Lyon PSG Jallet Cavani 022015
Cavani face à son ancien partenaire, Jallet | AFP

L'OL reste devant le PSG

Publié le , modifié le

Le choc de la 24e journée a tenu toutes ses promesses, l'Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain se quittant sur un nul 1-1, à l'issue d'une rencontre de grande qualité. Si le PSG a eu la maîtrise du ballon, l'OL a fait preuve d'une efficacité redoutable à l'image de son gardien Lopes. Après l'ouverture du score de N'Jie, Ibrahimovic a sauvé la mise de son équipe sur pénalty. Lyon demeure leader avec deux points d'avance sur l'OM et le PSG (3e en raison d'une moins bonne différence de buts).

Avec seulement deux points de retard avant le coup d'envoi, les Parisiens se sentaient pousser des ailes dès les premières minutes de cette rencontre au sommet. D'emblée mis sous pression par les virevoltants attaquants adverses, les Lyonnais donnaient le sentiment de se placer en spectateurs et non en acteurs. Dès la 7e minute, Ibrahimovic réalisait une volée de toute beauté qui crucifiait Lopes, mais le géant suédois était finalement signalé hors-jeu. Mais les Lyonnais n'étaient pas leaders du championnat pour rien, et sur une frappe de 25 mètres, Tolisso trouvait le poteau gauche des cages de Sirigu (11e).

Le match s'emballait et dans la minute suivante, Ibrahimovic fixait deux défenseurs, décalait astucieusement Cavani, mais la frappe de l'Uruguayen était détournée par Lopes. Sur un corner, David Luiz qui se trouvait idéalement placé voyait sa tête piquée passer juste à côté du cadre. L'esprit combatif des Lyonnais finissait par surprendre la passivité parisienne lorsqu'à la suite d'une action superbe menée par Jallet, Gourcuff et Ferri, Fekir déviait de la tête pour N'Jie qui ne se faisait pas prier pour envoyer un missile dans les cages de Sirigu (1-0, 31e).

Quand Lopes éne​rve Ibra

La deuxième période repartait sur le même rythme que la précédente, les hommes de Laurent Blanc monopolisant le ballon, mais cette fois un plus mordants. Une première parade de Lopes sur une tête puissante d'Ibrahimovic rassurait Hubert Fournier (50e). Et ce dernier pouvait à nouveau féliciter son gardien cinq minutes plus tard, alors qu'Ibrahimovic commençait à s'énerver face à l'efficacité du portier lyonnais qui était félicité par ses coéquipiers.

Après Ibrahimovic, c'était au tour de Cavani de se heurter au dernier rempart de l'OL, l'Uruguayen ne parvenant pas à piquer suffisamment son ballon (62e). Peu après, Verratti lancé comme une fusée dans la surface provoquait intelligemment un pénalty indiscutable, mais une fois encore, Lopes prenait le dessus sur Ibrahimovic en détournant sa frappe. Estimant que des joueurs étaient entrés dans la surface trop tôt, l'arbitre M. Clément Turpin demandait à refaire le pénalty, et cette fois, le N.10 parisien ne se trompait pas (1-1, 69e). Malgré un pressing redoublé des Parisiens, le score en restait là.

Déclarations

Hubert Fournier (entraîneur de Lyon): "Il faut  reconnaître que nous avons eu face à nous un grand Paris et il y a donc la  satisfaction d'avoir obtenu ce résultat nul. Il a fallu faire preuve d'abnégation et de solidarité. Nous avons fait le dos rond durant une grande  partie du match car nous n'avions pas les moyens, ce soir, de rivaliser  techniquement avec cette équipe parisienne. Il a fallu montrer un autre visage,  pas celui que je préfère, en défendant très bas car nous ne parvenions pas à  sortir le ballon et surtout le conserver. Nous avons été chanceux d'ouvrir la  marque et nous avons subi une énorme pression durant vingt minutes en seconde  période. Face à une équipe comme Paris, nous avons eu la chance d'avoir eu un  grand gardien qui nous a permis de rester dans le match. Il faut donner un coup  de chapeau à notre équipe car il nous manque des joueurs importants. Il fallait  être solide face à une équipe parisienne que l'on a retrouvée. Il y a aussi  quelques regrets car j'aurais préféré que les Parisiens marquent d'une autre  manière que sur un penalty qui est quand même assez litigieux et qui plus est à  retirer mais ils ont eu d'autres occasions. Nous restons premiers, ça fait  plaisir mais on voit que les Parisiens mettent la surmultipliée".
   
Laurent Blanc (entraîneur de Paris SG) : "Nous aurions pu gagner et nous  aurions pu perdre. On peut penser que le nul est logique même si je pense  qu'une équipe s'est procurée plus d'occasions qu'une autre. Je dois dire que le  meilleur joueur de Lyon, ce soir, c'est le gardien et cela prouve certaines  choses aussi au niveau du jeu. Tout le monde sort frustré de ce match-là, en ce  qui concerne les Parisiens mais quand on a les occasions, il faut les  concrétiser car on n'est jamais à l'abri de ce qui s'est passé en première  période. Sur la seule pénétration de l'OL dans notre surface, Lyon a marqué un  fort joli but. Lyon doit être satisfait de ce résultat nul. Nous sommes  satisfaits du point que nous ramenons en sachant que nous aurions pu en prendre  deux de plus. Il y a eu beaucoup de choses sur le jeu notamment en seconde  période au cours de laquelle mon équipe a été meilleure dans tous les  compartiments même si en première nous n'avons pas été mauvais. Il a manqué le  dernier geste et la performance du gardien qui a fait de beaux arrêts. Avec  plus de réussite, nous aurions marqué plus d'un but mais nous n'en n'avons  marqué qu'un et sur penalty. En plus, il a fallu le retirer. Il y a des soirs  où marquer devient compliqué".

Romain Bonte