L'Olympique de Marseille porte plainte contre les outrages de deux supporters du PSG

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
OM logo
. | GERARD JULIEN / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'Olympique de Marseille a annoncé samedi porter plainte contre deux supporters du Paris SG s'étant filmés en train de cracher sur le logo de l'OM pour l'un, d'uriner sur le stade Vélodrome pour l'autre.

La riposte sera pénale pour l'OM. Après la diffusion de vidéos montrant deux fans du PSG en train de cracher sur le logo marseillais et d'uriner sur le stade Vélodrome, le club phocéen a décidé de porter plainte ce samedi. "Le club ne laisse rien passer et porte plainte contre les auteurs de ces deux vidéos", a fait savoir l'OM dans un communiqué dénonçant des "provocations de la part de touristes".

Des excès anti-PSG redoutés dimanche soir à Marseille

"Dans le contexte tendu actuellement", avec la finale de Ligue des champions PSG-Bayern Munich dimanche, qui peut permettre au club parisien de rejoindre l'OM, seul vainqueur français de la C1 (1993), au palmarès, "nous poursuivrons toute personne coupable de tels agissements", écrit le club.

Des excès anti-PSG sont redoutées à Marseille dimanche soir, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône avait même pris un arrêté interdisant le port du maillot du PSG dans le centre de la cité Phocéenne avant de faire machine arrière.

à voir aussi Ligue des champions : l'arrêté anti-maillot du PSG à Marseille abrogé Ligue des champions : l'arrêté anti-maillot du PSG à Marseille abrogé

Dans les séquences incriminées, la vidéo Twitter de @MendesDeTaz (1291 abonnés), crachant sur le logo de l'OM dans les vestiaires au cours d'une visite du stade Vélodrome avait été retweetée 1173 fois le 15 août. Le compte est actuellement protégé. Sur le réseau Snapchat, le compte pape.13003 filme un jeune homme torse nu, défini comme "parisien dans l'âme", en train d'uriner contre une des portes du virage Nord du stade Vélodrome. La vidéo a notamment été relayée sur Twitter par des comptes de supportes marseillais outrés.

AFP