Neymar et Thomas Tuchel.

Ligue 1 : retour de Neymar, polémiques du VAR, Nantes sur le podium... Les leçons de la 5e journée

Publié le , modifié le

Ce week-end, tous les regards étaient braqués sur le Parc des Princes. L'accueil des supporters du PSG à Neymar a été hostile mais dans une dramaturgie presque attendue, c'est bien le Brésilien qui a délivré les champions de France d'un geste acrobatique plein de magie. L'OL s'est fait surprendre par deux de ses anciens joueurs face à Amiens et a concédé un nul évitable. De son côté, Nantes a enchaîné un 3e succès de suite face à Reims et grimpe sur la dernière marche du podium. Enfin, le VAR aura été un acteur majeur et malheureux de cette 5e journée de Ligue 1.

► L'équipe : Nantes, des Canaris affamés

Le début de saison moribond est oublié du côté de Nantes. Après une défaite et un nul, les joueurs de Christian Gourcuff se sont parfaitement relancés. Ce dimanche, les Canaris ont signé leur troisième succès consécutif face à Reims (1-0) grâce à un contre parfaitement conclu par Kalifa Coulibaly d'une frappe croisée du droit. Patients et bien organisés derrière, les Nantais ont su prendre à revers les Rémois sans montrer grand-chose pour autant en première période. Mais l'essentiel est ailleurs, même si le successeur de Vahid Halilhodzic sur le banc ne s'est pas enflammé à l'issue de la rencontre. "C'est plus intéressant d'être dans le haut du Championnat, car ça améliore la sérénité et l'ambiance de travail. C'est ce que j'apprécie le plus dans la situation actuelle. Je n'ai pas fait de prévision précise, il faut rester lucide et je pense qu'on peut encore progresser."

à voir aussi Nantes domine Reims et monte sur la 3e marche du podium Nantes domine Reims et monte sur la 3e marche du podium

► La polémique : Le VAR "tue le football"

Comme trop souvent depuis son instauration, le VAR a été au centre de nombreuses polémiques ce week-end. Trois matches, en particulier, ont été le théâtre de décisions plus douteuses les unes que les autres. Au Parc des Princes, samedi, le Paris Saint-Germain aurait dû bénéficier d'un pénalty pour une main non intentionnelle, certes, mais "pas naturelle", comme le stipule le nouveau règlement, du Strasbourgeois Stefan Mitrovic. Malgré consultation du VAR, M. Delerue n'a pas désigné le point de réparation. 

Un peu plus tard dans la soirée, samedi, le Stade Rennais a déposé une réserve après le résultat nul et vierge obtenu dans le derby breton à Brest (0-0). Les dirigeants rennais ayant jugé, à juste titre, que M. Turpin avait été influencé dans son choix de finalement annuler un but de Raphinha qu'il avait, dans un premier temps, accordé. La véhémence et le refus de rejouer - aussi invraisemblable que cela puisse paraître - des joueurs brestois a donc suffi à l'arbitre pour revenir sur sa décision, prétextant une faute imaginaire de Siebatcheu sur Castelletto, annulant ainsi le but totalement valable de la recrue rennaise.

Enfin, le match époustouflant entre Saint-Etienne et Toulouse a été complètement gâché par l'arbitrage et l'appel au VAR à plusieurs reprises. S'il a justement permis de ne pas accorder deux des trois buts refusés, il a surtout induit M. Stinat en erreur sur deux autres faits de jeu. Une faute flagrante dans la surface de Gradel sur Cabaye (52e) et un but injustement refusé à Koulouris (71e) pour une position de hors-jeu imaginaire. Là encore, à chaque fois, l'arbitre a pourtant consulté les images. Mais là encore, les deux décisions ont été erronées... Le mot de la fin pourrait donc revenir à l'entraîneur toulousain, Alain Casanova, en conférence d'après-match : "Avec le VAR, ça tarde trop et ça tue le football."

 

à voir aussi Ligue 1 : Le Stade Rennais a "posé une réserve" sur le résultat du derby contre Brest Ligue 1 : Le Stade Rennais a "posé une réserve" sur le résultat du derby contre Brest

► L'homme fort : Neymar, la samba triste

Sifflé, hué, insulté. Mais toujours aussi talentueux. C'est tout le paradoxe du cas Neymar. Le Parc des Princes n'a pas manqué l'occasion de le rappeler à l'ordre à chacun de ses ballons ce samedi contre Strasbourg (1-0). Le feuilleton du mercato aura duré des semaines, le Brésilien devait quitter Paris. Neymar lui-même était prêt à financer une partie de son transfert pour rejoindre le Barça. Oui mais voilà, le numéro 10 des champions de France est toujours là. Et pour son retour en Ligue 1, il a rendu une bonne partie des supporters parisiens schizophrènes. Trop soliste par moments, il a fait taire quelques bouches au bout du temps additionnel. D'un geste acrobatique de génie qui a donné une précieuse victoire au PSG, le Brésilien a commencé son opération reconquête. Sa prestation face à Lyon dimanche prochain (Neymar étant suspendu pour les trois premiers matchs de C1, NDLR) sera encore scrutée de près. Mais il a, pour quelques jours au moins, éloigné les nuages gris qui s'amoncelaient au-dessus de sa tête.

à voir aussi Auteur d'un but somptueux Neymar a retourné le Parc des Princes Auteur d'un but somptueux Neymar a retourné le Parc des Princes

► La déception : Lyon peut avoir des regrets

C'est la contre-performance du week-end chez les favoris. Lyon n'est pas parvenu à préserver son avantage au score sur la pelouse d'Amiens vendredi soir (2-2). Le doublé de Moussa Dembélé - qui rejoint Victor Osimhen en tête du classement des buteurs avec 5 réalisations - n'aura pas suffi pour les hommes de Sylvinho. Comble du malaise, l'OL s'est fait sanctionner par deux de ses anciens éléments (Jallet et Bodmer dans les ultimes secondes) et voit s'éloigner le PSG, déjà à quatre points. Tâche maintenant aux Rhodaniens de digérer vite ce nul avant d'entamer leur campagne de Ligue des champions mardi face au Zénit Saint-Pétersbourg et de disputer le choc de la 6e journée dimanche au Groupama Stadium face aux champions de France.

► La statistique : Benedetto, première depuis 50 ans !

Si l'Olympique de Marseille a signé sa troisième victoire consécutive, elle le doit en grande partie à son nouveau buteur, l'Argentin Dario Benedetto. Auteur d'un doublé à Louis II contre l'AS Monaco, il a inscrit quatre buts sur ses quatre premières titularisations sous le maillot phocéen. Un exploit qui n'était plus arrivé, à Marseille, depuis 50 saisons ! Ce qui est sûr, c'est que l'OM semble avoir trouvé l'avant-centre qui lui manquait tant ces dernières saisons. Au terme d'un superbe match, la formation d'André Villas-Boas s'est imposée 4-3 à Monaco, la propulsant ainsi à la 4e place de la Ligue 1, à égalité de points avec le FC Nantes.

francetv sport francetvsport