Lille perd son titre, Paris en rêve encore

Lille perd son titre, Paris en rêve encore

Publié le , modifié le

Montpellier a battu Lille 1-0 lors de la 37e journée de Ligue 1, et garde trois points d'avance sur le Paris Saint-Germain qui peut encore y croire. Le PSG s'est en effet imposé 3-0 sur Rennes qui perd la cinquième place aux dépens de Bordeaux, vainqueur de Lorient 1-0. L'AJ Auxerre est mathématiquement en Ligue 2, après une 17e défaite face à l'Olympique de Marseille (3-0).

Montpellier y est presque

Privés de Belhanda, suspendu trois matches fermes, les Montpelliérains abordaient ce match comme une finale, et allaient se procurer une première occasion franche par Giroud, qui sur une passe en retrait, permettait à Cabella de se retrouver en position idéale pour ouvrir le score, mais plus que d'ouvrir le score, il ouvrait trop son pied et le ballon s'envolait (23e). A la demi-heure de jeu, c'était au tour de Lille de se montrer dangereux sur les cages adverses dans un duel Pedretti/Jourdren remporté de peu par le dernier rempart montpelliérain.

René Girard (au micro de Canal+): "On y a cru jusqu'au bout, ça a payé, c'est fabuleux ce qu'ont fait les garçons, on va s'accrocher jusqu'au bout."

A la 53e, Giroud reprenait de la tête un centre de Bocaly, mais Landreau sauvait les siens sur sa ligne et le score restait nul et vierge (0-0). Une faute de Yanga-Mbiwa -déjà averti- sur Hazard aurait pu coûter une expulsion lourde de conséquence aux Héraultais mais l'arbitre de la rencontre M. Fautrel préférait en rester là. Et au final, le score n'en restait pas là, car dans les arrêts de jeu, Giroud débordait sur le flanc gauche et offrait le but de la victoire à Aït-Fana (1-0). Montpellier n'aura désormais besoin que d'un match nul pour être champion, sachant que les Héraultais joueront leur dernier match face à une équipe d'Auxerre d'ores et déjà condamnée…

Louis Nicollin devra encore patienter une semaine avant de savoir si son club est champion de France pour la première fois de son histoire. Jusqu'ici, Montpellier n'avait jamais fait mieux qu'une troisième place. L'équipe de 1988 qui comprenait notamment Laurent Blanc, mais aussi Roger Milla, avait en effet terminé derrière Bordeaux et Monaco (champion). Les Dogues qui ne se sont plus imposés à La Mosson depuis huit ans (le 28 février 2004), et y ont même été éliminés en 16e de finale de la Coupe de la Ligue en septembre 2008 (2-2 a.p., 4-2 aux tirs au but) repartaient de nouveau bredouilles. Mais surtout, cette défaite écartait mathématiquement le tenant de la course au titre.

Un premier triplé pour Nene

Directement concerné par le résultat de Montpellier, le Paris Saint-Germain se trouvait dans l'obligation de l'emporter face à des Rennais soucieux de préserver leur cinquième place, synonyme de qualification en Europa League. Et les hommes de Carlo Ancelotti qui après avoir dominé sans forcer la première période face aux Bretons, parvenaient finalement à ouvrir le score. Une fois encore, les qualités de débordement de Ménez –lancé côté gauche- qui réalisait une magnifique passe en retrait, offrait un but sur un plateau à Nene (1-0, 47e). Sur un coup franc excentré sur la gauche, le Brésilien réalisait même un doublé dix minutes plus tard (2-0, 57e), puis un triplé –son premier en Ligue 1- après avoir transformé un pénalty (3-0, 65e). Les supporteurs du Parc des Princes exultaient car ils sentaient bien que le titre n'était peut-être pas tout à fait perdu…

Alain Casanova (entraîneur de Toulouse, 8e à 2 points de Bordeaux): "Je pense que c'est un résultat qui n'arrange ni Dijon, ni Toulouse. S'il y avait un scénario qui était insatisfaisant pour tout le monde, c'était celui là. Je pense que c'est mort  pour la Ligue Europa. Ce sera très compliqué au vu des résultats de la journée."

Pour qui la 5e place ?

Défait 3-0, Rennes a cédé sa cinquième place à Bordeaux, vainqueur de Lorient 1-0. Cette victoire permet en effet aux Girondins de passer devant les Bretons et de se placer en position idéale pour décrocher une participation en Europa League. Pour cette fameuse cinquième place, tout se jouera donc lors de la dernière journée avec notamment un duel Saint-Etienne - Bordeaux qui risque d'être rude. Les Stéphanois qui étaient en course pour l'Europe, ont échoué à Nancy, vainqueur 3-2 sur un doublé de Moukandjo (6e et 21e) et une troisième réalisation signée Mollo peu avant la pause. Aubameyang (39e), puis Batlles (70e) avaient bien réduit le score, mais la fébrilité défensive des Foréziens a lourdement pénalisé l'équipe stéphanoise.

Euro: Gourcuff et Rémy malheureux
Cette 37e journée de Ligue 1 pourrait également avoir des conséquences sur la liste des 23 joueurs de l'équipe de France, qui disputeront le prochain Euro. Gourcuff a été expulsé face à Ajaccio pour un mauvais geste sur Pierazzi, et perdu ainsi l'occasion de prouver à Laurent Blanc qu'il avait retrouvé son meilleur niveau. Plus inquiétant, le joueur de l'OM Loïc Rémy est sorti juste après la pause contre Auxerre. Le buteur de l'équipe de France était apparemment touché en haut de la cuisse, un coup dur à quelques jours de l'annonce des joueurs retenus en équipe de France pour l'Euro.

L'OM crucifie Auxerre

Cette saison 2011-2012 aura marqué le retour de l'une des équipes les plus stables de ces trente dernières années (avec le PSG, parmi l'élite depuis 1973) en deuxième division. Lanterne rouge à deux journées de la fin, l'AJ Auxerre n'avait jamais été aussi proche d'une relégation depuis qu'elle avait mis un pied en première division lors de la saison 1980-1981. Le club que l'on associe encore et toujours à l'emblématique Guy Roux (entraîneur du club pendant plus de 40 ans) a tout connu, d'un doublé Coupe-Championnat en 1996 à un quart de finale de Ligue des Champions en 1997, en passant par une demi-finale de Coupe de l'UEFA en 1993. Mais le malheureux Jean-Guy Wallemme n'aura pas pu éviter cette défaite au Vélodrome face à Marseille (3-0).

Corentin Martins (entraîneur de Brest, 16e): "Ce soir, c'était une demi-finale. (...) Le  plus important, c'est la semaine prochaine. On peut s'appuyer sur les valeurs de ce groupe: générosité, solidarité. C'est le dernier match, c'est notre  finale ".

Si l'AJA est condamnée, il reste encore à déterminer les deux dernières places pour la relégation. Alors que Sochaux a fait un pas peut-être décisif vers le maintien à la faveur d'un succès 3-1 à Caen, son adversaire normand a du souci à se faire. Si Caen ne se trouve pas dans la fameuse zone rouge, ce n'est que grâce à une meilleure différence de buts avec Ajaccio, premier relégable (-18 contre -23). Le club normand, 17e avec 38 points, se trouve aussi sous la menace de Dijon, qui ne compte que deux longueurs de retard...

Romain Bonte