Lille - Sow, Gervinho
Avec son 21e but de la saison, Moussa Sow a participé au sacre des Lillois | AFP - BERTRAND LANGLOIS

Lille couronné, Monaco en danger

Publié le , modifié le

Grâce à son nul (2-2) contre Paris, et la 21e réalisation de Sow, Lille a été sacré champion de France ! Les Dogues succèdent à Marseille, dauphin cette saison après son nul contre Valenciennes (2-2). Lyon a déçu contre Caen (0-0). Monaco reste en danger malgré sa victoire courageuse contre Montpellier (1-0) car dans le même temps Brest, Nice et Nancy se sont imposés.

L’affiche : Paris-Lille

Lille a décroché son premier titre de champion de France depuis 1954 au terme de la 37e journée. Un deuxième titre venant couronner une saison exceptionnelle, avec à la clé le 16e doublé Coupe de France-Championnat de l'histoire, grâce au match nul (2-2) obtenu face à Paris réduit à 10 contre onze, au Parc des Princes. Dans une rencontre supposée fermée, les hommes de Rudi Garcia ont pris le meilleur départ grâce à Ludovic Obrianiak (5e min). Le Polonais a rapidement débloqué la situation et tué le suspens au Parc des Princes. Pour sa dernière apparition en Ligue 1, Grégory Coupe a dû s’avouer vaincu sur une frappe au ras du poteau. Comme en Coupe de France, le portier parisien doit céder devant la frappe du milieu de terrain lillois. Pourtant Paris, en lutte pur la 3e place n’a pas démérité. Giuly a d’abord trouvé la barre sur une frappe contrée à la 25e minute avant que Guillaume Hoarau ne ramène les deux équipes à égalité juste avant la pause (45e). L’attaquant réunionnais allait être le héros malheureux de ce match en recevant un deuxième carton jaune au retour des vestiaires pour une simulation grotesque. A dix contre onze, Paris n’avait plus aucune chance de faire vaciller les Dogues. Et pourtant, après le 21e but de Moussa Sow (59e min), Bodmer a remis les équipes à égalité. Courageux, les Parisiens peuvent continuer à rêver à la 3e place synonyme de barrages pour la C1.

L’info : Marseille rend sa couronne

Son équipe menée au score par Valenciennes après l’ouverture du score de Kadir, André Ayew a remis les deux équipes à égalité (1-1) après 34 minutes de jeu. Un but comme un électrochoc pour les hommes de Didier Deschamps, amorphes en début de rencontre. Quelques minutes plus tard, Loïc Remy reprenait d’une tête plongeante un corner de Valbuena, sa 14e réalisation de la saison, offrant l’avantage aux Phocéens. Mais Marseille a une nouvelle fois craqué après l’égalisation de Gomis (2-2). L’OM rend sa couronne.

La décla : « Puel Démission ! »

500 lyonnais ont manifesté avant le coup d’envoi de la rencontre entre Lyon et Caen, exigeant la démission du technicien de l’OL. Une requête qui accompagne la réflexion du dirigeant de Lyon, Bernard Lacombe : « Que joueurs se regardent dans une glace, c’est de leur faute », pour le moins déçu par la performance de Lyon tout au long de la saison. L’amertume du dirigeant olympien est compréhensible, quant on voit les derniers résultats du septuple champion de France. Deux victoires uniquement en cinq rencontres. Un bilan maigre pour prétendre à la Ligue des Champions. Face à Caen, l’OL a semblé une nouvelle fois dominer la rencontre mais a butté sur un Thébaux à l’affût (0-0).

Le but : Moukandjo Bile (Monaco)

Un but aussi important qu’élégant face à Montpellier à la 56e minute qui ne permet pas aux Monégasques de sortir de la zone de relégation. Sur une remise de Malonga, Moukandjo reprend le ballon de volée et surprend Jourdren en touchant le montant. Une victoire cruciale contre Montpellier (0-1) mais tout est encore à faire pour les hommes de la Principauté puisque dans le même temps, Brest s’est imposé devant Auxerre (0-1).

Le chiffre : 30 secondes

Le but le plus rapide de la saison est à mettre au crédit d’Eric Mouloungui. Profitant d’une erreur de la défense lorientaise, l’avant-centre gabonnais trompait Cappone du gauche. Un but essentiel pour le maintien. Au stade du Ray, les Sudistes allaient se mettre à l’abri un quart d’heure plus tard grâce à un doublé de Mouloungui (2-0), son septième but de la saison.

La lutte pour le maintien fait rage

Rien ne s'est décidé pour le maintien dans l'élite. En danger, Brest s'est imposé (0-1) contre Auxerre grâce à un but de Touré tandis que Nancy a dominé Rennes (0-2) suite à des réalisations de Traoré et Feret.  Deux points séparent Monaco (18e) d'Auxerre 12e. La 38e journée de championnat sera décisive. Sept équipe sont encore sur la corde raide.et ont pour ainsi dire le destin entre leurs mains. Toutes peuvent se maintenir comme toutes peuvent descendre en fonction des résultats de la dernière soirée. De Monaco jusqu'à Auxere dans une configuration certes particulière mais tout à fait possible.

Le carton rouge : Lens

Démobilisés après l’officialisation de leur relégation en 36e journée, les joueurs de Boloni ont offert un non-match contre Arles-Avignon. La lanterne rouge a ainsi pu remporter sa troisième victoire de la saison, la première à l’extérieur (0-1).

Réactions

Antoine Kombouaré (entraîneur du Paris SG):"Il  y a d'abord de la déception. On voulait à tout prix gagner, finir le dernier  match de la saison à domicile avec une victoire face à un public énorme qui  nous a poussé et pour le remercier de son soutien. Et puis Claude (Makelele,  ndlr) et Greg (Coupet, ndlr) qui faisaient leur dernière apparition au Parc des  Princes. Mais il y a beaucoup de fierté après la prestation de mes joueurs, ils  ont tout fait pour revenir au score dans des conditions défavorables.  Maintenant, il faut aller chercher une victoire à Saint-Etienne même si ce sera  très dur. On va se battre jusqu'au bout et mes joueurs ne vont pas lâcher  l'affaire, on va embêter Lyon même si ça passe par une victoire à  Saint-Etienne."
Francis Gillot (entraîneur du FC Sochaux): "Ca n'a pas été simple. On a eu  du mal à démarrer mais heureusement on marque sur notre première occasion sur  une passe de Marvin Martin qui va peut-être égaler le record européen la  semaine prochaine. On s'est mis en difficulté et on a eu du mal à finir la  mi-temps. C'était un peu mieux ensuite, on a bien gardé le ballon. Ideye a fait  des bons appels, a été utile à l'équipe et a marqué deux buts, c'est ce qu'on  lui demande. Je pensais que les Stéphanois allaient jouer plus offensif,  c'était compliqué de trouver les décalages. C'est plus Saint-Etienne qui nous a  embêtés que nous qui avons été mauvais. Beaucoup de joueurs n'ont pas encore  connu de coupe d'Europe. Il faudra un effectif, des joueurs en qualité et en  quantité. J'espère que le président fera un effort pour garder ceux qui sont  là. Pour les jeunes qui n'ont jamais connu ça, ça va être quelque chose  d'extraordinaire".
Didier Deschamps (entraîneur de Marseille): En début de saison, on se fixe des objectifs. Nous en avons atteint  deux. Le premier était de nous qualifier de nouveau directement en Ligue des  champions. Il y a deux places, j'aurai évidemment souhaité la première, la plus  belle. Je félicite cependant Lille pour son très beau Championnat, cette équipe  a été beaucoup plus régulière que nous. Le 2e était de passer le cap des poules  en Ligue des champions. Et il ne nous a pas manqué grand chose face au  finaliste de l'épreuve (Manchester United, ndlr). Nous avons aussi remporté le  Trophée des champions et la Coupe de la Ligue. On peut toujours faire mieux,  mais si les supporteurs ne connaissent que des saisons comme celles-ci, ils ne  seront pas mécontents."