L'OM en péril

L'OM en péril

Publié le , modifié le

Battu 2-1 à Bastia, l'Olympique de Marseille ne compte que six points d'avance sur le premier relégable (Reims), lors de cette 32e journée. Alors qu'il reste encore six journées à disputer, l'OM n'est pas loin de toucher le fond. Si le club phocéen a la chance de voir cinq autres clubs plus proche de la zone rouge, il ne faudrait pas non plus que les défaites s'enchaînent d'ici la fin de la saison...

Il est grand temps que cette saison se termine pour l'OM. L'Europe n'est désormais plus qu'une illusion, et pour bon nombre de supporteurs, la saison est terminée. Mais il ne faudrait pas que les joueurs se croient déjà en vacances, car mathématiquement, le maintien n'est pas encore assuré. "Ce n'est pas une équipe pour jouer le maintien", affirmait récemment Florian Thauvin, mais c'est pourtant le cas, à seulement six journées de la fin. Heureusement pour les hommes de Michel, Ajaccio, Reims, Montpellier, Guingamp et Lorient sont plus mal placés. Mais en matière de football, et peut-être plus encore avec un club comme Marseille, tout est envisageable !

Lassana Diarra blessé, Alessandrini expulsé

Face à Bastia et un effectif théoriquement à sa portée, l'OM a essuyé une neuvième défaite cette saison (pour 8 succès et 15 nuls). Et quand rien ne va, même les défenseurs se mettent à marquer contre leur camp. Rekic a ainsi trompé son gardien en déviant malencontreusement un centre de Kamano (47e). Les Bastiais ont même mené 2-0 suite à un pénalty logique, accordé à la suite d'une sortie trop rude de Mandanda, et transformé par Danic (56e, 2-0). Michi Batshuayi, l'une des rares satisfactions marseillaises de cette saison avec Lassana Diarra et Steve Mandanda a eu le mérite de réduire le score (2-1, 77e), mais l'expulsion d'Alessandrini à cinq minutes de la fin a réduit à néant les derniers espoirs phocéens, battus 2-1, et qui se retrouvent 13e à seulement six points de la zone de relégation. Pour couronner le tout, Diarra qui a été touché à un genou, est sorti sur blessure.

La crise est bel et bien là, et elle pourrait être plus grave que les dirigeants marseillais ne se l'imaginent. Vincent Labrune, qui a fait venir Michel au Vélodrome, risque d'être accueilli froidement par les fans, déjà assez véhéments lors de la débâcle contre Rennes (5-2). Sans oublier les affaires judiciaires toujours en cours autour des transferts présumés douteux, l'OM va vivre une fin de saison très pénible. Le président du club doit d'ores et déjà se préparer à une ambiance particulière, dimanche prochain contre Bordeaux. A moins d'un improbable sursaut, l'OM qui n'a plus gagné en championnat à domicile depuis le 13 septembre 2015, risque encore de souffrir. La relégation n'est pas si loin.

Romain Bonte