L'OM bute contre Reims

L'OM bute contre Reims

Publié le , modifié le

L'Olympique de Marseille a laissé passer l'occasion de reprendre provisoirement les commandes de la Ligue 1 en concédant le nul avec Reims (2-2) au Vélodrome, vendredi en match d'ouverture de la 25e journée. Les Marseillais ont longtemps eu la baraka face à des Rémois qui ont eu le mérite de ne jamais abdiquer, et qui sont parvenus à égaliser à l'ultime minute.

Finalement ce nul n'est pas immérité pour les Champenois qui ont notamment fait l'essentiel du jeu en première période, après avoir ouvert le score rapidement par De Préville, reprenant victorieusement un ballon renvoyé par le poteau de Mandanda, après une première superbe frappe de 25 m de Prince Oniangue. 

Marseille en réussite   

L'OM a beaucoup subi avant d'imposer un peu plus de pression en deuxième mit-temps et a dû s'en remettre aux coups de pieds arrêtés. D'abord sur un ballon dévié par Signorino dans ces propres buts sur une frappe de Payet, (58e), puis sur un corner de Payet, mal négocié par la défense rémoise et un ballon poussé dans les filets par André Ayewx (69e). Les Marseillais prenaient alors l'ascendant mais n'arrivaient pas à tenir le ballon et surtout ne terminaient pas leurs actions. 

Leur milieu de terrain trop élastique ne parvenait pas à resserrer l'étau, et leur bloc se dlitait. Tactiquement, ils semblaient assurer ce score et renforçaient leur axe défensif en allant moins de l'avant. Pourtant leurs quelques incursions pouvaient être vraiemnt dangereuses par la vitesse, mais les attaquants phocéens, qui avaient eu jusqu'alors beaucoup de réussite, se montraient maladroits dans le dernier geste.

Reims y a cru 

Comme ils reculaient trop et qu'ils perdaient rapidement le ballon, les Marseillais laissaient dans le match une équipe rémoise qui  continuait à y croire et à pousser. Jusqu'à cette 90e minute et une tête parfaitement ajustée par N'Gog sur laquelle Mandanda ne pouvait rien. Reims arrachait un nul logique qui prive non seulement Marseille d'un 12e succès d'affilée à domicile, mais l'empêche aussi de mettre la pression sur Lyon, qui reste en  tête avec 50 points, soit un de plus que l'OM et deux d'avance sur le Paris SG, le double tenant du titre qui reçoit Caen samedi.

Christian Grégoire