Dimitri Payet marquant le penalty contre Caen
Dimitri Payet marquant le penalty contre Caen. | CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Ligue 1 : victoire logique de Marseille à Caen (2-0)

Publié le , modifié le

Marseille s’impose à Caen (2-0), suite à une rencontre à sens unique, en termes de possession et d’occasions, lors de la 22e journée de Ligue 1. Après une première période peu convaincante, Dimitri Payet a débloqué le compteur du match sur un penalty logique, dans le deuxième acte (55e). Les Olympiens ont ensuite cherché le deuxième but, inscrit grâce à une somptueuse frappe enroulée de Florian Thauvin (74e). Au classement, l’OM reprend la deuxième place de l’OL qui joue ce dimanche soir contre Paris. De son côté, Caen (10e) pourrait quitter la première partie de tableau, en fonction du résultat entre Dijon et Strasbourg.

Une victoire sans forcer. La première mi-temps est peu entraînante, marquée par une large domination des Olympiens. Cependant, ce sont les Caennais qui réveillent le stade Michel-d’Ornano (19e). Après un flottement de la défense marseillaise dans sa surface, Ivan Santini met le ballon au fond. Seulement, le but est logiquement refusé pour une position de hors-jeu. L’OM rentre dans la surface adverse pour la première fois du match, après plus de 20 minutes de jeu. Clinton Njie se fait stopper à la régulière. Dans le même temps, Florian Thauvin s’écroule après un contact avec Vincent Bessat. Mais L’arbitre ne siffle pas. 

Une deuxième période plus appréciable

Au retour des vestiaires, c’est un penalty (54e) indiscutable pour l’OM qui débloque une rencontre pauvre en occasions. Cette fois-ci, Vincent Bessat, auteur d’un contact litigieux non sifflé en première période, est sanctionné. Dimitri Payet met le but libérateur. La rencontre s’accélère alors. Les hommes de Rudi Garcia se mettent à l’abri suite à un joli numéro de Florian Thauvin (74e). Il enroule une magnifique frappe aux abords de la surface caennaise, contournant Vercoutre et allant se loger en lucarne.

Au final, les Marseillais repartent avec les trois points et mettent sous pression les Lyonnais et les Monégasques, en reprenant la deuxième place du championnat. Monaco reçoit Metz, tandis que l’OL aborde une réception difficile contre le PSG. Caen, 10e, doit lui attendre l’issue du match entre Dijon et Strasbourg, pour savoir s’il conserve sa place.

L'OM et Thauvin affolent les compteurs

Les Marseillais se sentent décidément à la maison à Caen. En effet, l'OM n'a plus perdu en Normandie depuis le dimanche 23 mars 1997, soit 21 ans. Il s'agissait alors de la 30e journée. Mieux, il s'agit du 8e succès des Phocéens à Caen, lors des neuf derniers déplacements. Enfin, c'est le sixième déplacement de suite au Stade Malherbe où Marseille inscrit au minimum deux buts.

10e but de la saison en Ligue 1 pour Florian Thauvin

Auteur d'un somptueux but dont lui seul à le secret, Florian Thauvin inscrit son 10e but de la saison. L'attaquant de 24 ans est aussi un grand passeur (9), le deuxième du championnat, derrière Neymar (11). L'international est dans les temps de sa saison précédente où il avait marqué un total de 15 buts. Une saison en fanfare qui pourrait s'avérer payante pour qu'il soit appelé en équipe de France, pour la prochaine Coupe du monde.

Les réactions

Rudi Garcia (entraîneur de Marseille):
"On était venu pour gagner, on l'a fait. On a certainement manqué un petit peu de rythme de jeu en première période. La pelouse n'aide pas non plus, mais on a été capable de faire une deuxième période qui nous a permis de gagner, ne serait-ce que parce qu'on a au moins cadré nos frappes. Ça ressemblait un peu au match de Strasbourg. Mais comme je le pensais, nous on commence à être habitués à jouer tous les trois jours et je pense qu'on a aussi pris le dessus sur le plan athlétique."
 

Patrice Garande (entraîneur de Caen):
 "Je trouve qu'on a fait une bonne première mi-temps, ce qu'on voulait faire. Sur le plan défensif notamment, c'était très très bien. On aurait pu sur certains coups se lâcher un peu plus, mais les joueurs avaient fait beaucoup d'efforts. J'avais dit aux joueurs que Rudi (Garcia) allait les bouger à la mi-temps et qu'ils allaient repartir fort. Et voilà, le pénalty, je pense qu'il est indiscutable, et après ça devient très compliqué. Physiquement, il y avait une différence entre les deux équipes."