L1 Lille Lyon gervinho briand réveillère 022011
Gervinho devant Réveillère et Briand | AFP-HUGUEN

Lille et Lyon s'en contenteront

Publié le , modifié le

Le choc de la 25e journée s'est achevé sur un nul 1-1 qui devra contenter Lille et Lyon. Lille reste leader grâce à une meilleure différence de buts sur Rennes, et l'OL (5e à 4 pts) garde le contact. Quant au Paris Saint-Germain, il n'a sûrement pas dit son dernier mot pour le titre, après sa victoire sur Toulouse (2-1). Le club de la capitale aurait même pu se hisser sur le podium si l'Olympique de Marseille n'avait pas arraché la victoire (2-1) à Nancy.

Rien n'est fait, loin de là pour le titre. Au Parc des Princes, le Paris Saint-Germain a dominé Toulouse, et ce, malgré l'absence de Nene souffrant d'une conjonctivite. Pourtant, le PSG a tremblé avec notamment un pénalty raté de Machado. Un but de Armand -d'une belle reprise de volée- à la 28e et un but contre son camp de Gunino (38e) ont eu raison des Toulousains. Tabanou a bien relancé un temps le suspense (62e), mais le score en est resté là. "C'est une énorme satisfaction", a déclaré Antoine Kombouaré. "Cette victoire a été acquise dans la  difficulté. C'est ce que j'aime voir, mon équipe en souffrance mais arracher  des victoires. Elle apporte beaucoup de satisfaction mais elle sera  intéressante pour les matches qui viennent. On a souffert en fin de match, on a  eu du mal à tenir le ballon mais on s'est accroché. Ce n'est que du positif. C'est la preuve que le groupe est ambitieux, capable de compenser des absences", a indiqué le tacticien. Les Parisiens restent bien accroché au trio de tête, à une longueur du troisième Marseille. Après leur qualifications jeudi en 8e de finale de l'Europa League, les Parisiens qui sont invaincus depuis cinq matches, terminent cette semaine de la meilleure manière, et peuvent désormais se tourner vers leur quart de finale de Coupe de France, mercredi contre Le Mans.

A Nancy, Didier Deschamps pouvait sauter de joie. "Ca a été difficile comme prévu, même si on a fait de bonnes choses,  voire de très bonnes par moments. On a marqué au moment où on était le moins dangereux, en fin de match", a-t-il dit. "Auparavant, on avait pris un but superbe mais  l'égalisation nous avait fait le plus grand bien. A la fin, on était un peu  étiré, il y avait de la fatigue. Ca n'est pas évident après le match de mercredi", a déclaré Deschamps. Son équipe a arraché la victoire à trois minutes de la fin, André Ayew profitant d'une erreur du gardien nancéien Grégorini pour s'imposer. L'attaquant ghanéen est l'homme du match, car il avait déjà permis à l'OM d'égaliser peu avant la mi-temps. Féret avait ouvert le score pour Nancy à la 34e minute. Ce succès, le quatrième d'affilée, permet à Marseille de préserver sa place sur le podium. Deschamps peut désormais préparer à peu près sereinement son mois de mars qui s'annonce périlleux avec des duels face à Lille, Rennes, Manchester United et Paris...

Lille et Lyon dos à dos

Au coup d'envoi, il était inutile de rappeler aux 22 acteurs qu'ils allaient jouer l'un des matches les plus cruciaux de leur saison. Et les filets ne tardaient pas à trembler, lorsque sur un centre côté gauche de Hazard, Rami déviait la trajectoire du ballon, et Sow, entouré de trois défenseurs, poussait le cuir de l'extérieur du pied droit dans les cages de Lloris (9e, 1-0) pour son 17e but en L1. Claude Puel sentait que son équipe allait impérativement devoir égaliser avant la mi-temps, et après une première alerte sur les buts de Landreau à la suite d'une frappe de Briand (20e), Kallstrom exauçait le vœu de son coach, d'une frappe lourde de 25 mètres (1-1, 26e). Le Losc pensait pouvoir reprendre les devants lorsqu'à la 34e minute, Debuchy était visiblement accroché à l'intérieur de la surface de réparation, mais l'arbitre M. Duhamel ne l'entendait pas de la même oreille et le jeu se poursuivait.

Au retour des vestiaires, les Dogues remettaient la pression sur les Lyonnais, profitaient des quelques mauvaises relances du milieu de terrain adverse pour organiser quelques attaques qui donnaient des sueurs froides aux Gones. Comme souvent, les Lyonnais attendaient que le vent tourne, et se contentaient de jouer en contres. Le terrain du Stadium Nord, commençait à donner des signes de fatigue, et le jeu s'en ressentait. Lille allait se procurer l'une des premières occasions franches de la deuxième période sur un coup-franc de Rami, d'abord repoussé par le mur, puis sur une nouvelle frappe de l'international français, Lloris devait s'allonger de tout son long pour sortir le ballon (68e). A un quart d'heure de la fin, bien servi par Gourcuff, Toulalan s'essayait à quelques jongles dans la surface enchainés d'une belle frappe bien détournée par Landreau (75e). Le portier allait être de nouveau sollicité cinq minutes plus tard en effectuant un double arrêt après une frappe de Briand puis Gourcuff (81e). Landreau s'illustrait une dernière fois face à Briand et le score en restait là (1-1).

Romain Bonte