Nabil Fekir et Hubert Fournier
Nabil Fekir félicité par Hubert Fournier, une scène qu'on ne reverra pas sur les terrains de L1 en 2015 | AFP - JEAN-FRANCOIS MONIER

L'OL: la vie sans Fekir débute contre Lille

Publié le , modifié le

Blessé au genou avec l'équipe de France et condamné à une absence d'au moins six mois après son opération du genou, Nabil Fekir va beaucoup manquer à son club de Lyon, qui affronte Lille à Gerland (17h). Quatre fois buteur lors des quatre premières journées de L1, le jeune lyonnais, élu meilleur espoir de L1 la saison passée, avait pris une énorme place dans le collectif de Hubert Fournier. L'entraîneur doit compenser l'absence d'un joueur irremplaçable.

De par ses qualités techniques et physiques au-dessus du lot, Fekir (4 buts  en 4 journées) est irremplaçable.  L'OL pourrait jouer la carte du joker médical, mais les joueurs de son  niveau sont sous contrat dans les meilleurs clubs européens, qui ne veulent  évidemment pas s'en séparer. Leur valeur marchande est de toute façon de plusieurs dizaines de millions  d'euros. Or Lyon, qui vient d'en mettre douze pour engager l'Espagnol Sergi  Darder (Malaga), sa plus grosse acquisition depuis 2010, n'a pas les moyens.

Par ailleurs, si l'Olympique lyonnais peut règlementairement engager un  joker médical, il ne pourrait jouer qu'en Ligue  1 , la liste pour participer à  la Ligue des champions ayant déjà été déposée fin août. "Ne pas prendre un joker médical est un choix par défaut, il ne faut pas  s'en cacher", admet l'entraîneur Hubert Fournier. Le club espère que les jeunes Maxwel Cornet et Aldo Kalulu sauront imiter  d'autres produits de la formation lyonnaise pour saisir leur chance. A l'image  de Fekir il y a un an, alors qu'il ne comptait que onze matches de L1 dont six  comme titulaire (1 but) en débutant le championnat 2014-2015.

Plus que deux attaquants confirmés à l'OL

En raison de l'absence de Fekir, l'OL n'a plus que deux attaquants  confirmés pour évoluer en 4-4-2: Alexandre Lacazette et Claudio Beauvue,  recruté cet été. L'idée de revenir au 4-2-3-1 utilisé auparavant peut faire son chemin pour  profiter ainsi des nombreux milieux de terrain présents dans l'effectif. "Nous pourrions changer (de système) en fonction de certains paramètres. Il  faudra tenir compte de l'accumulation des matches avec un joueur en moins dans  le secteur offensif", reconnaît Fournier, dont l'équipe doit jouer sept  rencontres d'ici au 3 octobre avec l'entrée en Ligue des Champions. "Sur les trois ou quatre prochains matches d'affilée, cela devrait aller  mais ensuite, il faudra avoir une vraie réflexion sur les temps de jeu",  prévient-il.

Par ailleurs, l'équipe lyonnaise devra s'adapter techniquement. "Nabil a tendance à demander le ballon dans les pieds. Claudio (Beauvue)  est plus un joueur de profondeur. Il va falloir voir ses appels, lui mettre des  ballons au bon endroit et au bon moment", prévient le milieu Corentin Tolisso. Beauvue amène également une plus-value dans le domaine aérien offensif. Enfin, la manière de défendre des équipes adverses ne sera plus la même car  Fekir était le joueur subissant le plus de fautes en Ligue  1. "Quand un international n'est pas sur le terrain, c'est un souci en moins pour l'adversaire", note Fournier.

Lacazette ​sous pression

Après un début de saison raté, Alexandre Lacazette, meilleur buteur du  championnat la saison dernière (27 buts) est très attendu, dès samedi contre  Lille à Gerland, où une partie du public avait accompagné de sifflets sa sortie  contre Rennes, match perdu 2-1 par Lyon le 22 août et au cours duquel il avait  été inexistant. Le joueur n'était en réalité pas totalement rétabli de douleurs dorsales à  la suite d'un choc reçu contre Lorient (0-0) à l'occasion de la 1re journée. "Nous avons toujours beaucoup compté sur Alex. Il était quand même notre  meilleur buteur la saison dernière. Si nous voulons réaliser une belle saison,  il faudra que nos cadres soient au rendez-vous et Alex en fait partie. Ses  problèmes de dos sont passés. Il n'est peut-être pas encore à 100% mais je  pense qu'il le sera en accumulant du temps de jeu. Je n'ai pas d'inquiétude à  son sujet sur le plan mental", assure Fournier.

AFP