Ligue 1 : sans idées, l'OM ne prend qu'un point à Nantes

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Ludovic Blas ouvre le score pour le FC Nantes face à l'OM
Ludovic Blas ouvre le score pour le FC Nantes face à l'OM | DAMIEN MEYER / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Trois jours après sa victoire face à Nice (3-2), sa première depuis un mois, l’Olympique de Marseille n’est pas parvenu à s’imposer sur la pelouse de Nantes, samedi 20 février, à la Beaujoire (1-1). Peu inspirés, les Marseillais n’ont pas inquiété des Nantais bien mal en point cette saison, et laissent filer l’opportunité de prendre temporairement la cinquième place du classement.

Après le vent de fraîcheur, le brouillard. Cette semaine, face à Nice, Nasser Larguet avait fait des choix forts qui s’étaient avérés payants. Exit les attaquants habituellement titulaires, place à un trio offensif Luis Henrique-Dieng-Khaoui totalement inédit. Après la victoire face aux Aiglons (3-2), l’entraîneur intérimaire de l’OM a reconduit exactement la même équipe face à Nantes ce samedi 20 février, sans la même réussite.

Pendant plus d’une heure, les Marseillais ont buté sur le bloc bas du FC Nantes, qui lutte contre la relégation. Un plan de jeu mis en place par Antoine Kombouaré, quatrième entraîneur des Canaris cette saison, qui a mis en difficulté l'OM. "Le match nul est mérité pour les deux équipes. On n'a pas vu un grand match, on savait que Nantes était dans une phase de convalescence et qu'elle allait jouer de manière très fermée et procéder en contre", a indiqué Nasser Larguet au micro de Canal+ après le match.

à voir aussi Ligue 1 - 26e journée : Marseille et Nantes se quittent dos à dos, revivez les temps forts de la rencontre ! Ligue 1 - 26e journée : Marseille et Nantes se quittent dos à dos, revivez les temps forts de la rencontre !

Privés de Florian Thauvin, d'Arkadiusz Milik ou encore de Dario Benedetto, l'OM n'a quasiment pas trouvé l'ouverture face à des Nantais solidaires. Absence d’inspiration, d’initiatives, de justesse technique… Il manquait presque tout aux Marseillais pour espérer empocher les trois points ce samedi. Une constance ces derniers temps sur la Canebière. Car sur trois des quatre derniers matches de Ligue 1 où aucun tir n’avait été cadré à la mi-temps, l’OM était l’une des deux équipes présentes sur le terrain.

Rongier fait la différence face à son ancienne équipe

Mercredi, les Marseillais avaient profité de très faibles Niçois - privés de leurs défenseurs William Saliba et Jean-Clair Todibo - en première période pour faire la différence, avant de se faire peur en deuxième mi-temps. Ce samedi, les joueurs de Larguet n’ont pas profité des mêmes largesses défensives. "C’est assez dur. Ils défendent très bas, on a la possession du ballon mais on n’arrive pas à se procurer d’occasions. À nous de pousser un peu plus. Ils sont en bloc bas, ils nous attendent, ils jouent les contres, ils sortent très peu de leur défense", confirmait Boubacar Kamara au micro de Canal+ à la mi-temps du match.

Finalement, c’est à se demander si l’OM aurait marqué un but à la Beaujoire ce samedi sans l’énorme boulette de Steve Mandanda qui a mené au but de Ludovic Blas (50e) pour l’ouverture du score nantaise. Dans les quinze minutes qui ont suivi, les Marseillais se sont enfin résolus à mettre les ingrédients pour inquiéter les Nantais. Et l’une des seules prises de risque offensives de l’après-midi, de l’entrant et ancien nantais Valentin Rongier, a mené à l’égalisation de Dimitri Payet (69e).

"Cette équipe n'est pas guérie"

Malgré ce but égalisateur, les Marseillais ont encore subi et pris un nouveau carton rouge, le huitième cette saison (un record en Europe) sur un geste dangereux d'Hiroki Sakai en toute fin de match (90+4e). "C'est une équipe qui n'est pas guérie. Mais on a montré des ressources mentales, ce qui est très difficile dans notre situation. Ce sont des points fédérateurs au vu du contexte", expliquait Dimitri Payet au micro de Canal+ à l'issue de la rencontre. Un "bon point" selon le buteur marseillais, signe que Marseille est encore une équipe malade.

à voir aussi OM : La direction prise en étau par les supporters et les politiques OM : La direction prise en étau par les supporters et les politiques

"Je sens beaucoup de concentration dans le groupe. (…) Il faut confirmer", expliquait Nasser Larguet vendredi en conférence de presse d'avant-match. Avec ce nul sur la pelouse de Nantes, l’entraîneur intérimaire - qui pourrait être remplacé dans les prochains jours par Jorge Sampaoli - enchaîne un quatrième match consécutif sans défaite, le troisième en Ligue 1. Un moindre mal pour l’OM au vu du contexte actuel à Marseille, alors que les supporters réclament plus que jamais le départ de Jacques-Henri Eyraud.

Si l’OM ne perd plus, le club phocéen avance au ralenti alors qu’il aurait pu passer devant Rennes ce samedi et prendre provisoirement la 5e place du classement de la Ligue 1. Une occasion ratée dans la course à la qualification en coupe d'Europe, alors que se profile un enchaînement compliqué pour l’OM, avec des matches contre Lyon, Lille et Rennes. Après le brouillard, la tempête ?