rudi garcia lille
Rudi Garcia, entraîneur déçu | AFP - PHILIPPE HUGUEN

Lille n'a plus le droit à l'erreur

Publié le , modifié le

La défaite à Monaco laisse des regrets pour Lille, qui a vu Marseille se rapprocher un peu plus (à trois points). Lors de cette 31e journée, le leader du championnat doit impérativement s'imposer à domicile face à Bordeaux. Une nouvelle défaite, donnerait à la fois la possibilité à l'OM de revenir à hauteur, et permettrait également à Lyon (3e à cinq points) de se relancer dans la course au titre.

Des failles dans le jeu, et le comportement des joueurs lillois sont bien apparues à Monaco. Rudi Garcia est-il parvenu à remettre son équipe dans le bons sens de la marche ? La venue d'une équipe bordelaise blessée par un parcours très décevant depuis le début de saison ne risque-t-elle par de marquer un tournant ? "La réponse doit venir du terrain", estime Rudi Garcia. "À nous de réaliser un match plein et de montrer que nous sommes en mesure de rebondir après notre dernière contre-performance", rappelle le coach lillois. Ce dernier ajoute que Bordeaux "n’est pas n’importe quel adversaire. Ne pensons surtout pas que parce qu’ils se trouvent dans une saison plutôt délicate, c’est une équipe diminuée. (...) À mon avis, battre les Bordelais sera difficile", a même avancé le tacticien.

Pour Bordeaux, la victoire sera pour d'autres raisons tout aussi impérative. Le 0-0 concédé à Arles-Avignon n'a pas été encore digéré par Jean Tigana et les supporteurs girondins commencent à sérieusement s'inquiéter. Incapable de malmener la plus mauvaise équipe du championnat, l'équipe girondine ne visera rien d'autre qu'un succès chez le leader, histoire de sauver les meubles, et préserver les chances de disputer l'Europa League. "Je suis toujours confiant, je ne pars jamais perdant, lance Tigana avant cette rencontre. 'Ne meurt pas qui combat' est ma devise. Nous allons à Lille pour faire un résultat même si nous avons beaucoup de blessés et de suspendus" nuance-t-il tout de même.

Alors que Marseille (à Montpellier) et Lyon (à Paris) jouent dimanche, Rennes a la possibilité de revenir sur le podium. Quatrième à sept longueurs de Lille, mais à seulement deux points de l'OL, le club breton compte bien profité du derby face à Lorient pour retrouver le sourire après la défaite enregistrée chez un autre voisin, Brest (2-0). Frédéric Antonetti qui a prolongé son contrat de deux ans avec les Rouge et Noir, entend bien démontrer dès ce week-end que ses dirigeants ont eu raison de lui faire confiance. "Je pense que nous sommes, en France, le club qui a la plus grosse marge de progression parce que l’on a l’effectif le plus jeune", indique le coach qui ne cherchera que les trois points du succès.

Un peu plus loin dans le rétroviseur, Saint-Etienne accueille Nancy. Septièmes avec dix longueurs, les Verts peuvent entretenir l'espoir de participer à l'Europa League. Mais après quatre matches nuls consécutifs, l'ASSE se doit de redresser la barre face à une équipe de Nancy qui n'est toujours pas à l'abri d'une relégation. Monaco, qui s'est donné de l'air en battant Lille, peut encore grappiller quelques points sur le terrain de Nice.  Dans la zone rouge, Lens est à l'agonie. La correction subie à Lyon (3-0) était-elle le coup de grâce ? Les Sang et Or, à sept longueurs du 17e (Caen) n'ont désormais plus rien à perdre contre Brest, qui n'a pas grand chose à gagner. Premier non relégable, Caen joue gros à Sochaux, et sera sans doute le premier supporteur de Toulouse qui reçoit Auxerre, premier relégable, à un point des Normands.

Romain Bonte