Jimmy Cabot Lorient Lyon
La joie de Jimmy Cabot, buteur face à Lyon | LOIC VENANCE / AFP

Lorient plonge Lyon dans le doute

Publié le , modifié le

Lorient, lanterne rouge du classement avant le coup d'envoi, a infligé à Lyon une inquiétant défaite (1-0) avant le déplacement de l'OL sur le terrain du FC Séville mardi en Ligue des Champions. Mathieu Valbuena, de retour dans le onze de départ, n'a pas suffi pour tirer les Lyonnais de ce mauvais pas.

Mathieu Valbuena aurait pu signer sur son retour en tant que titulaire lyonnais de la manière la plus fracassante mais, au lieu de ça, c'est la barre transversale qui a repoussé la tentative du milieu de terrain de l'OL à la 37e minute. Quand ça ne veut pas sourire... Les Merlus, eux, peuvent enfin souffler. Cette victoire leur permet de décoller de la zone rouge, et même de remonter provisoirement à la 14e place du championnat avant la suite et la fin de cette 7e journée de Ligue 1.

Si les premières minutes étaient incontestablement rhodaniennes, les Lorientais affichaient vite leur volonté de ne pas céder un pouce de terrain. Zargo Touré, d'une lourde frappe sur coup-franc, se chargeait de le rappeler aux visiteurs (14e). Néanmoins, en dépit des efforts bretons, les Lyonnais demeuraient bel et bien les plus entreprenants durant ce premier acte. Rybus, sur un exploit technique, parvenait ainsi à faire briller Lecomte (16e) puis Fékir, pas encore à 100% mais aux fulgurances toujours menaçantes, servait Tolisso qui butait, à bout portant, sur un gardien lorientais aussi inspiré que courageux dans sa sortie (27e). Valbuena ayant échoué sur la barre, les Merlus pouvaient s'estimer heureux d'être passés entre les filets lyonnais à la pause. 

Lecomte souverain

Au retour des vestiaires, les hommes de Ripoll s'émancipaient un peu plus face à un OL qui levait de plus en plus le pied, peut-être afin de se préserver en vue de son déplacement à Séville. La baisse d'intensité des Gones était immédiatement punie. Un centre parfait de Barthelmé trouvait Jimmy Cabot au coeur de la surface adverse et, d'une volée habilement exécutée en reculant, le milieu lorientais ouvrait le score sur le premier tir cadré du match de son équipe (1-0, 50e) ! Si Bruno Genesio faisait grise mine, l'entraîneur lyonnais pouvait toujours se dire qu'il restait 40 minutes à ses joueurs pour, au moins, égaliser.

C'est précisément dans cette absence de réaction que l'OL a inquiété. Hormis une tête de Cornet encore une fois magnifiquement détournée par un Lecomte infranchissable ce samedi après-midi au Moustoir (80e), les partenaires de Valbuena se montraient impuissants à renverser la situation. Si le FC Séville a envoyé des émissaires à Lorient, ces derniers repartiront plutôt confiants. 

Déclarations : 

Jean-Michel Aulas (président de Lyon):
"Les explications ne sont pas à donner tout de suite après le match. Il faut revoir ce qui s'est passé. Je discutais avec les coaches de plusieurs interprétations possibles (sur l'irrégularité de Lyon), mais il faudra évidemment demain (dimanche) et lundi, dans la préparation du match de Séville, essayer d'analyser et de savoir pourquoi on n'a pas su se retrouver là où on aurait dû être. C'est vrai que trois défaites en sept match, c'est beaucoup trop pour une équipe du standing de Lyon, donc voilà, on est malheureux et déçu".

Sylvain Ripoll (entraîneur de Lorient):
"C'est la deuxième victoire dans la semaine, il fallait bien ça pour décoller un petit peu. Ce ne sont que six points, mais comme on en avait zéro, en une semaine, c'est déjà pas mal. On a vu en première période que quand on est entre deux, quand on est dans l'hésitation, on ne fait rien de bon. Heureusement, à la mi-temps les joueurs ont su réagir, ont eu beaucoup de personnalité et on est reparti dans des choses qu'on maîtrise mieux: avancer sur le porteur du ballon. Forcément quand on le récupère bien, on arrive mieux à l'utiliser. On a vécu des moments difficiles, mais cette semaine il y a eu une vraie prise de conscience et la force de faire bouger les choses et de ne pas les accepter comme elles étaient.

Julien Lamotte