Ligue 1 : Toulouse sauvé par ses recrues face à Bordeaux (2-1)

Publié le , modifié le

Auteur·e : Maxime Gil
Aaron Leya Iseka buteur avec Toulouse face à Bordeaux

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Toulouse s'est imposé face à Bordeaux au Stadium (2-1) grâce à Aaron Leya Iseka et Matthieu Dossevi. Les deux recrues permettent aux Toulousains de relever la tête tandis que Bordeaux s'enfonce un peu plus dans la tourmente.

Ce derby de la Garonne était un peu à quitte ou double : d’un côté, des Toulousains dans l’obligation de relever la tête une semaine après avoir sombré à Marseille (4-0) ; de l’autre, des Bordelais dans la tourmente après une défaite inaugurale au Matmut Atlantique contre Strasbourg (0-2) et la mise à pied de leur entraîneur Gustavo Poyet. De ce contexte tendu est finalement sorti vainqueur le TFC. Les premiers frissons viendront traverser le Stadium grâce à eux interventions majeures de Baptiste Reynet. Le portier des Violets va d’abord empêcher Lukas Leranger, parti seul, d’ouvrir la marque (12e), avant de s’interposer sur une frappe de Samuel Kalu (14e).

Benoît Costil fautif mais décisif

Une mise en route tranquille pour des Toulousains qui vont être réveillés par Matthieu Dossevi. Côté gauche, François Moubandjé centre devant le but de Benoît Costil. Placé au second poteau, l’attaquant reprend du pied gauche mais ne parvient pas à ajuster et trouve le poteau (16e). L’ouverture sera finalement trouvée par l’autre recrue offensive d’Alain Casanova : Aaron Leya Iseka. Le petit frère de Michy Batshuayi, seul à une trentaine de mettre des buts adverses, prend sa chance. Un pari gagnant pour le Belge, dont la frappe lobe le gardien Girondin trop avancé (44e). Première réalisation en Ligue 1 pour l’ancien joueur de l’Olympique de Marseille, sur son seul tir cadré du match (3 tentés).

Si Leya Iseka s’est montré en jambes, Matthieu Dossevi n’a pas été en reste. Arrivé début août après avoir été prêté à Metz la saison passée, l’attaquant de 30 ans s’est offert son premier but sous ses nouvelles couleurs d’une frappe à ras-de-terre depuis la gauche de la surface (67e). Une réalisation qui permet au TFC de reprendre les commandes de la rencontre alors que François Kamano avait égalisé d’une frappe enroulée imparable pour Baptiste Reynet (50e). Des réalisations qui sont venues récompenser une rencontre de très bonne facture. Les occasions se sont multipliées notamment en fin de match lorsque, dans un face à face avec Benoît Costil, la frappe de Jimmy Durmaz est détournée de peu hors des buts par le gardien bordelais (75e) ; ou encore lorsque, dans la foulée, François Moubandjé contraint Costil à se déployer pour claquer son tir pleine lucarne hors du cadre.

Après son accroc au Vélodrome, le TFC peut donc souffler tandis que Bordeaux s’enfonce un peu plus. S’il n’est pour l’heure pas nécessaire de parler de crise du côté du Haillan, le temps commence à presser pour les Bordelais, alors qu’un barrage aller de Ligue Europa se profile mercredi en Belgique (20h45).

Maxime Gil gil_maxime_34