L1 marseille gignac joie marseille 15012011
Les Phocéens en réussite | AFP-Julien

L'OM a encore faim

Publié le , modifié le

André-Pierre Gignac a retrouvé le chemin des filets et l'OM enchaîne les succès. Les Phocéens sont revenus sur les talons du leader lillois et ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin. Une mauvaise nouvelle pour des Stéphanois qui croisent leur route samedi au Vélodrome, lors de la 24e journée de L1, une semaine après avoir pris l'eau face au grand rival lyonnais.

L'OM débute une semaine importante, peut-être décisive. Avant de recevoir Manchester United mercredi pour son 8e de finale aller de la Ligue des Champions, Marseille accueille Saint-Etienne samedi pour le compte de la 24e journée de L1. Un faux pas pourrait avoir de mauvaises conséquences sur le moral des troupes de Didier Deschamps. Comme la saison passée sur la route vers le titre, les Phocéens ont entamé leur folle remontée au classement la nouvelle année débutant. Depuis le 5 décembre et un revers à Nice (0-1), l'OM a enchaîné sept matches sans défaite et reste même sur deux succès consécutifs. Les Olympiens sont désormais 3e à six points de Lille qui mène toujours le championnat tambour battant.

Les protégés du Vélodrome ont retrouvé l'envie de jouer, portés par un André-Pierre Gignac qui prend enfin ses marques. L'ancien Toulousain, longtemps inefficace face au but, a repris des couleurs depuis plusieurs semaines, inscrivant quatre buts en autant de matches. Un changement de visage dû à un judicieux replacement opéré sur le côté gauche où l'international tricolore peut bien plus librement s'exprimer. "Quand on joue moins bien, il faut être efficace dans les zones de vérité. Défensivement, on est très bien depuis un moment, offensivement cela va mieux", se félicite le tacticien phocéen.

"Même si on n'a pas été très bons, on a pris beaucoup de points. C'est le lot des grandes équipes, même si je sais qu'on est capable de mieux faire", ajoute-t-il. L'OM a donc repris ses allures de machine de guerre. Mais face Saint-Etienne, la tâche ne sera pas des plus aisées. Les Foréziens ont pris un gros coup sur la tête le week-end dernier lors du derby face à Lyon (1-4). Les hommes de Christophe Galtier sont néanmoins toujours dans le coup pour l'Europe (6e à 4 points de l'OM). "Cette claque dans le derby n'enlève rien aux qualités que cette équipe a démontrées auparavant. Elle a un potentiel important et réussit un bon championnat", prévient Deschamps.

Bordeaux au bord de la rupture

A Bordeaux, la colère gronde. Sur le terrain et en coulisse. Le match perdu face à Caen à domicile le week-end dernier a laissé des traces physiques (Gouffran absent trois mois), dans les têtes avec ce but inscrit dans les arrêts de jeu, et dans les colonnes des journaux avec les sorties de Jean-Louis Triaud et de Nicolas de Tavernost à l'encontre de l'arbitre Saïd Ennjimi. Les Girondins sont désormais 9e, à huit longueurs du podium et même le président juge une qualification européenne fortement compromise. Arrivé à la trêve, le Brésilien André pourrait faire ses débuts plus rapidement que prévu.

Adieu à l'Europe peut-être, mais pas question de mourir dans le ventre mou du classement. En Gironde, on veut sonner la révolte. Et cela commence à Lorient (11e) samedi. Benoît Trémoulinas, toujours suspendu pour son tacle sur Valbuena, et Marc Planus manqueront à l'appel. Jean Tigana doit donc recomposer sa défense. La charnière Sané-Ciani est maintenue, mais l'entraîneur bordelais a décidé d'inverser les positions. A Ciani le côté droit, à Sané l'axe gauche pour compenser l'absence de Trémoulinas par sa vitesse d'exécution avec Marange dans le couloir. L'arrière-garde devra surtout retrouver toute sa concentration pour stopper un Kevin Gameiro en pleine forme (12 buts).

Parmi les autres rencontres, à suivre la sortie d'Auxerre, 17e, face à la lanterne rouge Arles-Avignon. L'AJA court après un succès depuis le 14 novembre, toutes compétitions confondues. Monaco (18e) a, en revanche, repris des couleurs depuis son succès sur Lorient, mais les joueurs de la Principauté sont toujours relégables (18e) au moment de se rendre à Brest (10e).