Rudi Garcia
Rudi Garcia | AFP

L'OM espère enfin montrer son "nouveau" visage à Montpellier

Publié le , modifié le

L’Olympique de Marseille se rend à Montpellier avec d'abord l’intention de basculer dans la première partie du tableau, lors de la 12e journée de Ligue 1. Pointant au 10e rang du championnat, les joueurs de Rudi Garcia voudront montrer un visage plus séduisant que leurs précédentes rencontres. Mais en face, les Héraultais sont dans l’obligation d’obtenir un résultat…

Après deux semaines à la tête du club phocéen, le nouveau coach marseillais n’a pas encore eu le temps de mettre en œuvre sa patte tactique. Depuis le match nul 0-0 presque anecdotique face au PSG (d’un point de vue tactique), l’OM n’a pas encore livré un match dans lequel on pouvait ressentir l’influence de Garcia. Connu pour son goût prononcé pour un jeu tourné vers l’avant, le nouveau patron de Marseille tente de composer avec un effectif qu’il apprend à connaître, dans un temps relativement court.

Pris par le temps, le remplaçant de Franck Passi aura encore du mal à instiller un style de jeu à ses joueurs pour ce déplacement dans l’Hérault. Mais la priorité reste la même, style ou pas… « L’idée est toujours la même, c’est de jouer pour gagner. On sait que ce sera difficile car Montpellier a besoin de points, ils ont des bons joueurs aussi. Mais nous aussi on a besoin de points, et on ira à La Mosson pour l’emporter, quelque-soit nos forces en présence », a assuré Garcia.

"Marseille fait toujours un peu rêver les gens"

En plus d’un discours galvanisant, Garcia pourra aussi s’appuyer sur l’aura de son nouveau club. En 21 déplacement à Montpellier, l’OM s’est imposé à huit reprises, s’inclinant sept fois et obtenant six matches nuls. Et si l’on en croit l’entraîneur adjoint du MHSC, Pascal Baills, cette équipe fait toujours peur. « Marseille, ça fait toujours un peu rêver les gens », a ainsi commenté l’ancien joueur de l’OM du début des années 1990. « C’est un club qui est en train de se restructurer et ça va leur prendre un petit peu de temps. Ils sont au début d’une nouvelle aventure », a-t-il expliqué.

Mais les supporteurs montpelliérains aimeraient sûrement que cette reconstruction tarde à se mettre en place. Seulement 16e avec 11 petits points, l’équipe de Frédéric Hantz se trouve au pied du mur. Même Garcia en convient, « c’est une équipe qui n’est pas à sa place ». La méfiance est donc grande vis-à-vis d’une formation qui a montré qu’elle pouvait avoir du caractère, comme lors du dernier match face à Lorient. Pourtant privé de cinq joueurs (atteints d’une gastro-entérite), Montpellier est parvenu à obtenir un nul 2-2 après avoir été mené 2-0… « Jusqu'à la trêve, il faudra gratter tout ce qu'on peut gratter en termes d'état d'esprit », a prévenu Hantz. L’OM est donc prévenu.

Romain Bonte