Ligue 1: St-Etienne reste au contact des leaders, Reims et Toulouse s'accrochent

Ligue 1: St-Etienne reste au contact des leaders, Reims et Toulouse s'accrochent

Publié le , modifié le

Grâce à sa victoire sur Troyes 1-0, samedi soir lors de la 33e journée de Ligue 1, Saint-Etienne s'accroche en tête de classement et revient provisoirement à la 5e place, à hauteur de Rennes. En bas de tableau, Reims, vainqueur de Nantes (2-1), et Toulouse, qui a eu facilement raison de Bastia (4-0), entretiennent l'espoir et n'ont pas encore dit leur dernier mot dans la course au maintien.

Petit succès mais précieux: face à la lanterne rouge Troyes, mathématiquement relégué depuis la précédente journée, Saint-Etienne a attendu la 75e minute d'un match pauvre en occasions pour s'assurer les trois points grâce à Neal Maupay. Mais plus que la manière, c'est le bilan comptable que pourra retenir le public stéphanois: grâce à ce succès, Saint-Etienne compte désormais 51 points, total qui lui permet de doubler provisoirement Nice, 6e avant d'affronter Rennes dimanche (17h00).

De quoi rêver encore à l'Europe, d'autant que les autres pensionnaires des compétitions européennes de cette saison, qu'ont été Marseille et Bordeaux, sont bien loin (respectivement 14e et 13e) avant de s'affronter dimanche en clôture de la 33e journée.

L'Europe s'éloigne pour Caen, Toulouse cartonne face à Bastia

En revanche, Caen voit s'éloigner la perspective de terminer dans le top 6. Les Caennais ont été battus à domicile par Lorient (2-1), sur des buts de Benjamin Jeannot (17e) et Majeed Waris (47, s.p.), contre un de Denis Appiah (64e). Ils ne sont que 9e avant un déplacement périlleux au Parc des Princes du PSG samedi prochain.

Certains supporters toulousains l'ont surnommé 'Dieupraz' et ça pourrait finir par être justifié: Toulouse a enchaîné une troisième victoire consécutive à domicile (4-0), samedi face à Bastia, avec des buts de Wissam Ben Yedder (57e, 80e), Martin Braithwaite (62e) et Oscar Trejo (71e). Certes les Bastiais ont terminé la rencontre à 10 après l'exclusion de leur capitaine Yannick Cahuzac (66e) et avaient pratiquement assuré leur maintien la semaine précédente grâce à leur victoire contre Marseille (2-1). Reste que les Toulousains sont métamorphosés depuis l'arrivée de Pascal Dupraz aux commandes

Les Rémois respirent un peu mieux

Reims s'est toutefois imposé dans le même temps face à Nantes (2-1) grâce à un coup franc dévié de Nicolas de Préville dans le dernier quart d'heure (80e), et compte toujours un matelas de 4 points d'avance sur les Toulousains - et deux sur le premier relégable, le Gazélec Ajaccio, tenu en échec à Angers (0-0). Mais les clubs à la lutte pour le maintien risquent de devoir se méfier jusqu'au bout de Toulouse.

Réactions

Pascal Dupraz (entraîneur de Toulouse): "Je suis très heureux, satisfait de l'état d'esprit. Wissam Ben Yedder a montré encore ce soir qu'il était un grand joueur. Ça nous permet non pas de rêver car on ne rêve plus depuis longtemps, on sait qu'on va y arriver. Comme je le dis depuis mon arrivée, j'y crois et je m'aperçois que les joueurs y croient aussi. Je n'entrevois pas l'échec. Nous avons marqué dix points sur quinze possibles (depuis son arrivée, ndlr), il nous faut reproduire cela sur les cinq matchs restants pour sauver notre peau en Ligue 1"

Olivier Guégan (entraîneur de Reims): "Nantes a joué libéré, nous, on était un peu timoré au début. Pour une fois on arrive à ouvrir le score et c'est important. Dans la difficulté, le score nous est favorable. Dans notre temps faible, on n'a pas craqué, on a courbé l'échine et on a réussi à aller chercher ce résultat. Gagner à la maison, c'était indispensable. Je suis fier des joueurs car ils ont répondu présent dans l'adversité. Tout n'était pas parfait mais on a réussi à prendre les trois points. Ca fait du bien pour le moral mais il faudra aller faire un résultat à Troyes la semaine prochaine.

Christophe Galtier (entraîneur de Saint-Etienne) : "Cela fait six ans que nous ne jouons pas bien et que nous gagnons... C'était un match difficile. Je m'en doutais. L'adversaire n'avait plus de pression et plus rien à jouer. Avec l'obligation de résultats, il y a une forme de pression qui vient sur mes joueurs. J'ai eu le sentiment que certains n'ont pas joué à leur niveau. Il y a eu beaucoup de déchet technique et beaucoup d'erreurs sur le plan offensif malgré un jeu tourné vers l'avant. Nous avons eu des situations mais nous avons eu du mal à bousculer le bloc troyen. Neal Maupay a été très adroit, lui... A force d'entendre dire qu'il y a obligation d'être européen, il y a une forme de pression. Nous faisons tout pour être européen. En jouant mal, nous parvenons à faire des points mais, est-ce que nous pourrons gagner d'autres matches en jouant de manière très moyenne ? (...) Il convient de rappeler qu'avec trois victoires de suite, nous restons sur une belle série. Nous sommes là mais ceux qui sont à la lutte avec nous n'ont pas gagné ce samedi".

francetv sport @francetvsport