Grégory Bourillon
Grégory Bourillon a ouvert le score face à Lille. | FRANK PERRY / AFP

Lorient domine Lille

Publié le , modifié le

Après ses dernières sorties catastrophiques, Lorient s'est magnifiquement racheté en s'imposant à domicile (2-0) face à Lille lors de la 13e journée de Ligue 1. Malgré quelques frayeurs, les Merlus se sont logiquement imposés à l'issue d'un match bien maitrisé. Les Dogues, dominés dans l'engagement, manquent une bonne occasion de recoller au PSG et à l'OM.

Lorient est difficile à suivre. Auteurs d'un début de saison en boulet de canon qui leur a valu une place sur le podium, les hommes de Christian Gourcuff se sont finalement écroulés. Avant de se reprendre ce vendredi après sept matches de rang sans victoires. Alors qu'ils restaient sur 16 buts encaissés en quatre matches, les Merlus ont redressé la barre de la plus belle des façons en venant à bout du LOSC (2-0). En gardant leurs cages inviolées s'il vous plait.

Le début de match est indécis mais vivant. Aucune des deux équipes n'arrive à s'octroyer la maitrise du ballon et après 25 minutes, aucune occasion n'est à signaler. Mais tout va se décanter dans la minute suivante. Sur un coup franc excentré frappé côté gauche par Jouffre, Bourillon s'élève plus haut que tout le monde pour placer une tête imparable sur laquelle Landreau ne peut rien faire (26e).

Audard décisif

Cette ouverture du score va donner confiance aux Merlus, qui auraient pu aggraver le score sans une double parade déterminante de Landreau, vigilant sur une demi-volée de Jouffre puis vif sur son jaillissement dans les pieds de Corgnet. Finalement, les Merlus rejoignent les vestiaires avec un avantage mérité tant les Lillois sont à côté de leur sujet.

Galvanisés, les hommes de Christian Gourcuff attaquent tambour battant la seconde période. Bien lancé par Koné, Jérémy Alliadière résiste au retour de Basa pour déclencher une frappe du gauche qui passe au dessus des cages de Landreau (46e). Mais le ton est donné et les Merlus semblent bien décidés à ne pas commettre les mêmes erreurs que lors des derniers matches.

Alors que Lorient semble prendre l'ascendant, c'est Lille qui va alors revenir dans le match. Les occasions se succèdent côté nordiste et Audard va sauver son équipe à plusieurs reprises. D'abord sur une belle tête signée Chedjou (50e), puis lors d'un face à face avec Payet (54e). Un temps fort que le LOSC ne parviendra pas à concrétiser. Et qui finira par lui coûter cher.

"On a été solides"

Sur un contre mené à toute vitesse, Aliadière décale parfaitement Corgnet côté droit, qui a tout le temps d'ajuster une frappe en finesse sur laquelle Landreau. Abandonné par sa défense, le portier lillois ne peut que s'incliner. Les Lorientais auraient même pu ajouter un troisième but par l'intermédiaire de Monnet-Paquet, qui a perdu son face à face avec l'endroit (78e) lors d'une fin de match pendant laquelle le LOSC a paru résigné. "On restait sur des mauvaises prestations où on avait pris beaucoup de buts et l'important était de se rassurer, a souligné Jouffre à l'issue du match. C'est fait vu que l'on ne s'est pas pris de buts. C'était difficile dans la possession de balle, on a souffert, ce qui est logique face à Lille, mais on a été solides."

"On a fait une très mauvaise première période, sans occasion et sans les mettre en danger, a reconnu Nolan Roux, l'attaquant lillois. En deuxième, cela a été mieux, mais on prend ce deuxième but et c'est devenu compliqué. On savait que ce ne serait pas facile, il aurait fallu créer plus de danger. Ils ont fait un bon pressing mais on aurait pu faire mieux. Il aurait fallu mettre plus de folie. Maintenant il faut relever la tête. C'est dommage que notre série s'arrête là."

Lille, qui restait sur trois succès de rang, avait l'occasion de revenir provisoirement à hauteur du leader. Invaincus depuis fin septembre et une sortie à Rennes (2-0), les Dogues repartent cette fois les mains vides. Mais vu leur prestation en première période, ils ne pouvaient pas espérer mieux.

Victor Patenôtre