Valbuena Angoua
Benjamin Angoua face à Mathieu Valbuena | AFP

L’OM prend les devants

Publié le , modifié le

Vainqueur 1-0 à Valenciennes dans les dernières minutes, l’Olympique de Marseille a signé son troisième succès de la saison en autant de rencontres pour prendre provisoirement la tête de la Ligue 1. André-Pierre Gignac a inscrit le but de la victoire à la 84e minute. Comme l'an passé, le club phocéen a su gagner un match compliqué dans les derniers instants.

Corrigés 4-1 la saison passée par Valenciennes après six succès d’affilée, les Phocéens avaient envie de marquer le coup face à une équipe qui ne leur réussit plus à l’extérieur depuis octobre 2008 (3-1). Le duo Payet-Valbuena se mettait en évidence dès les premières minutes mais sans réellement créer le danger. La première occasion nette était en faveur de VA, lorsque Bahebeck se retrouvait en position de tromper Mandanda, mais son contrôle approximatif profitait au gardien marseillais (19e). Deux minutes plus tard, Gignac s’illustrait sur une frappe qui rasait le cadre. Marseille se montrait plus dangereux lors de cette première période à l’image d’une tête d’Andre Ayew bien déviée par Penneteau ou d’une frappe de 30 mètres de Valbuena qui passait juste au-dessus de la barre.

Gignac à l'affût

Au retour des vestiaires, c’était au contraire les Nordistes qui semblaient les plus décidés à en découdre, et il fallait une belle parade de Mandanda pour ne pas assister à l’ouverture du score de Bahebeck. Le jeu s’équilibrait, mais sans toutefois permettre aux spectateurs du stade du Hainaut de se satisfaire de la qualité du match. Les entraîneurs procédaient à leurs premiers changements, et Anthony Le Tallec –absent depuis six mois- regagnait le banc un brin émoussé.  A la 77e, Ayew était bien accroché par Angoué à l’entrée de la surface, mais l’arbitre de la rencontre M. Jaffredo ne signalait pas la moindre faute. Le banc marseillais pestait, d’autant que dans la continuité de l’action les Valenciennois auraient pu marquer. VA allait de nouveau manquer le coche, la faute à une nouvelle parade de Mandanda. Sur un corner, Ayew reprenait le cuir de la tête, Penneteau repoussait, mais Gignac restait à l’affût pour inscrire le but de la victoire marseillaise (1-0, 84e).

Romain Bonte