Les Lillois heureux après  l'ouverture du score
Les Lillois heureux après l'ouverture du score | PHILIPPE HUGUEN / AFP

Lille bat Toulouse, Caen en échec face à Ajaccio

Publié le , modifié le

Lille s'est imposé 2 à 1 face à Toulouse grâce à des buts d'Eden Hazard sur pénalty (11e) et Dimitri Payet (31e). Toulouse a réduit le score par Serge Aurier (60e) avant de finir la rencontre à dix après l'expulsion de Pantxi Sirieix (83e). Du coup, les Lillois distancent le TFC dans la course à la Ligue des champions et se rapprochent à quatre points des leaders. Dominateur, Caen a concédé le nul 0-0 face à Ajaccio et se retrouve relégable pour la première fois.

Lille calme Toulouse

Dans ce sommet pour l'Europe, Lille n'a pas raté l'occasion de réaliser une bonne affaire grâce à une superbe entame de rencontre qui a étouffé l'une des équipes en forme du moment. Résultat: un concurrent pour la troisième place à six points et un rapproché à quatre points du duo de tête. "Notre objectif principal pour  nous c'est d'être troisième. Le contrat est rempli pour ce soir", a simplement remarqué le défenseur lillois Franck Béria.

Après un premier pénalty oublié sur Dimitri Payet (3e), Eden Hazard, fauché par Daniel Congré, a inscrit son sixième pénalty de la saison, son quatorzième but cette saison,  à quatre unités du meilleur  buteur du Championnat, Olivier Giroud.(1-0, 12e). A la demi-heure de jeu, la meilleure attaque du championnat a pris le meilleur sur la meilleure défense. Coiffé à l'iroquoise, Hazard a trouvé Payet dans la surface qui a pris le temps d'ajuster Ali Ahamada (2-0, 31e). Hazard est désormais co-meilleur passeur de la L1 avec le  Marseillais Valbuena (11 passes). En comptant le pénalty oublié sur Hazard (26e) et le sauvetage de Didot sur sa ligne (39e), l'addition aurait pu être plus lourde. Hazard a aussi eu plusieurs balles de doublé mais il a échoué  sur Ahamada (16e, 75e) et a manqué le cadre de peu (46e).

"Si devant ça coince, s'il font des contre-performances, on reviendra  peut-être..." a sobrement commenté l'entraîneur lillois Rudy Garcia.

Toulouse s'est repris au retour des vestiaires en réduisant la marque par le biais du défenseur Serge Aurier qui a coupé un tir d'Adrien Regattin (2-1, 60e). Fidèle à ses mauvaise habitudes, le Losc connaissait un coup de moins bien  dans le jeu alors qu'il avait le match en mains. Ben Yedder faisait passer une grosse frayeur dans le Stadium Nord mais  Landreau veillait (81e). Malgré l'expulsion de Pantxi Sirieix pour un tacle rugueux sur la cheville de Nolan Le Roux qui filait en contre (83e), le TFC a poussé pour arracher l'égalisation sans succès à l'image de la frappe non-cadrée d'Aurier (87e).

Toulouse qui  restait sur 6 matches dans défaite, rêvait de contester sa 3e place à Lille et refroidit dans es ambitions. "On est une jeune équipe mais il faut qu'on soit capable sur le plan mental de  résister un peu plus à la pression", n'a pu que constater Alain Casanova, entraîneur toulousain. "On n'est pas programmé pour être troisièmes". Après une grosse première période, le champion de France lillois a résisté pour se donner le droit de rêver au doublé. "Si devant ça coince, s'il font des contre-performances, on reviendra  peut-être..." a sobrement commenté l'entraîneur lillois Rudy Garcia. Paris et Montpellier ont un nouveau concurrent. 

Caen n'y arrive pas

Pour les deux clubs, qui n'ont pas réussi à se départager dans l'après-midi (0-0), l'enjeu de la rencontre était capital après les victoires d'Auxerre, Sochaux, Nancy et Evian la veille: prendre des points. A ce jeu là, les Normands sont la principale victime de ce match nul puisqu'ils finissent le week-end dans la zone de relégation, à la 18e place avec un total de 30 points et une mauvaise différence de buts, à deux longueurs des Corses, quinzièmes. Le Stade Malherbe, plus mauvaise équipe du Championnat à domicile (17 points pris  sur 45), n'avance pas avec ce cinquième match d'affilée sans victoire (trois  nuls et deux défaites). "On est toujours  dans le wagon. Il ne faut pas s'affoler davantage, il faut beaucoup plus se  révolter",  a commenté l’entraineur caennais Franck Dumas.

"On est toujours  dans le wagon",  a commenté l’entraineur caennais Franck Dumas.

Pourtant, vexés par leur prestation à Dijon (0-2), les Normands ont démarré pied au plancher et ont compilé les occasions. Pierre Alain-Frau (8e) a allumé la première mèche stoppée par Ochoa (8e). Le tir enveloppé du gauche de Kandia Traoré a fini sur la barre transversale et dans la foulée la reprise de la tête de Frau au dessus (13e) alors que Frédéric Bulot s'est heurté à Ochoa dans la minute suivante (13e). Caen a même un pénalty, sifflé après une faute de Medjani mais raté par Frau (40e). L'attaquant avait marqué sur sa première tentative avant d'envoyer une panenka sur la barre pour son second essai, "le tournant du match" selon Franck Dumas. L'AC Ajaccio s'est aussi montré dangereux par le biais de Cavalli (15e) et Eduardo (25e) qui voit Sorbon détournée la balle sur la ligne.

Au retour des vestiaires, les attaquants caennais ont raté l'immanquable puisque, tour à tour dans la même action, Nabab deux fois, Nivet et Frau n'ont pas su mettre la balle au fond (51e). Du coup, Ajaccio aurait pu réaliser le hold-up parfait mais Eduardo a buté sur Thébaut (89e). Dominer, n'est pas gagner. Tel est la maxime qu'ont expérimenté les Caennais. Au plus mauvais moment de la saison.

Mathieu Baratas