Gervinho Sow 022011
Gervinho et Sow (Lille) | AFP - PHILIPPE HUGUEN

Lille ne s'enlise pas

Publié le , modifié le

Malgré un pelouse proche du bourbier, Lille est parvenu à s'extirper des griffes toulousaines (2-0) en clôture de cette 23e journée. Grâce à ce succès, le Losc reprend cinq points d'avance sur Rennes, vainqueur de Nice (2-0). Dans l'autre match de l'après-midi, Valenciennes a dominé Brest (3-0).

Lille a peiné mais Lille est toujours debout. De boue aussi pourrait-on dire, au vue de l'état déplorable de la pelouse du Stadium de Lille Metropole. Un terrain assurément indigne d'un club de l'élite, qui plus est en course pour le titre de champion de France. Mais les Nordistes ont su surmonter cet obstacle de poids, ainsi que celui constitué par la rugueuse défense de Toulouse pour finalement s'imposer. Mais que ce fut dur ! Les hommes de Rudi Garcia ont buté pendant longtemps sur Valverde, ou sa barre transversale. Très malheureux jusque-là, Gervinho a enfin fait sauter le coffre-fort haut-garonnais en reprenant une frappe de Sow difficilement maîtrisée par le portier du Téfécé (1-0, 38e).  Constamment sous la menace toulousaine en seconde période, le Losc ne pourra vraiment respirer que lors des arrêts de jeu quand Gervinho servait en retrait De Melo, entré en jeu un peu plus tôt, qui croisait sa frappe et libérait le Stadium (2-0, 94e).

Rennes, dauphin méchant

Sans trembler, presque sans faire de bruit, le Stade Rennais est revenu à deux points de la tête du championnat. Mais la menace n'en est pas moins sérieuse. Car même si les Bretons ne brillent pas toujours, ils ont de nouveau enclenché la machine à gagner. La claque à Sochaux (5-1) est oubliée, c'est plutôt dans la lignée du dernier succès contre le PSG (1-0) que la formation d'Antonetti a évolué. Solide derrière et dangereuse devant, à l'image du virevoltant Brahimi et de ses dribbles chaloupés. Il faut dire que Nice n'est pas non plus l'adversaire le plus coriace dès qu'il s'agit de voyager à l'extérieur. Les Aiglons ne sont imposés qu'une fois hors de leur terre depuis le début de la saison… Cette fébrilité est étalée au grand jour quand Montano est fauché par Civelli dans la surface. Penalty évident mais non sifflé. Ce n'est pourtant que partie remise pour Rennes qui, par un centre de Leroy pour le crâne de Montano, toujours lui, débloque enfin la situation (1-0, 52e). Dans la foulée, les Rouge et Noir font le break sur un penalty, accordé celui-ci, consécutif à une faute sur Brahimi et transformé par Boukari (2-0, 58e). Nice abattu, Rennes rassasié, le score n'évoluait plus et la balle était désormais dans le camp des Lillois…

Valenciennes avance lancé

Les Nordistes, qui abordaient ce duel face à Brest en restant sur une victoire et un nul, a confirmé un état de santé éclatant. A contrario, Brest, quatre défaites et un nul lors de ses cinq derniers déplacements avant ce match, a toujours le mal du pays. Véritable homme de la première période, Danic est à l'origine des deux premiers buts de V.A, le gaucher servant magistralement Ducourtioux (13e) et Bisevac (22e) pour creuser un fossé bien trop large pour les Brestois. Une dernière réalisation de Pujol, en seconde période, donnait au score une allure de triomphe (3-0, 69e).

Julien Lamotte