Passi Garcia
A la tête de l'OM, Rudi Garcia a remplacé Franck Passi, qui a rebondi au LOSC. | AFP

LOSC-OM : retrouvailles pour Passi-Garcia et l'ombre de Bielsa

Publié le , modifié le

L’Olympique de Marseille (5e) se déplace ce vendredi sur la pelouse du Lille (14e) en ouverture de la 30e journée de Ligue 1 afin de poursuivre sa quête de Ligue Europa. Le but du LOSC est tout autre : le maintien. Deux objectifs pour deux entraîneurs aux histoires croisées. Mais Franck Passi et Rudi Garcia se rejoignent au moins sur une chose : l’obligation de gagner.

Même dans la position actuelle des locaux, champions de France 2011, et la petite forme des visiteurs, champions de France 2010, ces derniers mois, ce Lille Marseille reste une des belles affiches de Ligue 1.

Deux passifs opposés pour les entraîneurs

L'affiche est aussi symbolique : Franck Passi retrouve l’Olympique de Marseille, où il a officié en 2016 (fin 2015/2016 et début 2016/2017) ; Rudi Garcia revient lui à Lille, terre où il obtenu le titre de champion entre 2008 et 2013. « Le propriétaire actuel du LOSC aurait pu être celui de l’OM, on sait qu’il y a Dimitri [Payet], qui avait très bien joué là-bas, il y a le retour de Flo [Thauvin]… Il n’y a pas que les coaches qui donnent à ce match un contexte particulier. Le plus important, c’est que ce soit un bon match, que le meilleur gagne. Et que le meilleur, ce soit nous » a d’ailleurs avoué Rudi Garcia.

Si l’entraîneur olympien a eu un bilan positif dans le Nord (50.4% de victoires), le nouveau technicien lillois ne peut pas en dire autant (31.3%). Dans leurs clubs respectifs actuels, les bilans s’équilibrent. Rudi Garcia et ses hommes restent donc sur des prestations encourageantes – dans un calendrier plus qu’abordable – le LOSC, lui, n’a perdu qu’une fois sous les ordres de son nouvel entraîneur, pour deux victoires et un nul. Pourtant, dans le jeu, les Dogues restent encore en recherche d’identité. La victoire (1-2) obtenue difficilement, à la dernière minute, contre Bergerac (CFA) en Coupe de France en est la preuve.

Passi : « Pas le temps pour l’émotion »

Un recrutement massif cet été et l’arrivée d’un nouvel entraîneur (Marcelo Bielsa ?) l’été prochain pourraient bien y remédier. Même s’il n’y a pas que cela, Rudi Garcia doit bien reconnaître que ce match tourne beaucoup autour du statut d’entraîneur avec le nom de Bielsa qui réunit aussi les deux clubs. « El Loco », qui a galvanisé les foules lors de son passage marseillais en 2014/2015, sera peut-être le prochain coach lillois.

Avec les arrivées de deux défenseurs sud-américains (Junior Alonso, Gabriel) et d’un milieu lusitanien (Xeka), l’installation du technicien argentin sur le banc semblerait logique. Lille veut s’inscrire dans un projet d’avenir et pour faire progresser ces jeunes, qui de mieux que Marcelo Bielsa ? Le natif de Rosario était déjà en repérages quand les jeunes de Lille évoluaient en Gambardella, il y a un mois.

Sera-t-il présent ce soir au Stade Pierre-Mauroy ? Peu probable même si « El Loco » est capable de tout. Surtout quand on ne l’attend pas. Une chose est sûre : les deux entraîneurs en place, eux, attendront un résultat positif, que ce soit pour la qualification en coupe d’Europe ou le maintien en Ligue 1… Comme Franck Passi l’a confié : « On n’a pas le temps de se projeter dans l’émotion. Il faut des points pour se sauver. »

Adrien Fonteneau @Adri_Fntn