Marseille Mandanda déception
La déception se lit sur les visages des Marseillais | PHOTOPQR/LA PROVENCE

L'OM au stade de l'ennui

Publié le , modifié le

Marseille ne s'enfonce pas mais ne remonte pas pour autant. 11e de Ligue 1, l'OM fait face à ses limites après avoir sauvé in extremis le nul contre Saint-Etienne dimanche (1-1). La fin de saison s'annonce très longue…

Tous les quinze jours l'OM dispute le match de la dernière chance. En finir avec cinq mois de disette au Vélodrome et recoller au peloton des Européens. Tous les quinze jours le même échec que des nuls arrachés dans les ultimes secondes (contre Lille et Saint-Etienne) n'arrivent pas à cacher. Comme l'exprime très bien le journaliste de L'Equipe Vincent Duluc dans son éditorial du jour, le Vélodrome est une maison hantée. L'antre olympien terminé, il devrait susciter la crainte. "Mal habité", il est devenu un fardeau pour une équipe "en travaux". Si les miracles existent, Marseille peut s'estimer chanceux de n'être qu'à 5 points de la 3e place. "Il faut retenir le fait qu'on n'est pas largué, mais il va falloir faire très attention  désormais", reconnaît Romain Alessandrini. Le gâchis de St-Etienne, voire de Nice et Lyon, laisse aux Phocéens un infime espoir d'être européen la saison prochaine. Mais le réalisme n'incite pas à l'optimisme. Il est difficile de croire que l'OM va s'en sortir.

L'échec de Michel

Bientôt viendra l'heure de rendre des comptes et de trouver des coupables. La Provence en a déjà trouver un en la personne de Michel. Pour le quotidien local, l'entraîneur espagnol "n'a plus de crédit". La série noire des Phocéens à domicile est une première dans les annales du club. Ses choix et "la pauvreté" offensive de son système sont d'ores et déjà mis en cause mais Michel ne sautera pas car ce n'est pas le moment et les caisses du club sont vides. "Moi en danger ? Je ne pense pas à ça, jamais, je pense à faire mon travail et aller de l'avant, assurait Michel après le nul face aux Verts. Sincèrement, ça me fait mal pour les efforts de mes joueurs, le ballon semble toujours tourner contre nous. Ma vie  sportive n'a jamais été facile mais je continue." La bonne nouvelle, c'est que le vestiaire ne semble pas l'avoir lâché même si certains cadres commencent à trouver la saison longue.

Un avenir incertain

Venus en nombre dimanche après-midi, les supporters ont eux une autre cible que le successeur de Bielsa : Vincent Labrune. La patience n'est pas la première vertu des Ultras. Ils le sont pourtant depuis plusieurs semaines, bercés dans une sorte de fatalisme. Avec le président, le ressort est cassé. Il symbolise l'impuissance marseillaise dans une Ligue 1 à deux vitesses. Ses moyens sont extrêmement limités et quand il annonce des recrues, il ne dégote que Thauvin et Fletcher pour apporter du sang neuf. Le retour du premier est un fiasco. Sa sortie houleuse du stade en témoigne. Quant à l'Ecossais, son poids sur les défenses adverses est encore difficile à évaluer. Son arrivée permet en tout cas à Michel de faire souffler Batshuayi, buteur providentiel dimanche. Que reste-t-il à l'OM pour sauver sa saison ? Un exploit improbable à San Mames jeudi en 16e de finale retour de la Ligue Europa (Bilbao s'est imposé 1-0 à Marseille à l'aller, ndlr) et une victoire en Coupe de France. L'obstacle Granville en quarts ne fait pas peur mais tant que le PSG est encore qualifié, difficile de se projeter un soir de mai la Coupe à la main.