bordeaux planus lille payet
planus bordeaux lille payet 102012 | AFP - NICOLAS TUCAT

Lille s'en sort bien

Publié le , modifié le

Grâce à une égalisation inespérée de Basa dans les arrêts de jeu, sur l'ultime corner du match, Lille a arraché le match nul 1-1 sur la pelouse de Bordeaux, en ouverture de la 9e journée. Ludovic Obraniak avait ouvert la marque en début de rencontre pour des Girondins dominateurs, mais mauvais gestionnaires. Bordeaux reste invaincu, mais concède un troisième résultat nul consécutif à domicile qui les prive de la deuxième place

Bordeaux a certes enchaîné à 16e match sans défaite en Ligue 1, mais les Girondins aspiraient à beaucoup mieux, c'est-à-dire à la deuxième place du championnat. Une fois encore, au terme d'une rencontre qu'ils ont dominé de la tête et des épaules, ils doivent se contenter d'un résultat nul à domicile. Le mauvais coup a cette fois été joué par Lille en ouverture de la 9e journée de Ligue 1 (1-1). Comme Ajaccio (2-2) et Nice (1-1) avant eux, les Dogues ont arraché le point du match nul dans les arrêts de jeu sur la pelouse de Chaban-Delmas. Alors certes, Bordeaux reste invaincu, mais une fois encore les hommes de Francis Gillot ont laissé filer de précieux points en route.

Tout avait pourtant impeccablement commencé. Pour la quatrième fois en cinq matches, Ludovic Obraniak rappelait à son ancien entraîneur qu'il n'aurait jamais dû le laisser partir au Sud. Dès la 18e minute, le Polonais, que l'on disait fatigué par un retour tardif de sélection après son excellente sortie face à l'Angleterre mercredi, a trouvé la faille en reprenant victorieusement de la tête un centre de Mariano (1-0). L'an dernier, il avait offert la victoire aux siens lors du spectaculaire 4-5 au Stadium Nord. Cette année encore, Obraniak se voyait bien en sauveur et bête noire.

Bordeaux laisse encore filer des points

Sans Trémoulinas et Henrique absents - le premier pour raisons familiales, le second suspendu -, Bordeaux s'est montré le plus dangereux dans cette rencontre en manque fréquent de rythme. Lille a monopolisé le ballon (62% de possession) sans grande idée pour le faire fructifier. La tête de Salomon Kalou magnifiquement repoussée par un Cédric Carrasso intraitable durant 90 minutes s'apparentait davantage à un leurre (23e). Le forfait de Rio Mavuba, touché au ménisque, a longtemps porté préjudice à un LOSC en manque de liant au milieu tandis que Marvin Martin et Kalou ne pesaient guère sur le jeu. Le premier était même tout près de s'illustrer juste après l'heure de jeu par sa maladresse sur un tacle en retard qui aurait pu lui valoir un second avertissement synonyme d'expulsion.

Bordeaux a sans doute eu le tort de vouloir gérer son avance pour mieux placer des contres assassins dans les pas du toujours aussi remuant Gouffran. Et les Marine et Blanc peuvent également remercier Carrasso pour quelques sauvetages décisifs notamment face à Debuchy (51e) ou encore Roux (87e). Mais il n'a rien pu faire sur le coup de tête rageur d'un Marko Basa pourtant touché physiquement, mais encore là pour tout donner sur l'ultime corner du match alors que Landreau était également monté semer la panique dans la surface (1-1, 90+3). Et le Monténégrin s'est même cassé le nez sur l'action, heurté par un défenseur bordelais. Il devrait passer des examens samedi à Lille. S'il s'en sort bien avec son point pris, le LOSC peut également se dire qu'il n'a pas été vernis lorsque l'arbitre a oublié de signaler une main de Planus dans la surface (58e).

Bordeaux pourra ruminer son manque d'entrain et sa frilosité dans le jeu. Voilà les Girondins contraints de se contenter d'une quatrième place provisoire alors que la deuxième leur tendait les bras. Et sans tous les points abandonnés dans les arrêts de jeu, la bande à Gouffran serait leader. Dans un match sans grand relief, Lille peut finalement y trouver son compte. Après la victoire face à Ajaccio (2-0), Pedretti et les siens engrangent un peu plus de confiance avant de se frotter au Bayern Munich mardi en Ligue des champions. Mais il faudra proposer un autre visage pour relever enfin la tête sur la scène européenne.

Réactions

Rudi Garcia (entraîneur de Lille) : "On avait dit aux garçons que les Girondins prenaient des buts dans le temps additionnel. C'est une équipe capable, sous couvert de protéger son avance, de reculer beaucoup, ce qui allait nous donner des opportunités. Sur le plan comptable, c'est un bon point, un nul à l'extérieur et à Bordeaux ces dernières saisons, on a rarement fait mieux que ce résultat-là. Par contre, je n'ai pas aimé le contenu, on a du déchet technique ce qui fait que l'on s'est fait contrer en première période, on a manqué de fluidité et de détermination offensive. La preuve en est, il y a deux grosses occasions par équipe en première période, et un peu comme à Valence, la seule cadrée est celle de Bordeaux et on est mené."
      
Francis Gillot (entraîneur de Bordeaux) : "Comme d'habitude, c'est toujours pareil, on est déçu de ce qui se passe évidemment. Après il faut avancer, retenir ce que l'on a fait avant la 94e minute, on a plutôt fait des bonnes choses. Le résultat est décevant par rapport à l'investissement des joueurs et la qualité du match. Il y a eu des hauts et des bas, des occasions  pour nous, contre nous. Le score n'est pas illogique, mais prendre un but à la dernière seconde est rageant. Les choses qui nous sont arrivées par le passé doivent trotter dans la tête. Après il y avait la taille à Lille, il y a beaucoup de joueurs athlètiques, la faute avant que l'on ne doit pas faire, tous ces petits détails qu'on a du mal à corriger mais qu'il faut corriger. Je vais rester positif ce soir, je pense qu'on a une bonne base de travail pour la suite."