Pierre-Emerick Aubameyang communie avec le public stéphanois
Pierre-Emerick Aubameyang communie avec le public stéphanois | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

L'OM en patron, des Verts en fête

Publié le , modifié le

Leader de Ligue 1 avec trois victoires en trois matches, c'est le bel été de l'OM. Après Reims et Sochaux, Marseille a passé la vitesse supérieure en s'imposant 1-0 à Montpellier. Un but signé Gignac, au diapason de son équipe. En revanche, le champion en titre montpelliérain ne décolle pas et perd son invincibilité à La Mosson. A Geoffroy-Guichard, l'ASSE a retrouvé des couleurs en étrillant Brest 4-0 grâce à un doublé d'Aubameyang.

Gignac et l'OM en feu

Quand deux anciens champions se rencontrent, ça ne fait pas forcément des étincelles. Comme l'OM l'an dernier, c'est au tour de Montpellier d'avoir quelques difficultés à digérer les festivités de mai dernier. Face aux Phocéens, malgré une belle entame et de belles séquences de jeu, la Paillade a connu les mêmes faiblesses que lors des matches précédents. La fragilité des hommes de Girard se fait jour et s'accroit. A l'inverse, Marseille jouit d'une confiance qui fuyait la Provence il y a encore quelques semaines. Après avoir fait le dos rond en début de rencontre, l'OM s'est montré plus pressant et aurait déjà pu obtenir un penalty près faute évidente sur Gignac. L'attaquant marseillais est d'ailleurs l'homme en forme d'Elie Baup. Son entente avec Valbuena est évidente et l'efficacité est enfin au rendez-vous pour l'ancien canonnier de la Ligue 1. Sur un premier centre, il avait placé une première tête en reculant mais au dessus (39e). Après la pause, Gignac plaçait une autre tête pas assez appuyée pour tromper Jourdren (55e). La persévérance finissait par payer. Sur une mauvaise relance de Hilton dans les pieds d'Amalfitano, ce dernier lançait Gignac. Un crochet et le Marseillais frappait entre les jambes du défenseur brésilien. La frappe croisée faisait mouche (0-1, 78e). Ce n'est pas une passation de pouvoir mais la flamme est bel et bien éteinte dans l'Hérault.

Un Chaudron en ébullition

La crise ne s'installera pas à St-Etienne. Après deux défaites dont une calamiteuse à Toulouse (3-1), l'ASSE a retrouvé des couleurs. Et des très belles ! Face à Brest, les Verts virevoltants et efficaces de la saison dernière sont réapparus. Cela s'est vu dès le coup d'envoi avec des Foréziens morts de faim et euphoriques. Peu avant le premier quart d'heure, Lemoine lançait Hamouma à droite. L'ancien caennais centrait pour Aubameyang, adroit face à Thébaux (1-0, 13e). Les Verts utilisaient à merveille la vitesse de ses pointes. Sur un contre, ça allait très vite. Aubameyang sauvait la touche sur le côté gauche et filait vers Thébaux. Le Gabonais glissait le ballon entre les jambes du portier breton mais touchait le poteau. Déjà buteur contre Lille, Hamouma était le plus prompt à propulser le ballon dans le but avec un tacle rageur (2-0, 30e). Brest réagissait sur un corner mais Ruffier veillait sur sa ligne (41e). C'était son arrêt du match… A la reprise, l'ASSE poursuivait sur le même tempo. Gradel n'était pas loin de faire enfler le score (47e). Il n'y avait qu'une seule équipe sur le terrain. Pour son premier match sous le maillot vert, Français Clerc débordait et offrait un caviar à Guilavogui. Le milieu stéphanois fusillait Thébaux (3-0, 61e). Dans la foulée, Lemoine utilisait encore la vitesse d'Aubameyang dans le dos de la défense brestoise. Le Gabonais enchaînait contrôle et frappe hors de portée de Thébaux (4-0, 63e). Le Chaudron exultait et fêtait une équipe retrouvée sous l'œil d'un connaisseur de la maison verte, Bafé Gomis.

Réactions

Christophe Galtier (entraîneur de Saint-Etienne) : "Nous avons su réagir à la contre-performance à Toulouse. C'est bien, c'est une première victoire, propre, avec aucun but encaissé, les attaquants ont marqué et les supporteurs se sont montrés heureux. Il y a eu une bonne circulation du ballon et nous avons produit des choses que nous savions faire la saison passée. Nous avons eu aussi de la réussite avec quatre buts en neuf tirs. Nous avons aussi affronté un adversaire très affaibli par quelques absences importantes. Il faut donc rester humbles. Maintenant, il nous faut rattraper les points que nous avons perdus contre Lille à domicile lors de la 1ère journée. Il faut bien nous préparer pour le déplacement à Bastia".

Landry Chauvin (entraîneur de Brest): "Ce soir, il y avait quatre classes d'écart comme les quatre buts qui nous séparent des Stéphanois. Au-delà de la défaite, que voulez-vous que l'on espère. Après les dix premières minutes, il y a eu une balade stéphanoise sur le terrain. Collectivement et individuellement, il n'y a rien eu. Il vaut mieux s'apesantir sur son sort. Nous ne jouons pas le même championnat que Saint-Etienne mais on est en droit d'avoir un peu plus d'orgueil et de fournir un peu plus d'efforts pour pousser dans ses retranchements. Nous n'avons même pas su faire cela. La punition est là, elle n'est pas sévère mais normale. Je ne me retrancherais pas derrière les absents. J'avais dit avant la rencontre que tout le monde était important et que personne n'était indispensable dans le groupe. Je ne vais pas revenir sur cela après le match. Quand on construit un groupe, on le fait pour pallier les aléas. On a vu qu'il y avait une énorme classe d'écart entre une équipe qui veut jouer le haut du tableau et une autre qui devra se battre jusqu'au bout pour le maintien mais il faudra le faire avec d'autres intentions car au delà de la défaite, il n'y a eu ni orgueil, ni réaction et j'espère que c'est un accident".

Elie Baup (entraîneur de Marseille): "On a 9 pts c'est une bonne chose, mais ce n'est que trois matches, tout cela est provisoire. Il faudra voir après un peu plus de matches que cela, voir à la 10e journée où on se situe. On évaluera notre potentiel à ce moment-là. C'était un match tendu, il y a avait un gros enjeu de part et d'autre. Il y a eu des erreurs techniques des deux côtés. Il fallait rester le plus simple possible et revenir à de la concentration. Les deux équipes ont vraiment été très gênées par la chaleur en première période. La suite c'est jeudi, on rencontre le Sheriff (Tiraspol, en match retour du barrage d'Europa League, victoire 2-1 à l'aller, ndlr). On a un match conséquent qui est important pour notre équipe. Gérer l'Europa League et le championnat jusqu'à la trêve ça peut nous aider. Il y a des joueurs qui sont bien, il y a de l'entraide, de la solidarité, il faut garder cette mentalité. Gignac comme d'autres ont fait des efforts, il faut qu'on garde ça. (Sur la sortie de Valbuena) C'était un choix, il pouvait continuer, il était assez bien mais Jordan (Ayew) avait fait un bon match jeudi (2 buts en Europa League, ndlr). Il faut faire des choix. Loïc (Rémy) a eu une superbe occasion pour son retour, dommage qu'il ne l'ait pas mise au fond".