Lille l'emporte contre Toulouse lors de la 17e journée de Ligue 1
Lille remonte dans la première moitié de tableau grâce à son succès face à Toulouse (2-0) | PHILIPPE HUGUEN / AFP

Lille bat Toulouse en Ligue 1

Publié le , modifié le

Lille, 11e avant cette rencontre, a obtenu une précieuse victoire à domicile contre Toulouse, 9e au coup d'envoi (2-0), lors de la 17e journée de Ligue 1. Les hommes de Rudi Garcia basculent dans la première partie de tableau à 4 points du podium. Basa (55e) et Payet (83e) ont réveillé des Nordistes en sommeil en première période. Toulouse suit le chemin inverse. Leur indigente prestation peut inquiéter Alain Casanova.

Lille a trouvé la bonne carburation dans son « Grand Stade ». Le Losc quitte son enceinte avec la victoire pour la quatrième fois lors des cinq derniers matches, malgré une prestation en demi-teinte. Secoué par le départ surprise de Mickaël Landreau la semaine dernière, le club nordiste s’est remis sur les bons rails (1-0). Dans un duel du milieu de tableau opposant le 11e (Lille) au 9e (Toulouse), les locaux ont encore fait preuve d’inefficacité offensive à domicile, en témoignent les 8 petits buts inscrits en 7 matches sur leur pelouse. Archi dominateurs en première période, les hommes de Rudy Garcia n’ont pas su concrétiser leurs opportunités. Seul Chedjou, d’un magnifique retourné à la suite d’un corner joué à la rémoise, a fait briller Ali Ahamada (6e). 

Le show Payet

Elana a même dû sauver les siens sur la seule occasion toulousaine du match. L’ancien brestois est sorti promptement pour écarter une déviation vicieuse de Braaten (43e). Revenus avec d’autres intentions en seconde période, les champions de France 2011 ont trouvé la faille grâce à Basa. Le défenseur monténégrin s’est défait du marquage de Zébina pour venir couper au point de pénalty, un coup franc excentré parfaitement botté par Payet (55e). Le portier Violet a même sauvé les siens d’un beau réflexe sur une nouvelle tête de l’ancien manceau (69e). Seul aux 10 mètres, Rivière a manqué l’immanquable pour permettre aux siens de recoller (74e), avant que Dimitri Payet ne s’illustre une nouvelle fois. A l’angle droit de la surface de réparation adverse l’ex-stéphanois a contrôlé, fixé Capoue, puis envoyé une merveille de frappe enroulé du pied droit. Filoche, lucarne opposé et victoire confirmé (2-0, 83e). 

Nord maudit pour le TFC

Lille s’avère une terre maudite pour Toulouse. La défaite des ouailles d’Alain Casanova en Coupe de la Ligue le 30 octobre dernier (1-0 a.p) a provoqué le début d’un trou d’air qui dure en Haut-Garonne. Depuis, ils avaient enchaîné quatre défaites et un nul, série seulement éclaircie par une victoire sur Lyon (3-0). Dans le Nord, ils concèdent une troisième défaite à l’extérieur consécutive. Au contraire, les Lillois renouent avec le succès après 2 défaites et 2 nuls en Ligue 1. Et reviennent à 4 points du podium, en attendant le match de l’OM mercredi soir à Bastia. 

Rudi Garcia (entraîneur du Losc): "On avait à coeur de retrouver la victoire et démarrer une série. La manière m'a plu. Toulouse a pressé haut, le terrain n'est pas encore exceptionnel pour jouer court au sol. On a vu une première période équilibrée. Payet a été bon, oui. Les joueurs qui ont du talent, on attend qu'ils soient décisifs. On n'est pas sans atout sur les phases arrêtées. On a des bons +pieds+, on a des atouts dans les airs et ça nous a permis de décanter la situation. C'était capital.  Deux points sur les quatre derniers matches, ce n'était pas suffisant mais le match à Sochaux m'avait déjà donné beaucoup d'espoir. C'est une vraie satisfaction de voir le groupe récompensé de ses efforts. C'est assez juste".

Alain Casanova (entraîneur de Toulouse): "Je pense qu'on rate le coche à certains moments. A 1-0, on a la possibilité d'égaliser. Après, on s'ouvre beaucoup plus et on s'expose à des situations dans notre dos. Je me disais soit on égalise et on est capable de gagner derrière, soit on en prend un second. On a bien défendu, on a été solide mais on a manqué de justesse dans les trente derniers mètres. Je me souviens d'une ou deux situations qu'on négocie très mal. Face à des adversaires de cette qualité, il faut être beaucoup plus juste dans la dernière passe. On n'est pas dans une très bonne dynamique mais il nous reste deux matches à domicile avant la trêve pour tenter de prendre des points".

Jerome Carrere