Ligue 1 : Wissam Ben Yedder fait chavirer Monaco sur le gong

Publié le , modifié le

Auteur·e : Mathieu Aellen
ben Yedder

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Monaco sur le gong. Grâce à un but de Wissam Ben Yedder dans le temps additionnel, l'ASM s'impose dans le money-time face au Stade Rennais (3-2) et remonte à la 13e place. L'attaquant français, auteur d'un doublé, s'est de nouveau montré décisif et est désormais seul meilleur buteur du championnat avec 8 réalisations. Pour sa part, Rennes poursuit sa très mauvaise série, avec un septième match de rang sans victoire en Ligue 1.

Le duo Ben Yedder-Slimani a encore frappé. Un doublé du Français, un but et une passe décisive pour l'Algérien : Monaco a pu compter sur sa doublette magique pour venir à bout du Stade Rennais ce dimanche à Louis-II (3-2). Une demi-volée de "WBY" dans le temps additionnel a permis aux Monégasques de basculer définitivement en tête et d'enchaîner une troisième victoire de rang à la maison. Un succès précieux pour les joueurs de Leonardo Jardim, qui sortent de la zone rouge pour remonter à la 13e place. Les Bretons restent eux dans le brouillard. Avec sept matches sans victoire en Ligue 1, Rennes n'y arrive vraiment plus.

Monaco connaît ses classiques, alors à quoi bon changer de recette ? Déjà trois fois buteur sur une passe décisive d'Islam Slimani cette saison, Wissam Ben Yedder sait à quoi s'attendre quand son compère algérien touche le ballon. Alors forcément, quand il se retrouve seul au deuxième poteau sur un caviar de Slimani, le Français ne se fait pas prier pour ajouter un nouvel épisode à la série en vogue du moment sur le Rocher. Une demi-volée sous la barre de Salin et Monaco prend la main d'entrée de jeu (1-0, 3e) grâce à l'ancien sévillan.

La réaction bretonne est immédiate, Adrien Hunou trouvant les gants de Salin après avoir mystifié Glik d'un joli dribble (5e). Cinq minutes, un but monégasque et une énorme occasion pour Rennes : on imaginait ce match parti sur de grosse bases mais les 22 acteurs en ont décidé autrement, au cours d’une première période plus que timide. Seul gros frisson, ce rush incroyable de Faitout Maouassa. Voyant que les appels se font rares autour de lui, le latéral gauche décide d’y aller en solo, faisant parler sa vitesse pour laisser sur place cinq Monégasques sur 40 mètres et croiser parfaitement sa frappe pour remettre tout le monde à égalité (1-1, 12e).

Et Ben Yedder a surgi

Les journées se suivent et se ressemblent pour Monaco, avec une attaque de candidat à l’Europe et une défense digne d’un club qui joue le maintien. Nouvelle preuve en tout début de seconde période : le coup-franc de Grenier est parfaitement botté au deuxième poteau mais retombe sur Gil Dias. Le défenseur monégasque panique sous la pression et remet le ballon devant son but sur Adrien Hunou. Totalement oublié par les défenseurs de l'ASM, l’attaquant breton place une tête aux six mètres pour battre Lecomte (1-2, 48e).

Ce n’est pas très beau ni très académique mais pour une équipe en manque de confiance et de points, les Rennais ne font pas la fine bouche au moment de prendre les devants. Heureusement pour Monaco, son adversaire du soir est généreux et ne semble pas vouloir partir sans y aller aussi de son cadeau. Alors Adrien Hunou décide ne pas attaquer son ballon sur une relance très osée de Jérémy Morel et laisse Cesc Fabregas s'en saisir aux 25 mètres. L’Espagnol trouve Slimani en profondeur qui efface Salin pour égaliser dans le but vide et inscrire son cinquième but de la saison (2-2, 56e).

De quoi rendre ce match un poil plus ouvert. Les occasions se multiplient, avec une triple occasion monégasque (64e) juste après un joli raté d'Hunou (63e). Mais le meilleur restait à venir avec une sortie totalement manquée de Romain Salin, le gardien rennais télescopant Hamari Traoré pour offrir sur un plateau le but de la victoire à Keita Baldé (84e). But finalement refusé après appel au VAR pour une main de l'attaquant sénégalais. Ce dernier se consolera moins de dix minutes plus tard, gagnant son duel aérien dans la surface, permettant à Ben Yedder de crucifier le Stade Rennais d'une nouvelle demi-volée (3-2, 90e+3). Un finish fou mais finalement plutôt logique, pour des Rennais sans envie ni agressivité, et de plus en plus inquiétants.