Lille et Lyon veulent oublier

Lille et Lyon veulent oublier

Publié le , modifié le

Quatre jours après sa qualification pour les 8e de finale de la Ligue des Champions, Lyon se rend à Lorient avec la nécessité de mettre de côté l'exploit de la semaine et surtout oublier les soupçons évoqués par la presse ibère sur cette facile victoire (7-1). Giflés à Montpellier (4-0), les Lorientais sont revanchards. L'oubli de l'élimination de la Ligue des Champions, voici l'objectif des Lillois, qui reçoivent le promu dijonnais, alors que Nice joue à Auxerre.

Au jeu des pronostics, Lyon aurait dû être touché moralement avant ce week-end, et Lille renforcé. En gagnant dans les grandes largeurs à Zagreb et en ne parvenant pas à battre Trabzonspor à domicile, les deux équipes ont inversé les rôles. Mais les Lyonnais ne sont pas non plus sortis indemnes de ce mercredi de gloire.

La gloire a rapidement fait place aux suspicions, nées dans la presse espagnole et reléguées par l'Ajax Amsterdam, grand perdant de la victoire (7-1) de l'OL. "Nous avons réalisé l'exploit. C'est une satisfaction et une fierté, mais cette suspicion me blesse tout comme le président, même s'il en parle avec humour", glisse Rémi Garde, l'entraîneur. Effacer cette polémique sera dans toutes les têtes, mais poursuivre la série de quatre matches sans défaite, depuis le revers à Gerland contre Rennes, sera encore plus important. La deuxième période à Zagreb a certainement permis de renforcer un collectif, notamment en relançant des joueurs moins utilisés ces derniers temps. "Ils ont tous envie de gagner ces matches, de gagner leur place et d'aider l'équipe à avancer", clame l'entraîneur. 

Les Gourcuff, un duel de bancs ?

Mais en face, Lorient, qui sort d'une cinglante claque chez le leader montpellierain (4-0), a bien envie de jouer un mauvais tour à cette grosse cylindrée. Et Garde s'en méfie: "Elle a un collectif très fort, une idée de jeu avec des joueurs possédant une intelligence de jeu élevée. Obtenir un bon résultat, ce serait bien, une victoire ce serait super, mais nous savons que tous les matches sont difficiles, d'autant qu'il faudra aussi s'adapter au terrain synthétique." Ces quatre dernières saisons, l'OL ne s'est imposé qu'une fois, ramenant également un nul du stade du Moustoir. Et comme d'habitude, mais certainement beaucoup moins que les deux dernières saisons, le match présentera les retrouvailles entre Gourcuff père et fils. Reste à savoir s'ils seront tous deux sur le banc...

Du côté lillois, la Ligue des Champions s'est éteinte avec un goût amer. La mieux placée des équipes françaises pour aller en 8e de finale, c'est la seule à s'être arrêtée, en livrant un match d'attaque-défense avec Trabzonspor sans jamais parvenir à trouver le chemin des filets, ce qui aurait suffit à poursuivre la route. "J'ai dit aux joueurs qu'ils n'avaient pas grand-chose à se reprocher, que ça faisait partie de l'apprentissage", positivait Rudi Garcia. "On a très envie de retrouver la Ligue des champions l'année prochaine, on sait que ça commence par le fait de rebondir psychologiquement dès dimanche pour la réception de Dijon". Champions en titre, les Dogues, dont la seule défaite remonte à la 2e journée avec la venue de Montpellier (1-0), pourraient retrouver Benoît Pedretti dans l'entre-jeu, absent depuis plus d'un mois. Une victoire contre le promu dijonnais est obligatoire pour rester dans le trio de tête et se la remettre à l'endroit.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze