Michy Batshuayi
Michy Batshuayi vient d'ouvrir le score : Saint-Etienne ne reviendra plus | PHILIPPE DESMAZES / AFP

L’OM refroidit le Chaudron

Publié le , modifié le

L’Olympique de Marseille, toujours calé dans la seconde moitié de tableau en Ligue 1, s’est rassuré en s’imposant à Saint-Etienne ce dimanche (2-0) en clôture de la 14e journée. Dans le froid presque hivernal du stade Geoffroy-Guichard, le collectif phocéen a laissé passer l’orage dans la première demi-heure avant de frapper à deux reprises, par l’intermédiaire de Batshuayi (41e) et Nkoudou (51e). Les Verts manquent l’occasion de remonter sur le podium.

Avant le sport, l'émotion. L'entrée des 22 acteurs sur le terrain dans un stade rempli de drapeaux tricolores. Une banderole "Nous sommes Paris" posée devant les joueurs marseillais, en mémoire des victimes des attentats perpétrés à Paris et à Saint-Denis. Une Marseillaise reprise par les 35.000 spectateurs du Chaudron, suivie d'une minute d'un silence étourdissant, sans doute la plus émouvante de ces derniers jours sur les pelouses de Ligue 1. Un weekend d’hommage qui s’est achevé ce dimanche avec la victoire plutôt logique d’un OM bousculé en début de match, mais qui a su réagir en se montrant plus réaliste que les locaux.

Les Verts ont en effet entamé la rencontre tambour battant, boostés par la perspective de revenir à hauteur de leur rival lyonnais (25 points) en cas de succès. Mais la réussite n’était pas de leur côté, à l’image de la superbe frappe enroulée de Kevin Monet-Paquet (29’) qui voyait le cuir s’écraser sur le montant gauche de Steve Mandanda. Lassana Diara avait bien tenté de sonner la charge en obligeant Stéphane Ruffier à repousser la balle sur sa transversale, du bout des doigts (15’), mais le momentum était stéphanois et Vincent Pajot aurait ouvert le score de la tête si le gardien marseillais n’avait pas été dans un très grand soir (38’).

Mandanda impérial

Avant le retour aux vestiaires, c’est donc presque contre le cours du jeu que Michy Batshuayi marquait avec un peu de réussite : suite à un gros travail de Dja Djedje sur le côté droit, Ocampos manquait la balle, Nkoudou manquait sa frappe… mais cette dernière se transformait en passe décisive pour l’attaquant belge, opportuniste (41'). Cela lançait définitivement les Marseillais, qui doublaient la mise après la pause, d’une frappe de Georges-Kevin Nkoudou dans la surface, détournée par Loïc Perrin dans ses propres filets (51’). La leçon de réalisme était totale. Batshuayi manquait même d’inscrire un troisième but après une passe de Nkoudou et sur un coup franc détourné par Ruffier (61’, 69’). Les Stéphanois, les jambes coupées, ne battront pas Steve Mandanda ce dimanche.

A la faveur de ce succès, l’OM remonte à la 12e place et se donne de l’air après une défaite à domicile contre Nice (0-1) le weekend dernier. Il confirme aussi et surtout qu’il se déplace très bien, puisque le club phocéen s’était déjà imposé à Nantes et à Lille, ses deux derniers matches à l’extérieur. "Sainté", bloqué à la 7e place, a lui du mal à passer ce cap qui lui permettrait de se hisser au niveau des cadors du Championnat. Les Verts auront l’occasion de se rassurer jeudi, contre Rosenborg en Norvège, où ils pourraient assurer leur place pour les 16e de finale de l’Europa Ligue.