René Girard
L'entraîneur du LOSC, René Girard | AFP - VALERY HACHE

Lille-PSG: Le LOSC peut-il perdre le nord ?

Publié le , modifié le

Sans le moindre succès depuis le 27 septembre, le LOSC accueille le PSG, ce soir, lors de la 16e journée de Ligue 1. Au bord de la zone de relégation, les Lillois prônent "l'union sacrée", dixit leur capitaine Rio Mavuba, pour se sortir de cette mauvaise passe. Face à un PSG engagé dans une série de 9 victoires consécutives (toutes compétitions confondues), Lille est sous pression, comme son entraîneur René Girard.

"Ce n'est pas le moment de regarder derrière. On essaye d'avancer, de se remettre en questions." Tels ont été les mots de René Girard lors de la conférence de presse à la veille du match contre le PSG. Arrivé en début de saison dernière pour prendre la lourde succession de Rudi Garcia, l'ancien milieu de terrain vit ses premiers moments très difficiles sur le banc du LOSC. L'an passé, il avait parfaitement conduit ses troupes pour les mener jusqu'à la 3e place, synonyme 3e tour préliminaire de Ligues des Champions. Mais l'intersaison est passée. En quête d'argent, son club a laissé partir Salomon Kalou et son gros salaire, tardivement. Et la phase de poules de Ligue des Champions s'est envolée à Porto, lors des barrages. Depuis ce 26 août, le LOSC n'a remporté que deux rencontres, au stade Pierre-Mauroy, contre Nantes (2-0) et Bastia (1-0). L'attaque ne carbure pas, la défense n'est pas intraitable, l'avenir en Ligue Europa n'est pas assuré, celui en Ligue 1 très compliqué (14e avec 2 points d'avance sur le 19e).

A la recherche du déclic

Voilà le panorama d'une équipe qui sait que son président, Michel Seydoux, cherche un investisseur pour l'épauler puis lui céder les rênes du club. Au milieu, il y a René Girard. L'ancien entraîneur de Montpellier est un combattant. Il l'était sur le terrain, il le reste sur le banc: "En tant que joueur ou en tant qu'entraîneur, j'ai toujours répondu présent dans les moments compliqués", a-t-il confié la veille de ce choc contre le PSG. "Et ça ne changera pas. Aujourd'hui, on se tait, on travaille, on a des points à aller chercher. Tout ce qu'il y a autour, ça ne m'intéresse pas. J'assume complètement ces moments difficiles. Mais je sais qu'il ne faut pas grand-chose pour que ça reparte dans le bon sens."

C'est aussi le message délivré par un autre éternel combattant, Rio Mavuba, le capitaine: "On est tous en union pour essayer de sortir le LOSC de cette situation. On est tous dans le même bateau. Il faut l'union sacrée." Et ce match contre Paris est le premier d'une période presque vitale pour l'équipe, avec ce week-end le derby du Nord contre Lens puis la Ligue Europa la semaine suivante contre Wolfsburg. "On est en train de montrer la voie", assure-t-il. "Il nous manque encore ce déclic. On espère qu'il va vite revenir. Un match peut nous faire rebasculer. La solution ne doit pas venir uniquement des attaquants. Ils ne doivent pas porter tout le poids du LOSC sur leur dos."

Le PSG, c'est 10 victoires sur les 11 derniers matches

Avec cinq points pris sur 27 possibles lors des neuf derniers matches de Ligue 1, René Girard est clairement en position délicate. Michel Seydoux n'a pas l'habitude de limoger ses entraîneurs, mais... Face au PSG, la motivation sera facile à trouver. Reste à relever un sacré. L'équipe de Laurent Blanc est en effet lancée comme un frelon depuis le succès contre le FC Barcelone, avec dix victoires lors des onze derniers matches, et 23 buts marqués pour 8 encaissés. 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze