André-Pierre Gignac face à Toulouse
Gignac a donné la victoire à l'OM face à Toulouse | PASCAL PAVANI - AFP

L'OM enchaîne enfin

Publié le , modifié le

L'OM peut remercier Gignac. Embourbés dans un match piège face à 9 Toulousains, après les exclusions de M'Bengue et Tabanou les Olympiens ont du s'en remettre à leur attaquant vedette, de retour de blessure, pour s'imposer 1-0 au Stadium. En manque d'idées, les joueurs d'Elie Baup ont eu chaud mais rejoignent Lyon en tête de la Ligue 1.

Enfin ! Elie Baup peut souffler, son équipe a réussi à enchaîner deux victoires consécutives en L1. Ce n'était plus arrivé aux Olympiens depuis le 23 septembre dernier et une victoire face à Evian. Deux longs mois et demi qui ont vu les Phocéens alterner le bon et le franchement mauvais. Dans ce match face à Toulouse, les Olympiens ont pu compter sur le retour d'André-Pierre Gignac sur les terres de ses exploits (24 buts en 2008-2009). "Dédé" s'est rappelé aux bons souvenirs de ses supporters avec une frappe enroulée du pied droit qui est venu se loger dans la lucarne d'Ahamada. Marseille se sort du piège toulousain. Bien aidé, il est vrai, par des joueurs du "Tèf" un peu trop agressifs.

Toulouse voit rouge

Ça devient une habitude en Ligue 1, les arbitres dégainent vite les cartons rouges. Toulouse l'a appris à ses dépends. Après 45 minutes de jeu, les joueurs d'Alain Casanova ont vu Benoît Bastien, l'arbitre de la rencontre, exclure tour à tour Cheick M'Bengue (29e) et Franck Tabanou (44e). Le premier pour un tacle à retardement très appuyé sur la cheville de Morgan Amalfitano, le deuxième pour un tacle les deux pieds en avant et par derrière sur Rod Fanni. Difficile pour le TFC mais amplement mérité.

Alain Casanova (entraîneur de Toulouse): "C'est vraiment cruel. Face à la  débauche d'énergie, à la discipline défensive et à la rigueur, cette défaite est très dure. On avait fait, avant le carton rouge (de M'Bengué, ndlr), un bon  début de match qui laissait augurer de bonnes choses. A dix contre onze, c'était difficile, à neuf ça devenait compliqué. (Les expulsions) Ce sont des  faits de jeu, je regrette que cela se passe dans des zones où on doit avoir  plus de maîtrise. L'arbitre prend ses décisions, c'est un excellent arbitre,  sûrement le meilleur de sa génération, un de ceux qui laissent jouer.

Dommage pour les Toulousains qui maitrisaient leur sujet, profitant d'une équipe marseillaise en difficulté sur le plan technique. Sissoko (3e) mais aussi Ninkov (25e) mettent Mandanda en danger en début de match. Mais à la demi-heure de jeu, la physionomie change avec l'expulsion de M'Bengue. On pense d'ailleurs que l'OM va prendre l'avantage sur un penalty pour une faute de Tabanou, déjà lui, sur Jordan Ayew mais André, l'ainé de la fratrie, bute sur Ahamada. Sous les yeux de Fabien Barthez, venu en voisin, le gardien toulousain maintient son équipe dans le match. Malheureusement, l'expulsion de Tabanou juste avant la mi-temps rend la tâche toulousaine impossible.

Service minimum pour l'OM

A 11 contre 9, les Marseillais prennent le match à leur compte mais manquent cruellement d'idée. Les centres se multiplient sans qu'aucun coéquipier ne soit à la réception. Les dernières passes sont imprécises et il faut une erreur de placement de Ninkov combiné à un éclair de génie de Gignac pour que l'OM ouvre la marque (67e). Et pourtant, Marseille est loin d'être tranquille. Barton, Fanni et Morel concèdent des coup-francs dangereux sur lesquels, fort heureusement, Mandanda est impeccable. Le capitaine olympien permet à son équipe de tenir le score et de remporter le match. Une nouvelle fois sans briller, l'OM rejoint Lyon en tête de la Ligue 1.

Elie Baup (entraîneur de Marseille):  "Faute de prendre des points dans certains matches à domicile, on a  l'obligation d'en prendre à l'extérieur. Pour nous, il n'y a pas une approche  différente que ce soit à domicile ou à l'extérieur. On se doit pour nos  supporteurs et ceux qui aiment le club de finir l'année par un bon match  (contre Saint-Etienne, ndlr) à domicile. On est la seule équipe qui a joué  trois matches en six jours après beaucoup de matches en Europa League. On en  sera à 30 matches à la fin de la phase aller, il faut tirer un grand coup de  chapeau aux joueurs qui se sont accrochés dans cette situation. Ce soir,  c'était un contexte particulier. Le fait d'être en supériorité numérique  parfois ça n'aide pas parce que dans la transmission on ne joue pas assez  simple. Quand on a de l'espace devant nous, on a tendance à plus porter le  ballon".

André-Pierre Gignac (attaquant de Marseille): "Je retiens d'abord la  victoire. On a eu deux décisions arbitrales favorables qui nous ont facilité la  tâche. On compte 35 points et on revient à hauteur de Lyon, on peut donc dire que tout va bien. Le plus important c'est d'avoir pris les trois points pour maintenir notre petit matelas sur le quatrième. C'est une bonne opération même si cela a été dur. Sur le but je ne me suis pas posé de questions, j'ai pris ma chance et ma frappe est allée en lucarne, tant mieux. On s'est fait "tirer dessus" après nos défaites face à Lyon et Lorient et là on enchaîne deux victoires de suite qui me font vraiment plaisir pour le collectif".