Le Marseillais Benoît CHeyrou
Le Marseillais Benoît CHeyrou | PHILIPPE HUGUEN / AFP

L'OM lance bien sa saison

Publié le , modifié le

Marseille s'est imposé sur la pelouse de Reims 1 à 0 grâce à un but de Benoît Cheyrou lors de la première journée de Ligue 1. Au terme d'un match plutôt maitrisé et sérieux, l'OM lance ainsi parfaitement sa saison sur le terrain du promu. De bon augure après un mercato placé sous le signe de l'austérité budgétaire.

"Commencer le  championnat par une victoire, ça fait longtemps que ça ne nous était pas  arrivé. On a été solidaire, ça s'est fait un peu dans la douleur, mais c'est  comme ça qu'on progresse, c'est encourageant pour la suite" a dit  Benoît Cheyrou (milieu de Marseille)

Le coup d'envoi donné par le local Mahiedine Mekhissi, vice-champion olympique de 3000 m steeple à Londres et à Pékin, n'a pas porté chance au Stade Reims. Pour son premier match en Ligue 1 depuis1979, le promu a cédé face à des Marseillais en jambe et décidés à bien débuter l'ère Elie Baup, leur nouvel entraîneur, après une saison plutôt décevante (10e).

Dans la belle ambiance du stade Auguste Delaune (21.044 spectateurs, nouveau record du stade dans sa livrée de 2008) , l'OM sans Amalfitano et Mbia (suspendus) ainsi que Diawara et Rémy (blessés) lançait les premières hostilités avec une frappe lointaine cadrée de Kaboré détournée par le portier Agassa. Les locaux répondaient par le biais d'une tête de Courtet écartée par Mandanda. Quelques minutes après, c'étaient encore eux qui se créaient la plus belle occasion de la première mi-temps sur une frappe de Ghilas dégagée par Mandanda du bout du pied (37e). Volontaires, les Rémois ont crée du danger sans complètement déstabiliser l'édifice marseillais.

Cheyrou comme un attaquant

"On a fait une très bonne entame de deuxième mi-temps et c'est là qu'on doit passer devant au score. "Il n'y pas tout à jeter mais il faudra qu'on fasse preuve de plus de réalisme lors des prochaines rencontres", a estimé l'entraîneur rémois Hubert Fournier.

Un brin secoués, les Marseillais réagissaient au retour des vestiaires. Gignac, affûté et actif comme rarement, débordait côté gauche mais sa frappe dans un angle fermé butait sur Agassa (46e). Le match s'animait puisque c'était au tour de Courtet d'inquiéter Mandanda (48e). Les frappes s'enchainaient côté rémois par Ghilas (52e) et Courtet (57e) comme côté marseillais par Gignac (54e) et Valbuena (56e) sans trop de danger car aucune des tentatives n'étaient cadrées. 

Jusque-là un peu brouillon, les attaquants marseillais se faisaient plus en plus précis. Ils pensaient marquer sur une reprise de la tête d'André Ayew à bout portant parfaitement stoppée par Agassa en deux temps (65e). Toujours de la tête, le même Ayew manquait le cadre de peu (70e). A force de pousser, l'OM se rapprochait de l'ouverture du score. A la réception d'un centre de Kaboré, Benoît Cheyrou trompait Agassa, jusque là parfait avec 9 arrêts, d'une reprise de volée bien dosée (77e, 0-1). Malgré des assauts désordonnés en fin de rencontre, Reims n'a pas réussi à égaliser. Un retour dans l'élite raté.

Mathieu Baratas