Dimitri Payet
Dimitri Payet (Lille). | DENIS CHARLET / AFP

Lille se refait une santé

Publié le , modifié le

En s’imposant avec autorité à domicile face à Reims (3-0) vendredi, Lille s’est relancé dans la course à l'Europe en se plaçant provisoirement au pied du podium, à trois points de Lyon qui reçoit Paris dimanche.

Lille n’a pas dit son dernier mot. Après leurs deux dernières contre-performances face à Sochaux (3-3) et Toulouse (2-4), les Dogues ont remis un coup d’accélérateur en disposant logiquement de Reims (3-0). Dominateurs et emmenés par un Payet une nouvelle fois intenable, les hommes de Rudi Garcia peuvent se remettre à rêver d’une qualification en Ligue des Champions. 

D’entrée de jeu, Lille a pris les choses en main avec la volonté d’étouffer son adversaire. Privé de ballon, Reims subit et profite de ses quelques coups de pieds arrêtés pour amener le danger. Mais après 15 minutes de résistance, les Rémois vont céder, terrassés par la vivacité de l’autre grand bonhomme de cette partie, l’ivoirien Salomon Kalou, auteur de son 12e but en Ligue 1 à la suite d’un joli rush (19e), avant d’inscrire son 13e sur un autre exploit personnel (76e).

Rien ne résiste à Payet

Entre les deux, Dimitri Payet s’était chargé d’alourdir le score dès le retour des vestiaires. Après une récupération de Martin aux 30 mètres, l’homme providentiel du LOSC hérite du ballon, s’avance à l’entrée de la surface pour marquer du gauche d’une frappe sublime enroulée dans la lucarne (49e). L’écart creusé, Lille s’est appliqué à faire en sorte de ne pas revivre la même mésaventure que face à Sochaux (menant 3-0 à 10 minutes de la fin, Lille avait finalement concédé le nul) en restant très concentré.

Reims, de son côté, n’a jamais semblé en mesure d’inquiéter une équipe nordiste séduisante. A l’exception peut-être de cette 44e minute et ce penalty oublié suite à une faute sur Diego qui aurait pu changer la physionomie de la rencontre. Quoi qu'il en soit, Reims (15e) voit son compteur bloqué à 39 unités et devra s'accrocher jusqu'au bout pour se maintenir en Ligue 1. Le LOSC n'en a que faire et empoche une victoire aussi précieuse que méritée. 

Victor Patenôtre