenseurs en repiquant dans l'axe avant de frapper du gauche encore. Mais cette fois, tel un gardien de handball, l'ancien portier lyonnais a détourné son tir du pied. 

Rentré dans le rang

Cette action aura le dernier coup de folie de Lucas durant cette rencontre. Ensuite, il a peu à peu disparu des radars. Déjà parce que contrairement à ses trois dernières sorties, le PSG a eu la bonne idée de doubler la mise par Marquinhos sur corner. Ensuite parce que ses gardes du corps ne lui ont plus trop laisser d'espace pour qu'il prenne de la vitesse. Moins en jambe, il n'a plus réussi à faire la différence et a semblé marquer le coup physiquement, remontant parfois le terrain en trottinant, quand  ses coéquipiers partaient au galop en contre-attaque.

Remplacé par Clément Chantôme à un peu plus de 10 minutes de la fin, il a quand même affiché des statistiques très intéressantes avec 68 ballons touchés et  plus des deux tiers de ses 30 duels remportés. Son deuxième but de la saison, après celui inscrit contre Bastia lors de la  2e journée, a mis le PSG sur la bonne voie. Il confirme aussi que Laurent Blanc qui l'appelait à être plus efficace a sans doute été entendu.

Benoit Jourdain @BenJourd1