Louis Nicollin, Loulou
Loulou Nicollin | PASCAL GUYOT / AFP

Loulou Nicollin reprend la main

Publié le , modifié le

Le président de Montpellier Loulou Nicollin est intervenu mardi dans le vestiaire avant l’entraînement de ses joueurs. Pour regretter la défaite à Bordeaux le week-end dernier mais également pour réaffirmer son autorité. Selon l’Equipe, le boss héraultais a répété qu’il était le dernier décideur et épinglé certains de ses hommes.

Cette saison d’après-titre n’est pas de tout repos pour Louis Nicollin. Miné par le début de saison désastreux de son équipe, 16e après 9 journées, le président montpelliérain s’était habitué à confier ses états d’âme dans la presse ou directement dans le vestiaire. Selon l’Equipe, Loulou s’est une nouvelle fois adressé à ses joueurs hier avant l’entraînement.

Seul à décider pour la succession de Girard

Déçu par la défaite à Bordeaux le week-end dernier (4-2) qui enterre quasi-définitivement les espoirs européens de son club, le boss héraultais en a profité pour signifier qu’il était toujours le maître à bord. En affirmant tout d’abord qu’il serait le seul à choisir le successeur de René Girard, puis en regrettant les hausses de salaires accordées l’été dernier. Dans le viseur du président, Belhanda et Bedimo ont du se sentir à l’étroit dans le vestiaire du domaine de Grammont.

Loulou critique son fils

Dernière cible des attaques de Nicollin, son propre fils, Laurent. S’il s’est empressé de dire qu’il l’aimait, le dirigeant de 69 ans l’a égratigné sur sa gestion du dossier Yanga-Mbiwa, parti pour Newcastle cet hiver sans qu’il n’en soit prévenu à l’avance. Président délégué du club, Laurent Nicollin gère le club au quotidien. Et son père n’a que peu goûté ses choix de recrutement et certaines négociations pour des prolongations de contrats. Pas de doute, hier, Loulou a montré les muscles. Montpellier, c’est son club.

Jerome Carrere