Ludovic Baal (Rennes) et Rémy Cabella (Saint-Etienne) à la lutte
Ludovic Baal (Rennes) et Rémy Cabella (Saint-Etienne) à la lutte | PHILIPPE DESMAZES / AFP

Ligue 1, Saint-Etienne-Nantes: les Verts d'une défense de fer à une défense de verre

Publié le , modifié le

Un naufrage... Réputé autrefois pour sa défense de fer sous l'ère Christophe Galtier, ce secteur incarne cette saison le délitement de Saint-Etienne, incapable de stopper l'hémorragie avec 23 buts encaissés en 15 matches, un problème à résoudre d'urgence pour les Verts qui accueillent Nantes dimanche (15h00). Un naufrage... Réputé autrefois pour sa défense de fer sous l'ère Christophe Galtier, ce secteur incarne cette saison le délitement de Saint-Etienne, incapable de stopper l'hémorragie avec 23 buts encaissés en 15 matches, un problème à résoudre d'urgence pour les Verts qui accueillent Nantes dimanche (15h00).

Et les anciens ne se privent pas pour appuyer là ou ça fait mal, à l'image de Robert Herbin (78 ans), ancien entraîneur emblématique du club durant les années 1970. "J'ai le sentiment que les joueurs ne s'investissent pas pour améliorer la situation", a-t-il déclaré dans le quotidien La Tribune-Le Progrès, égratignant Loïc Perrin "qui s'économise", l'estimant "un peu dépassé, subissant la situation et pas en super forme".

Longtemps intouchable, même Stéphane Ruffier en prend pour son grade, lui "qui devrait être le patron comme (Ivan) Curkovic l'était à une époque" selon Robert Herbin. "Les autres sont des seconds rôles, des joueurs de deuxième zone. Ce ne sont pas des génies, plutôt des rentre-dedans. Mais au moins pourraient-ils faire preuve d'un peu d'orgueil, s'ils en ont", a-t-il fustigé.

Rien n'y fait

Pourtant, les Verts ont tout tenté. Mais à quatre, trois ou cinq joueurs derrière, rien n'y fait. La défense prend l'eau. Et de façon inquiétante. En quatre matches, les Verts ont encaissé treize buts contre Lyon (5-0), Lille (3-1), Strasbourg (2-2) et Bordeaux (3-0). Une série désastreuse. Il y a un an, après quinze matches, Stéphane Ruffier (31 ans) n'en n'avait pris que douze et la défense de l'ASSE était la 3e du championnat. A la fin de la saison elle avait terminé au 6e rang dans ce domaine avec 42 buts encaissés au total. Que se passe-t-il donc cette saison? Difficile à dire. Les joueurs sont pourtant conscients du problème.

"Nous nous étions dits avant le match à Bordeaux qu'il fallait prendre moins de buts parce que c'était notre problème lors des dernières rencontres. Nous en prenons encore trois. Il va vite falloir régler cela", s'inquiète de son côté le défenseur central et capitaine Loïc Perrin.
Absent pendant six semaines du 1er octobre à mi-novembre, celui-ci, âgé de 32 ans, peine à retrouver son meilleur niveau.

"Nous perdons je ne sais combien de duels sur le premier but. Il faut en prendre conscience pour faire mieux. Quand on perd les duels, on perd les matches", prévient-il. "Si on continue à ce rythme, nous n'allons pas aller bien loin. Il faut que nous retrouvions nos bases défensives, que nous subissions moins car nous concédons beaucoup d'occasions", avait aussi averti l'attaquant Kevin Monnet-Paquet avant le déplacement en Gironde. Sans effet.

Trop de cartons

Evidemment, s'agissant de la défense, il convient de ne pas se concentrer uniquement sur la ligne d'arrières ou sur un à deux joueurs mais sur l'investissement de toute l'équipe. Or, en 2013, notamment, année de la victoire en coupe de la Ligue (5e en L1), Christophe Galtier s'appuyait sur des hommes de devoir dans tous les secteurs. Au milieu Fabien Lemoine, Renaud Cohade et Jérémy Clément ratissaient beaucoup de ballons alors que sur le front de l'attaque, Brandao, souvent décrié pour son manque de technique (14 buts en 2012-2013), était le premier en action sur le pressing.

Ces joueurs ne sont plus là et les faiblesses et/ou les incohérences, du recrutement n'ont pas permis de les remplacer. Et pour couronner le tout, les Verts sont derniers au fair play (34 avertissements, 4 exclusions, 11 joueurs suspendus). Des chiffres pas vraiment anodins: chaque saison depuis 2010 au moins, un à deux des trois relégués figuraient parmi les trois derniers du classement de la discipline...

AFP