La liesse à Lille
La liesse à Lille | AFP-Philippe Huguen

Lille fête ses héros

Publié le , modifié le

Les joueurs du LOSC ont triomphalement paradé dimanche à Lille dans un bus à impériale sous les vivats de dizaines de milliers de supporteurs venus célébrer leur sacre en Coupe de France et en Championnat, 57 ans après leur dernier titre et 65 ans après leur dernier doublé. Une fête aux couleurs rouges pour saluer la réussite d'un club qui a su se restructurer et travailler pour atteindre un rêve vieux d'un demi-siècle.

Après leur match nul à Paris, les joueurs lillois étaient revenus dans la nuit dans le Nord. Avec peu d'heures de sommeil mais une euphorie intacte, ils se sont réunis à la mi-journée pour cette parade dans une belle liesse populaire. Les joueurs, auteurs du doublé Coupe-championnat, les dirigeants du LOSC ainsi que la maire de Lille Martine Aubry ont quitté la mairie dans un bus à impériale et ont mis deux heures pour fendre une foule compacte, savourant une journée appelée à entrer dans l'histoire du football lillois mais aussi dans l'histoire de la région du Nord. Fatigués par une fin de saison fiévreuse et une nuit de fête, les Dogues ont défilé sur le boulevard de la Liberté, au cœur de la capitale des Flandres, à bord de leur bus estampillé "Champions 2011" où flottaient les drapeaux du club.

Porté par un immense "Merci le LOSC " repris en choeur par les quelque 20.000 Lillois qui s'étaient massés devant l'écran géant installé spécialement pour l'occasion, Rudi Garcia a pris le micro pour remercier le public. L'entraîneur  a présenté un à un tous les joueurs, déclenchant à chaque fois des salves d'applaudissements et des chants entonnés de concert par la  foule et les champions de France eux-mêmes.L'Ivoirien Gervinho, le meneur de jeu Eden Hazard, le meilleur buteur du championnat Moussa Sow et Rudi Garcia lui-même ont été particulièrement ovationnés par le public.Pour beaucoup c'était un instant de grand bonheur, dans une ambiance bon enfant, pour fêter l'avènement d'un club qui s'est construit selon un politique à l'image de la région, avec patience et détermination.

A quelques mètres de là se dressaient d'un côté les tout derniers restes du stade Grimonprez-Jooris en cours de démolition, et de l'autre l'ombre du stade Henri-Jooris, qui connut les heures glorieuses du LOSC, et en particulier le doublé de 1946. Comme un passage de témoin pour ce Lille nouvelle génération qui va devoir maintenant, avec son nouveau stade la saison prochaine, pérenniser sa situation au plus haut niveau du football français et notamment préparer ses échéances nationales et européennes dans les meilleures conditions.