Saint Etienne

Ligue 1 : Saint-Etienne s'enlise dans la crise

Publié le , modifié le

Saint-Etienne est toujours à la peine. L'ASSE s'est inclinée une fois de plus, cette fois contre Metz, mercredi (0-1). Une défaite de plus qui inquiète et enlise les Stéphanois un peu plus dans la crise et les profondeurs du classement. Et au-delà du score, la manière n'y est pas du tout.

Les Stéphanois manquent encore le coche et l'occasion de se rassurer. Trop brouillons en attaque face à Metz mercredi, les Verts n'ont toujours pas gagné à Geoffroy-Guichard cette saison et ça fait mal. Pourtant, les kops de supporters stéphanois avaient communiqué leur mécontentement. « Au lieu de jouer avec nos nerfs, jouez avec vos pieds. Respectez ce maillot étoilé. Gagnez » ou encore « Victoire obligatoire » pouvait-on lire dans le stade juste avant le coup d'envoi. Des mots forts qui annonçaient la couleur en tribune. 

Ligue 1 : Saint-Etienne s'enlise dans la crise
© PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Animation offensive absente

5 points pris seulement en 7 matches. Au delà du bilan inquiétant de Ghislain Printant à la tête des Verts, c'est surtout le projet de jeu qui inquiète. Les Verts se devaient de réagir sur le terrain. Ils se sont encore une fois montrés trop brouillons. Les occasions sont là : 15 tirs mais seulement 3 de cadrés. En première mi-temps, Alexandre Oukidja, le portier lorrain, n’a eu qu’un seul arrêt à effectuer sur une frappe de Yohan Cabaye (14e). Trop peu pour espérer concrétiser leurs bonnes intentions. L'exemple de ces lacunes offensives est peut-être Wahbi Khazri. L'international tunisien n'est pas au niveau escompté depuis le début de saison. Son dernier but en Ligue 1 remonte au 14 avril.

Trop d’approximations, trop de mauvais choix dans le jeu, et a la 18e minute, Habib Diallo ne s'est pas fait prier pour refroidir le Chaudron. Egalement trop laxistes en défense, les Verts ont laissé l'attaquant messin seul au point de penalty. Une erreur qui a offert à Diallo l'occasion d'inscrire son 5e de but de la saison, le 13e encaissé par Saint-Étienne cette saison. C'est le pire total pour les Stéphanois depuis 1999.

19e et bon relégable 

Déjà sur la sellette avant la rencontre, Ghislain Printant va devoir revoir sa copie de toute urgence. Son coaching ne fait pas l'unanimité. Il n'a pas ou peu apporté de changements dans le jeu de son équipe. En fin de partie, les Verts ont pourtant tout fait pour éviter la défaite de plus, la défaite de trop. Malgré des changements très offensifs, ils ne se sont pas montrés forcément plus dangereux et décisifs. Denis Bouanga a pris la place de Miguel Trauco alors que Ryad Boudebouz a remplacé un Yoahn Cabaye bien en dessous des attentes placées en lui. Il aura fallu attendre la 84e minute pour voir une véritable occasion de but, c'est dire. Bouanga, tout proche de l'égalisation qui aurait pu éteindre en partie l'incendie, a vu sa frappe sortie par Stoppila Sunzu sur sa ligne. Décidément quand rien ne va... 

"Je veux arriver à un moment donné à enrayer cette spirale. Cela passera par des prises de décision de ma part", a déclaré Printant après la rencontre. Fini les déclarations d'inquiétudes après la défaite en Ligue Europa, le technicien de 58 ans adapte son discours et espère encore pouvoir changer la donne, alors qu'on le dit sur un siège éjectable. Si la situation est compliquée sportivement. Pour les joueurs et le staff, la suite s'annonce tendue. La partie s'est conclue sous les sifflets et sous les cris de "direction, démission" venus des kops. Cette 5e défaite en 6 rencontres toutes compétitions défendues, plonge le club dans la tourmente, bien loin de ses ambitions d'Europe et de top 5 affichées en début de saison. 

à voir aussi Ghislain Printant : "Je compte rester l'entraîneur de Saint-Etienne le plus longtemps possible" Ghislain Printant : "Je compte rester l'entraîneur de Saint-Etienne le plus longtemps possible"