Joe Cole
Joe Cole | TUCAT / AFP

Lille veut éviter de prendre l'eau

Publié le , modifié le

Lors de la seule rencontre programmée samedi (le reste des matchs étant prévu dimanche), Lille espère profiter de la venue d'Evian Thonon Gaillard pour se retrouver dans une spirale plus positive que ces derniers jours. Le match nul contre Valenciennes avait déjà fait perdre de précieux points aux Lillois en championnat, et la nouvelle défaite de mercredi en Ligue des Champions contre l'Inter n'est pas faite pour redonner confiance aux hommes de Rudi Garcia.

Toujours troisièmes de Ligue 1, mais à désormais six longueurs du PSG, solide leader, les Dogues n'ont pas trop intérêt à viser un autre résultat que la victoire à l'occasion du match d'ouverture de la 13e journée de championnat. Mathématiquement, une défaite pourrait faire plonger le club du Nord à la sixième place, c'est dire si Rudi Garcia doit se ronger les ongles. Nommé parmi les entraîneurs de l'année 2011, le technicien sait qu'il devra palier aux nouvelles absences de joueurs clés tels que Florent Balmont (suspendu) et Marko Basa (forfait).

De son côté, Bernard Casoni a retrouvé des couleurs grâce au confortable succès de ses joueurs sur Auxerre (3-1). Un peu plus éloigné de la zone rouge, le club haut-savoyard n'est toutefois pas à l'abri d'une rechute, et c'est sans doute pour cette raison que Casoni a souhaité reconduire l'équipe victorieuse de la semaine dernière. Seul Christian Poulsen (suspendu) laissera sa place, tandis que Jérôme Leroy sera de retour après avoir purgé sa suspension. S'il sait qu'il reste encore du chemin à parcourir pour son équipe, le joueur qui vient de fêter ce vendredi ses 36 ans, pense qu'il y a peut-être un coup à jouer à Lille.

"Notre chance, c’est qu’ils ont joué en Ligue des champions mercredi", explique le milieu offensif. "On a donc un peu plus de chance de garder le point qu’on a avant le coup d’envoi. La seule chose qu’on souhaite, c’est de ne pas prendre une valise. Il faudra donc être bien physiquement et ne rien lâcher pendant 90 minutes car avec l’accumulation des rencontres, ça peut compter", a-t-il toutefois nuancer.

Romain Bonte