L'OM veut garder le contact

L'OM veut garder le contact

Publié le , modifié le

Après deux défaites d'affilée et la perte de sa première place en L1, l'Olympique de Marseille espère garder le contact avec l'Olympique Lyonnais, leader avec provisoirement quatre points d'avance. L'OM reçoit Guingamp cet après-midi, en match comptant pour la 21e journée de Ligue 1.

Les champions d'automne ont bien mal débuté leur deuxième partie de saison:  une élimination en Coupe de France face à Grenoble, club de CFA (4e division)  et une défaite (2-1) en championnat, face à des Montpelliérains bien organisés  et agressifs. Au-delà des résultats, c'est surtout le jeu produit qui inquiète: plus  d'approximations, moins de pressing, moins de sérénité, et des occasions moins  nettes. Patraques, les hommes de Marcelo Bielsa? Après le match à Montpellier, le  capitaine de l'équipe Steve Mandanda avait été l'un des rares Olympiens à  s'arrêter en zone mixte. Il avait averti ses coéquipiers: "Pour le moment, il n'y a pas le même état  d'esprit que lors des matches aller, je ne sais pas si certains ont cru qu'en  décembre nous étions champions... Il va falloir vite se ressaisir. En perdant  un ou deux matches, on peut très vite se retrouver derrière."

En conférence de presse vendredi, Marcelo Bielsa a bien concédé que son  leader technique, André-Pierre Gignac, était "malade" à Montpellier, et qu'il  "n'aurait pas dû jouer". Mais l'Argentin, qui ne "parle jamais de manière critique des  footballeurs", a surtout tenu à minimiser la responsabilité de ses joueurs, et  pointer la sienne.

'La finition n'était pas bonne'

Face à Montpellier "la finition n'était pas bonne, a-t-il détaillé.  Batshuayi a joué à droite, ce n'était pas sa position et il n'a pas réussi à  résoudre les problèmes qui se sont posés à lui." "Ce fut aussi le cas pour Gignac dans cette position, ou Payet. (...)  Thauvin a permuté en cours de match, comme Michy, Payet et Gignac, et tous ces  mouvements n'ont pas améliorés la structure offensive, et ont fait du mal à la  récupération du ballon", a-t-il précisé. "Equipe mal formée, position mal choisie, attaque qui n'a pas trouvé les  moyens de finaliser les actions. Tous ces points étaient de la responsabilité  de l'entraîneur, et n'implique pas les footballeurs", a poursuivi Bielsa. Contre Guingamp, l'animation offensive ne devrait a priori pas donner à  l'entraîneur de l'OM les même maux de tête: Romain Alessandrini, absent depuis  la fin du mois de novembre et une sévère entorse à la cheville, a repris  l'entraînement et pourrait être aligné d'entrée au Vélodrome. Ce qui  apporterait à l'attaque marseillaise la stabilité qui lui a fait défaut dans  l'Hérault.

Surtout, Marseille  reste sur neuf victoires consécutives à domicile, et  peut compter sur un Vélodrome rugissant pour intimider les adversaires les plus  insouciants. D'autant plus que les Guingampais se présenteront amoindris dans les  Bouches-du-Rhône. Outre les absences sur blessure de l'attaquant Sylvain Marveaux, le milieu  Lionel Mathis ou le gardien Mamadou Samassa, Jocelyn Gourvennec devra composer  avec l'indisponibilité de Ronnie Schwartz, blessé à la cuisse avant le match  perdu à Monaco mercredi en Coupe de la Ligue, et celle de Christophe Mandanne,  expulsé lors de ce match. Raison de plus, pour les Marseillais, de faire le plein de points et rester  dans le peloton de tête. D'autant que dans le même temps, Lyon et Paris  affrontent dimanche deux équipes relégables et mal en point, respectivement  Lens samedi et Evian TG.

AFP