Marseille Lille
Simon Kjaer (Lille) et André Ayew (Marseille). | BORIS HORVAT / AFP

Lille et l'OM se quittent bons amis

Publié le , modifié le

Au terme d'un match pour le moins médiocre, Marseille et Lille se sont quittés sur un score nul et vierge sans véritable incidence au classement. Lille conserve sa troisième place avec sept points d'avance sur Saint-Etienne tandis que l'OM, 6e, manque l'occasion de passer provisoirement devant Lyon.

Au moins ils ne perdent plus. Si "l'effet Bielsa" semble s'être estompé, Marseille a néanmoins assuré l'essentiel en obtenant le partage des points face à Lille dimanche dans un Stade Vélodrome qui ne s'est pas privé pour siffler ses joueurs à l'issue de ce match dénué de spectacle. Solides, les Dogues ont contrôlé une équipe marseillaise en manque cruel d'inspiration mais n'ont pas pris suffisamment d'initiatives pour mériter davantage. Mais les hommes de René Girard auraient du bénéficier d'un penalty en première période après une faute flagrante de Nkoulou sur Souaré. 
 

L'OM voit ainsi s'éloigner la cinquième place qui offrira un ticket pour  l'Europa League et pourrait être encore plus distancé par Lyon qui jouera son  match en retard mercredi à Toulouse. Mais au-delà de la performance de l'OM, la question était de savoir quel  accueil allait lui réserver le public. Hostile il y a deux semaines, il avait  appelé à la démission de José Anigo. Venus plus nombreux cette fois (officiellement 39.545 spectateurs), les supporteurs marseillais ont certes sifflé le nom d'Anigo à l'annonce de la  composition des équipes mais ils ont globalement soutenu leurs joueurs malgré  un jeu peu emballant, avant de leur réserver une nouvelle bronca en fin de  rencontre.

Pénalty oublié pour Lille 

Une seule banderole en virage-sud en début de match rappelait qu'il reste  encore du travail à cette équipe pour soulever l'enthousiasme: "Les deux  victoires n'effacent rien, nous voulons retrouver un grand OM". La nomination possible de Marcelo Bielsa au poste d'entraîneur pourrait  peut-être ressouder le public marseillais et son équipe, mais l'annonce de  l'arrivée de l'Argentin traîne en longueur. Si à l'aller, le scénario avait été cruel pour l'OM, qui s'était incliné  sur un but de Nolan Roux inscrit à la 90e minute, le déroulé du match semblait  cette fois encore s'appuyer sur une trame faisant la part belle aux Lillois.

Dès la 47e seconde, Souaré, d'une tête puissante à la réception d'un centre  d'Origi venu de la droite, aurait pu ouvrir le score sans un beau sauvetage de  Mandanda. Puis à la 17e minute, tous les yeux se sont tournés vers Tony Chapron,  alors que Nicolas Nkoulou venait de faucher Souaré dans la surface. Mais  l'arbitre est resté sourd aux plaintes des joueurs lillois qui réclamaient un  pénalty. Marseille, pourtant très séduisant il y a une semaine à Montpellier,  abandonnait le jeu aux Nordistes. Malgré son retour dans le groupe après deux  semaines d'absence pour une entorse de la cheville, Florian Thauvin avait pris  place sur le banc au coup d'envoi, tout comme Dimitri Payet, le nouveau joker,  entré en fin de match à la Mosson et auteur du but de la victoire à la dernière  minute. 

Khalifa déçoit encore 

A leurs places, Anigo avait pour la troisième fois de suite titularisé un  Saber Khalifa, seul selon lui capable de jouer en profondeur, mais une fois de  plus peu convaincant et remplacé sous les sifflets à l'heure de jeu par Thauvin. Avec un Valbuena peu en réussite et même conspué par le Vélodrome pour  quelques pertes de balles, et un Gignac jamais en position, le bilan  marseillais de la première période était famélique.

Au contraire de Lille qui était encore une fois tout près d'ouvrir le score  à la demi-heure de jeu quand Deleplace adressait un centre de la gauche pour  Marvin Martin, seul au second poteau. Mais le meneur de jeu avait piqué trop  vite et voyait la balle lui passer derrière.

A la pause, le Losc menait largement aux points, mais pas au score. L'OM a réagi en seconde période avec une bicyclette de Ayew (52) ou une belle tentative de Thauvin repoussée par Enyeama. Mais Lille était encore le plus dangereux avec un tir de Meité qui flirtait avec le poteau de Mandanda  (79). Mais le résultat est le même. 

Victor Patenôtre