Le Lillois Mendes au dessus du Lyonnais Dabo
Le Lillois Mendes au dessus du Lyonnais Dabo | DENIS CHARLET / AFP

Lille n'est pas verni

Publié le , modifié le

Au régime sec depuis début août, Lille est passé tout près de renouer avec le succès face à Lyon en clôture de la 6e journée de Ligue 1. D'emblée en action, les Nordistes ont vite pris la mesure de l'OL grâce à un but de Roux (6e). Plusieurs fois, le Losc a eu le deuxième but au bout du pied mais sans réussite. Apathique pendant presque tout le match, Lyon a finalement rugi une fois par Lisandro, auteur d'une superbe égalisation (80e).

Lille ne connaît pas la crise ou ne veut pas la connaître. Il y a pourtant le feu dans la maison nordiste après un début d’exercice très poussif. Depuis sa victoire initiale à St-Etienne, le Losc est en panne (trois nuls et une défaite). Il vient même de subir une cinglante défaite à domicile en C1 face au BATE Borisov (1-3). A l’inverse, Lyon, qui a beaucoup dégraissé cet été, a retrouvé une forme étincelante. L’OL est invaincu et suit les pas de l’OM. Mais ce déplacement à Lille rappelle des mauvais souvenirs aux Gones, souvent battus dans le Nord ces dernières années.

Après un petit round d’observation, le Losc utilisait la profondeur en envoyant Debuchy, hors-jeu, sur son aile droite. Le latéral international centrait pour le jeune Mendes. Il ratait sa reprise mais ça donnait une passe aveugle pour Roux, seul au 2e poteau, qui lui ne ratait pas son tir. La réussite était lilloise en ce début de match (1-0, 8e). Les Dogues enchaînaient avec Payet qui frappait fort devant le but mais c’était beaucoup trop fort pour être repris par un partenaire (14e). L’ancien stéphanois allait être bien plus inspiré par la suite. Il l’était sur un coup franc excentré tendu que Vercoutre renvoyait des deux poings (20e). Ce Lille-là présentait un autre visage qu’en C1. Plus dynamique, il se projetait vite devant et déséquilibrait des Lyonnais déboussolés. Le 4-4-2 proposé par Rémy Garde n’offrait aucune garantie, aussi en attaque qu’en défense. Plus que le système, ce sont les joueurs qui manquaient à leurs devoirs.

Lisandro ne dormait pas

A la pause, l’OL pouvait s’estimer heureux de n’être mené que d’un but car Mendes perdait son face à face avec Vercoutre (45e). Parfaitement lancé par Payet, il crochetait Dabo mais manquait de précision dans sa frappe. Si Lille abandonnait volontiers la possession du ballon à Lyon, il gardait le monopole des occasions. Toujours en jouant vite vers l’avant. Sollicité à gauche, Roux récupérait un mauvais renvoi de Bisevac et adressait un magnifique extérieur pour Payet. Le milieu international réussissait sa « Madjer » mais Vercoutre sortait un arrêt de grande classe (57e). L’OL lui devait une fière chandelle. Intenable, Payet affolait toujours l’arrière garde rhodanienne mais pêchait encore dans le dernier geste (63e)

La première occasion Lyonnais arrivait tard mais elle n’était pas loin de faire mouche. Gomis remisait pour Lacazette qui frappait dans la foulée. Parfaitement concentré, Landreau réalisait son premier arrêt du match du pied (78e). Le seul car sur la frappe de Lisandro, le portier du Losc allait chercher le ballon dans ses filets (1-1, 80e). Ce but était cruel pour Lille car l’Argentin avait été à l’image de son équipe, transparent. Mais la talent en sommeil peut toujours se réveiller. Lisandro l’a prouvé en réussissant un petit pont sur Mavuba puis en logeant son tir au ras du poteau. Les Nordistes pouvaient se mordre les doigts d’avoir gâché tant d’occasions de doubler la mise.

Réactions

Rémi Garde (entraîneur de Lyon): "La première mi-temps n'a pas été bonne. Je suis satisfait de prendre un point, 48 heures après un match de Coupe d'Europe où on avait laissé des plumes. Revenir au score en deuxième période n'était pas gagné mais les joueurs ont fait des efforts et ont été récompensés. Sur la première période, j'assume le changement d'animation et d'organisation qui permettait de faire entrer des joueurs frais. On avait battu deux fois Lille en 4-4-2 la saison dernière. Cette fois, ça n'a pas marché. On a eu un déchet technique trop important, on avait les jambes lourdes. Lisandro a peut-être peiné à trouver ses sensations en première période mais en seconde il a retrouvé ses marques dans un système qu'il connaît mieux (en 4-3-3, ndlr). Il est sur le chemin du retour vers la grande forme. Le contenu n'est pas très satisfaisant mais venir prendre un point ici après une mauvaise première période, c'est une performance qui me satisfait."

Rudi Garcia (entraîneur de Lille): "On a vu la différence entre une équipe en pleine réussite et une qui n'en a pas. Mais le plus important c'est le contenu. Je suis déçu pour les joueurs qui ont fait le match qu'il fallait faire. On avait mis en place une stratégie qui a bien marché mais malheureusement quand on mène 1-0 c'est bien mais quand on ne breake pas, on n'est pas à l'abri d'un but chanceux, de raccroc ou d'un exploit d'un grand joueur comme celui de Lisandro. Il faut continuer dans cette voie parce que si on joue tous nos matches comme ça, on en gagnera beaucoup. Vu ce qui s'est passé mercredi (défaite en Ligue des champions à domicile, ndlr), la réaction est venue, la révolte était là. On a su poser des problèmes à Lyon en proposant un football en mouvement mais ça n'a pas suffi. Il aurait fallu être plus précis dans les dernières passes ou la finition. La saison dernière, on a pris plus de points à l'extérieur et ça ne change pas cette saison."