Ligue 1 : Un scénario absurde et une réaction gâchée, Paris a inquiété avant Dortmund

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emilien Diaz
Idrissa Gueye
Idrissa Gueye | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Irrationnel. Mené (0-3) après 40 minutes de jeu sur la pelouse d’Amiens, le Paris Saint-Germain croyait avoir réussi l'exploit de revenir à 4-3 en seconde période, avant de voir Serhou Guirassy offrir un point aux Picards en toute fin de match (4-4). Une rencontre folle au scénario improbable qui ne rassure pas l'équipe de Thomas Tuchel, à trois jours d'un rendez-vous très important face au Borussia Dortmund en Ligue des Champions.

Un scénariste aurait voulu l’écrire qu’il ne l’aurait sans doute pas pu. Le script à rallonge du match entre Amiens et le Paris Saint-Germain (4-4) restera sans doute dans les annales de la Ligue 1 tant il a joué avec les émotions des supporters. Aussi improbable que cela puisse paraître, le leader du championnat s’est retrouvé mené (0-3) par le 19e, et ce après 40 minutes de jeu seulement. Une anomalie ensuite rectifiée par les Parisiens, revenus de nulle part, mais qui ont finalement craqué une nouvelle fois en toute fin de rencontre. À trois jours de ses retrouvailles avec la C1, le club de la capitale ne se rassure pas, et il n’avait franchement pas besoin de cela.

Mauro Icardi croyait tenir au bout de son pied droit un but en forme d’exploit. Quatrième et dernier buteur du Paris Saint-Germain en seconde période (3-4, 74e), l’Argentin venait de permettre à son équipe d’opérer une bascule improbable. Une remontada impensable débutée avec la première réalisation en Ligue 1 d’Ander Herrera juste avant la mi-temps. Car avant cela, le niveau de jeu proposé par l’équipe de Thomas Tuchel - certes remaniée avec les titularisations de Kouassi, Aouchiche et Bakker - était proche du néant. 

Une défense parisienne aux abois

Agressés par le pressing haut des Amiénois débordants d’envie, les coéquipiers d’Edinson Cavani, titularisé en attaque aux côtés de Mauro Icardi, ont rapidement subi les assauts successifs des Picards, avant d’être logiquement punis par Serhou Guirassy. Le Franco-Guinéen de 23 ans a profité d’une perte de balle d’Idrissa Gueye pour se jouer de la défense parisienne et tromper Keylor Navas d’une frappe croisée du droit (1-0, 5e). À ce moment-là, les hommes de Luka Elsner ne le savaient pas encore mais leur première mi-temps allait prendre des airs de scénario hollywoodien.

Méconnaissables dans l’envie, mangés dans les duels et physiquement amorphes, les Parisiens ont commencé à sentir le piège amiénois se refermer sur eux quand Gaël Kakuta a fusillé Navas d’une incroyable frappe en lucarne opposée. Laissé libre côté gauche, l’ancien milieu du FC Séville s’est joué d’un Thiago Silva aux abois pour offrir le but du break à son équipe (2-0, 29e). Mené, Paris n’avait pas encore vécu le pire. Car la réalisation de Kakuta a rapidement été suivi par celle de Fousseni Diabaté, beaucoup trop facile face à la défense parisienne. 

Transcendés comme jamais face au PSG, les Amiénois sont bien partis pour réaliser un exploit XXL !
Transcendés comme jamais face au PSG, les Amiénois sont bien partis pour réaliser un exploit XXL ! © FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Comme un symbole de son absence, Thiago Silva a légèrement dévié la frappe de son adversaire venue se loger dans le petit filet de Navas après avoir heurté le montant. 3-0 après 40 minutes de jeu : Paris n’avait plus encaissé trois buts en première période depuis huit ans, et un match face à l’Olympique Lyonnais. La mission remontada semblait irréalisable, inenvisageable. Et pourtant, Paris a fait en sorte d’aller la chercher, avant de la gâcher.

Kouassi sonne la révolte

La réaction parisienne ne s’est pas faite attendre et Ander Herrera a vite répondu à Diabaté en profitant d’un ballon dévié par Opoku sur un corner frappé par Julian Draxler, titulaire au coup d’envoi (3-1, 40e). La rébellion a ensuite pris une toute autre tournure quand Thomas Tuchel a décidé de faire entrer Marco Verratti et Marquinhos à la place de Gueye et Silva. À eux deux, les cadres de l'ère qatarie ont transformé le visage d’une équipe indigne de ses standings habituels. 

Après avoir vécu un véritable cauchemar en défense lors du premier acte, Tanguy Kouassi a porté les siens vers un exploit historique. Jamais dans son histoire le PSG n’avait remporté un match où il perdait 3-0, mais le doublé inscrit par le jeune défenseur français allait peut-être changer la donne. Kouassi a profité de deux corners successifs pour enflammer la rencontre, et ramener les siens à 3-3. Un double buteur dont l'identité s'est avérée aussi improbable que le scénario d'une seconde période largement dominée par les Parisiens. 

Facile, Mauro Icardi croyait avoir définitivement entériné la victoire des siens en trompant Gurtner (3-4, 74e) mais les balles de match successivement manquées par Draxler et Di Maria ont de nouveau éveillé l’orgueil amiénois. Une nouvelle fois prise d’assaut, la défense parisienne a craqué face à Guirassy, qui a parfaitement repris le centre de Cornette, laissé seul par Juan Bernat (4-4, 90+1e). Un but salvateur qui a permis aux Picards de décrocher un point miraculeux. 

De son côté, Paris a inquiété, à trois jours de son rendez-vous le plus important du début d'année. Malgré la réaction à souligner d'un effectif remanié par Tuchel à la pause, les joueurs de la capitale ont affiché des signes de faiblesse inquiétants en défense. Thiago Silva a sombré avant de céder sa place à Marquinhos, tandis que la paire Cavani-Icardi n'a pas franchement convaincu. Il faudra faire plus, bien plus face à Dortmund, qui a fait parler sa force offensive samedi face à Francfort (4-0). 

à voir aussi Bundesliga : large vainqueur de Francfort, Dortmund est-il prêt pour le PSG ? Bundesliga : large vainqueur de Francfort, Dortmund est-il prêt pour le PSG ?