Florian Thauvin, Julien Faussurier, OM, Sochaux
Florian Thauvin au duel avec Faussurier | BERTRAND LANGLOIS / AFP

L'OM sort de la crise

Publié le , modifié le

L'Olympique de Marseille a enfin renoué avec la victoire face à Sochaux (2-1), à l'occasion de la 13e journée de Ligue 1. Les hommes d'Elie Baup brisent leur série de 7 matches sans victoire dont 4 en Championnat pour remonter à la 5e place du classement, à 5 points du podium. Thauvin et Gignac sur pénalty ont inscrit les buts olympiens.

Comme à Naples en milieu de semaine, l’OM a ouvert le score. Mais ce dimanche, les troupes d’Elie Baup sont également repartis avec les trois points. Un bonheur qu’ils n’avaient plus connu depuis sept matches et une victoire à Lorient lors de la 9e journée de Ligue 1. Une nécessité pour ne pas être irrémédiablement lâchés dans la course au podium. Lille et Monaco accrochés, les partenaires de Jordan Ayew et Benoît Cheyrou, une nouvelle fois titulaires, ont une occasion en or de se relancer en recevant Sochaux, lanterne rouge du Championnat. Un adversaire aux allures de victime pour les Provençaux, vainqueurs de 18 de leurs 20 derniers affrontements avec les Lionceaux.

Thauvin marche sur l'eau

Buteur face à Reims lors de la 11e journée pour sonner la révolte et encore en Italie pour égaliser malgré deux défaites, Florian Thauvin a mis l’OM sur les bons rails dès la 5e minute. Remplaçant d’un Morel en difficultés sur le flanc gauche de la défense phocéenne, Mendy feinte Contout et dépose le cuir sur le crâne de l’ancien Bastiais (1-0). Sochaux mal à l’aise à l’extérieur, en témoignent ses six derniers déplacements sans victoire, les Marseillais semblent avoir fait le plus dur. D’autant que l’éphémère lillois ne s’arrête pas en si bon chemin. A la réception d’un corner de Valbuena, il devance Corchia et Pouplin, mais sa petite pichenette fuit le cadre d’un rien (12e). C’est ensuite le portier sochalien qui empêche l’international Espoirs de signer le doublé sur une reprise à bout portant (24e). En début de seconde période, la recrue estivale manque de peu le ballon de la tête sur un service d’Abdallah (51e).

La fin d’un festival qu’aurait pu gâcher Souleymane Diawara en fin de première mi-temps. Le Sénégalais remet le ballon sur Roudet dans la surface mais le milieu de terrain manque le cadre, seul devant Mandanda (41e). Privés de leur meilleur buteur Cédric Bakambu, blessé juste avant le coup d’envoi, les Doubistes peinent à se montrer dangereux. Au contraire, les locaux manquent le KO. Mis sur orbite par une erreur de Zouma, Ayew tergiverse et se fait reprendre par le frère du Stéphanois Kurt au moment d’ajuster Pouplin (58e). Les Olympiens l’ont assez répété à l’issue de leur quatre défaites en Ligue des champions : ces ratés ne pardonnent pas à haut niveau. Sochaux n’est ni Dortmund, ni Naples, ni Arsenal. Mais deux minutes après l’occasion du Ghanéen, la formation d’Hervé Renard égalise. Mayuka récupère le ballon sur le flanc droit et profite de l’apathie de Mendy et Diawara pour balancer un missile du gauche sous la barre. Tout "Fenomeno" qu’il est, Mandanda s’incline (1-1, 60e).

L'OM au finish

Au lieu de leur couper les jambes, ce nouveau coup de bambou pique les Ciel et Blanc au vif. Critiqué pour sa gestion et ses choix, Elie Baup lancé Imbula et Gignac dans la bataille. Stratégie payante. Sur l'un de ses premiers ballons, l'ancien guingampais lance Jordan Ayew et Pouplin doit s'interposer (63e). Contout a beau faire passer un frisson dans le Vélodrome d'une belle frappe claqué par Mandanda, l'OM domine. A la 81e minute, Gignac s'enfonce côté droit et centre. Peybernes tacle et touche le ballon de la main. APG transforme le pénalty et offre la victoire à l'Olympique de Marseille malgré les protestations sochaliennes (2-1, 81e). Au départ de l'action, Romao semble déséquilibrer Mayuka dans la surface sans que M. Buquet ne bronche... Peut-être le signe que le vent tourne du côté de la Commanderie. 

Jerome Carrere