Lille Frau saut 032010
Pierre-Alain Frau fait décoller Lille | AFP - PHILIPPE HUGUEN

Lille tape l'OM, Lyon tape le carton

Publié le , modifié le

Lille a repris la 1re place de Ligue 1 en allant s'imposer dimanche soir à Marseille en clôture de la 26e journée. Tenu en échec à l'aller Lyon a remis les pendules à l'heure contre la lanterne rouge Arles-Avignon Lisandro a été le détonateur de l'OL en inscrivant un triplé (13e, 51e, 55e). Pjanic et Bastos ont complété le succès des Rhodanien (5-0) qui mettent ainsi la pression sur l'OM. Bordeaux s'est rassuré en s'imposant 3-1 à Brest où rien ne va plus.

Lille, qui avait temporairement  cédé son trône de leader à Rennes au cours du week-end, a donc repris sa première place en s'imposant à Marseille sur une splendide frappe de tente mètres d'Eden Hazard (10e) et puis sur un but dans le temps additionnel de Pierre-Alain Frau (90e+1).  Cette victoire de prestige que l'OM n'a vraiment été en mesure de contester qu'après la pause, valide un peu plus sa candidature au titre. Elle récompense aussi l'équipe au football le plus léché. Les Lillois ont dans l'essentiel dominé une rencontre très ouverte. Lille dégageait alors une telle aisance technique, surtout en première mi-temps, et une telle rapidité dans ses transmissions, et une telle capacité à ratisser tous les ballons au milieu qu'après le 1er but on ne les voyait pas se faire reprendre.L'OM revenait un petit peu dans le match et refaisit surface à l'heure de jeu d'une belle frappe de Rémy. Le match gagnait encore en intensité dans un final haletant. Vanté pour ses mérites défensifs retrouvés depuis quelques semaines, la formation de Deschamps a paradoxalement pris l'eau dans ce secteur-là dimanche. Les sanctions ont été immédiates, comme lors de ce but de Frau, laissé libre dans la surface, à la 92e minute.

Le stade Vélodrome était assommé. Avec ce revers, les Phocéens se sont fait dépasser par Lyon à la différence de buts. Alors qu'ils étaient invaincus en championnat depuis le 5 décembre dernier, les Marseillais perdent des points au moment où les candidats au titre piaffent en vue de la dernière ligne droite printanière.

Lyon totalise

Une fois, ça suffit ! Claude Puel n'avait pas apprécié le nul concédé en Provence (1-1). Depuis, Lyon a retrouvé une partie de son standing tandis que Arles-Avignon s'est enfoncé vers la Ligue 2. Ces trajectoires opposées se sont accrues dimanche à Gerland. La faute à un OL largement supérieur et un Lisandro Lopez efficace. De retour après une absence de trois matches dont un en Ligue des champions contre le Real Madrid pour une blessure à une cuisse, l'Argentin a ouvert la marque en reprenant une passe de la droite de Jimmy Briand à la conclusion d'un mouvement à trois initié par Yoann Gourcuff (13). Cinq minutes plus tard, Miralem Pjanic battait Vincent Planté à bout portant après une astucieuse déviation de Lisandro après une passe de Briand, là encore sur un jeu à trois (18). Lisandro portait ensuite le score à 3-0 en reprenant de la tête un centre délivré de l'aile droite par Cesar Delgado (51) avant de réaliser son triplé en marquant de près à la suite d'une passe de Bafétimbi Gomis (55) tout juste entré en jeu. Ce dernier s'est aussi vu refuser injustement un but pour un hors-jeu imaginaire (62). Dans le temps additionnel, Michel Bastos a ajouté un cinquième but à la suite d'un corner (90+3). 5-0, Lyon a soigné son moral et sa différence de but.

Le dernier voyage girondin en Bretagne avait failli provoquer la chute de Jean Tigana (défaite 5-0 à Lorient). Sans le soutien du président Triaud et l'actionnaire Tavernost, le coach bordelais aurait été différent sur le banc brestois. Depuis quinze jours, le soleil a refait son apparition en Gironde et l'ère Tigana II commence de la meilleure des manières avec ce 2e succès en huit jours, après celui décroché contre Auxerre (3-0). Sur la pelouse de Francis Le Blé, les Girondins ne doivent leur salut qu'à une sublime inspiration de leur Brésilien Wendel, qui a décroché la lucarne sur un coup franc de 25 m, dès le retour des vestiaires (1-0, 49). Et Plasil, profitant d'une erreur de Baysse, scellait le sort du match peu après l'heure de jeu (2-0, 67). Même si Ferradj sauvait finalement l'honneur (2-1, 87), Diabaté alourdissait la marque en contre (3-1, 90+2). Grâce à ce succès 3-1, les Bordelais se replacent au classement (7e, 37 pts), à distance respectable toutefois du club des cinq et à une unité de Montpellier, toujours 6e.

Réactions

Claude Puel (entraîneur de Lyon) : "C'est une bonne opération sur le fait d'avoir gagner ce match mais aussi par le fait d'être resté sérieux jusqu'au bout. Nous savons que la différence de buts peut être importante en fin de saison. Quand on a l'opportunité de marquer, c'est bien. Les joueurs ont pris du plaisir notamment en seconde période en jouant, en allant chercher d'autres buts. Il faut féliciter Arles-Avignon qui nous a posé quelques problèmes après que nous ayons marqué deux buts. Elle n'a pas fermé le jeu. J'ai trouvé l'arbitrage très sympa, j'ai trouvé les arbitres plus relâchés. C'était tout bénéfice pour eux peut-être. Il n'y a pas eu de temps morts dans le jeu. Ils ont laissé jouer. J'ai senti un trio très décontracté, paradoxalement, très bien, avec beaucoup d'échanges avec les joueurs et l'encadrement, beaucoup moins à cran que certains, parfois. Ils ont fait un très bon arbitrage".

Farouk Hadzibejic (entraîneur d'Arles-Avignon): "Nous avons facilité la tâche de l'équipe de Lyon surtout sur les deux premiers buts. Nous avons été trop naïfs. Nous avons mis les Lyonnais en confiance. Ce qui me dérange plus c'est que 5-0 c'est beaucoup mais parfois 1-0 cela aurait été pareil. On ne gagne aucun point mais cela peut masquer certaines choses. Le prochain match contre Lorient sera notre dernière chance pour sauver notre tête. Ce n'est pas à Lyon que l'on envisageait de prendre des points. Aujourd'hui c'était mission impossible. Lyon a retrouvé son niveau. Avec Marseille, c'est un candidat très net pour le titre et en jouant comme cela, l'OL peut aussi poser beaucoup de problèmex au Real en Ligue des Champions. J'ai trouvé l'arbitrage très bien et nous aimerions avoir un tel arbitrage tous les week-ends".

Jean Tigana (entraîneur de Bordeaux): "On espère un peu que c'est le début d'une belle série. Ce qui m'a intéressé, c'est le sérieux dans le positionnement. On a vu une équipe très solidaire, c'est la première fois qu'on marque trois buts deux fois de suite. On a concédé beaucoup d'occasions, on a eu un grand Cédric (Carrasso). On a eu aussi beaucoup de réussite mais on avait bien démarré le match. Après les 20 premières minutes, on n'a plus eu d'occasions mais eux non plus. Ca s'est débloqué sur coup de pied arrêté. Je suis content pour Wendel, je lui avais dit cette semaine qu'il marquerait".

Alex Dupont (entraîneur de Brest): "On a reçu une leçon de réalisme. Trois attaques, trois buts. On a eu l'opportunité d'ouvrir le score, on est tombé dans un faux rythme, on n'a pas su l'élever et on n'a pas trouvé les solutions offensives. C'est un drôle de match. On a l'impression qu'on n'a pas joué. On l'a perdu, il s'est passé quelque chose, Bordeaux est passé par là. On est là pour gagner des matches et dans les zones de vérité et on a été défaillant, pas à la hauteur."