Losc, Lille, Mavuba, Balmont, Roux, Gueye
Mavuba, Balmont et Gueye fêtent Nolan Roux | FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Losc: ce Lille a une tête de champion

Publié le , modifié le

Vainqueur de l’OM hier soir (1-0), le Losc conserve sa 2e place en Ligue 1. A trois matches de la trêve, les Nordistes pointent à une petite unité du leader parisien, qui joue ce soir à Evian. Adversaire du PSG lors de la 19e journée, Lille est toujours dans la course au titre. Et le champion de France 2011 pourrait même remettre le couvert en mai 2014.

Enyeama et son mur rouge​

Depuis onze matches, Vincent Enyeama est infranchissable. Hier soir encore, le portier nigérian a multiplié les miracles pour garder sa cage inviolée. Encore deux matches et l’ancien de l’Hapoël Tel-Aviv fera tomber le vieux record d’invincibilité de Gaëtan Huard (1176 minutes entre janvier et avril 1993 avec Bordeaux). Non content de posséder un dernier rempart si hermétique, le Losc peut compter sur sa muraille Basa-Kjaer. Venu de Wolfsburg, le Danois de 24 ans s’est imposé sans ciller dans une arrière-garde délestée de Chedjou et Digne à l’été. Parti au PSG, le latéral gauche est lui parfaitement suppléé par Souaré. Conséquence, Lille n’a encaissé que 4 buts en 16 matches et l’a emporté 1-0 à sept reprises. Les prolifiques attaques monégasques, marseillaises, nantaises et stéphanoises n’ont eu d’autre choix que de se briser sur leur mur rouge. En poursuivant sur cette lancée, les Lillois termineraient la saison avec une dizaine de buts encaissés. L’an passé, le PSG en avait concédé 23 pour conquérir le titre…

René Girard, l’homme de la situation​

Saison 2011/2012, 19e journée. Paris se pare du titre de champion d’automne. Dans son sillage, Montpellier s’accroche à sa place de dauphin avec trois unités de retard. Incapable de creuser l’écart sur son poursuivant, le club de la capitale cède son trône aux Héraultais à l’issue de la 28e journée. Il ne le reverra plus. Depuis cette fin de saison 2012, le champion de France en titre a évidemment bien changé et a bien plus d’atouts dans sa manche. La formation lilloise n’a pas grand-chose à voir avec sa devancière languedocienne. Mais une chose n’a pas changé : René Girard est à la tête de l’équipe en chasse patate derrière le PSG.

Lille sans Coupe d’Europe

Sans un début de saison escargot (2 défaites, 1 nul en 5 journées), qui sait où en serait le club du président Seydoux aujourd’hui ? En pleine confiance, privé de Coupe d’Europe et éliminé de Coupe de la Ligue, le Losc n’a que le championnat pour briller et vibrer. A l’heure où les Parisiens pourraient perdre des plumes en phases finales de Ligue des champions à partir de février, leurs collègues du Nord n’auront qu’à se concentrer sur leurs sorties hexagonales. L’an passé, les troupes d’Ancelotti avaient perdu deux fois entre leurs deux 8e de finale européen contre Valence. Reste aux Nordistes à être encore en course à l’orée de l’automne…

Martin et Kalou vont revenir fort​

En optant pour un « 4-4-2 losange », René Girard a bâti un modèle susceptible d’intégrer au mieux ces deux joueurs. Avant de se blesser, Marvin Martin avait commencé à redevenir le formidable passeur qu’il était, dans une position reculée derrière deux attaquants. Avec 2 passes décisives en 9 matches, il n’est plus très loin de son total de l’an dernier (5 offrandes) même s’il reste à des années lumières de son score en 2010/2011 (17 passes dé). Au milieu de terrain, des places restent à prendre en équipe de France… A l’image de l’ancien Sochalien, Salomon Kalou a tout intérêt à revenir dans de meilleures dispositions en 2014. La saison passée déjà, l’international ivoirien l’avait joué diesel (12 buts en 2e partie de saison pour 14 au total), contribuant à la superbe remontée nordiste au classement. Pour l’instant, l’ex-attaquant de Chelsea n’a fait trembler les filets qu’à trois reprises.

Un Losc entre expérience et renaissances​

De l’équipe championne de France 2011, il reste un petit noyau. De Melo, Gueye, Rozenhal, Béria, Balmont et Mavuba ont connu l’ivresse d’un sacre national. En dedans lors de leur dernière campagne sous les ordres de Rudi Garcia, les deux derniers ont même retrouvé leur lustre d’antan. Pour preuve, Rio a été rappelé en sélection nationale. Avec un prénom pareil, impossible de manquer un Mondial au Brésil ! Son compère du milieu est lui redevenu l’aboyeur et le métronome de l’entrejeu nordiste. Sa passe décisive pour Nolan Roux hier illustre ce renouveau. Un nom qui colle à merveille à la peau du buteur. En perdition depuis son exil brestois, Roux a retrouvé toute son efficacité (6 buts en 10 matches). Sur les 6 dernières réalisations de Lille, 4 sont l’œuvre de son attaquant devenu indispensable. Ne comptant pas ses efforts, celui qui a débuté à Lens incarne le nouvel état d’esprit lillois, collectif et courageux. Pour une efficacité maximale.

Jerome Carrere